Ressources

Publié le par Carole

ressources
 
    Il est temps que je fasse l'inventaire. Le compte et le décompte. Le bilan, le grand déballage. Le solde enfin de mes ressources. 
   Savoir de quoi je dispose, sur quoi je peux compter... Dans quelles malles puiser le grand tissu des mots, dans quelles mines creuser les galeries des phrases. De quel bois réchauffer ma mémoire, sur quels sentiers rouler la carriole aux images.
   C'est un compte... à peu près - car tout noter, tracer le point final, tirer la barre du total, je crois que je ne le pourrai pas. C'est que, voyez-vous, tout invite, tout appelle, et les coffres débordent... Il y a tant de choses à saisir, à poursuivre, tant de choses qui dansent, qui bavardent, qui s'approchent et qui fuient : des rues, des reflets, des lumières, des couleurs, des enseignes et des lettres. Des passants quelquefois. Quelques fleurs et des arbres. Des coins de ciel comme des perles grises, et d'autres bleus comme des planètes. Des brassées de soleil, des nuages qui voguent. Des sentiers bien tracés, des routes interdites. Des cercles, des carrés, des bouts de labyrinthes. Du jour, de la nuit, et beaucoup de pénombre. Des balcons très légers, de lourds frontons obscurs. Des portes qui s'ouvrent et se referment, des fenêtres qui battent comme des coeurs d'oiseaux sur les lamelles étranges du kaléidoscope.
   Bon, ça ne va pas si mal. Il y a de quoi, comme on disait chez moi, au village...

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
... être au monde et en partager l'émerveillement étonné (l'étonnement émerveillé ?). Voilà une très belle devise. Merci pour cela Carole :-)
Répondre
H
Il y a en effet un immense banquet, à chacun de se servir à satiété de regard.

Hélène*
Répondre
G
...tu n'en manques pas avec des idées chaque jour
Répondre
Z
mais tu es riche!
Répondre
C


Comme toi, Zadddie - comme tout le monde, à vrai dire !



J
Carole début février tu m'avais écrit et je t'avais répondu:

Carole 01/02/2013

Jamadrou, j'ai beaucoup aimé ce texte. Il me touche car moi aussi, je me suis lancé un "défi" de ce genre, mais pendant un an ! Finalement, c'est difficile d'arrêter, même si on sait qu'il le
faut... je ne sais pas ce qu'il en sera pour toi. A mon avis, tu devrais continuer : un mois, ce n'est pas assez ! alors... à bientôt sur ton blog !


jamadrou 01/02/2013

"Tu devrais continuer" me dis-tu.
Ce "devoir" est-il obligation, devoir d'obéir, marque de probabilité, supposition d'une suite possible?
Ta phrase laisse une grande ouverture et je vois, je vois, différents chemins...
Merci Carole.

Et aujourd'hui Carole je te dis tu as fait l'inventaire et le bilan est très bon continue tu m'as ouvert de belles portes...merci.
Répondre
C


Aucune contrainte, non. Mais aller "au bout", c'est peut-être tout simplement un "devoir" envers soi-même... 



M
Le compte des ressources ou la source des contes ? Non, il ne faut pas choisir ! Voici en tout cas de bien belles ressources et des sources infinies de contes. On ne s'en lasse pas. Continue à
compter, Carole. Continue à conter. La source est en toi et les ressources dans ta ville autant que dans ton imagination. La plume fait le joint. Merci.
Répondre
C


Magnifique jeu des mots ! merci.



L
Tes ressources sont infinies, chère Carole, toi qui démarres sur une rencontre, une affiche, un tournant de rue, le son d'une voix...Tu débordes de billets à nous offrir chaque jour, qu'on vient
lire comme une récompense, parce qu'ils sont vrais, écrits d'une plume à la fois précise et légère et qu'ils parlent du monde, de l'humain, de la vie, du passé, de tout. De rien. Et c'est d'autant
plus riche. Merci!
Répondre
M
J'espère que cet inventaire t'a permis de bien ranger tes mots dans de beaux compartiments où pouvoir les ressortir aisément pour les faire chanter entre eux!
Répondre
N
Au lire tes textes, j'en suis à penser que Nantes est une ville de merveilles, où l'irréel est la face visible, où l'on passe à travers les miroirs, et les reflets sont la réalité.
Que ta plume nous enchante!
Répondre
C


En cela elle est semblable à toutes les autres villes, à tous les autres lieux, non ? 


Il y a une formule dans La Création de Haydn que j'adore, parce qu'elle dit tout du monde : " so gross, so wunderbar".



V
Je suis aussi bluffée (ça ne change pas) par ta photographie, très réussie, que par ton texte qui compare tes idées et tes phrases à une architecture, voire à des comptes - que les hasards de la
langue française rapprochent à point nommé des "contes" ! Bonne journée, Carole.
Répondre
J
Voilà des coffres comme je les aime, plein de richesses inattendues, celles que Carole sait trouver ici, là sans jamais se lasser ! Bon lundi à toi. Amitiés. Joëlle
Répondre
N
Bonjour Carole !
Tu n'en as pas encore terminé d'écrire, heureusement :)
Bises, bonne journée !
Répondre
R
Superbe !
Répondre
L
Tes ressources semblent inépuisables, Carole. Pour notre plus grand plaisir.
Répondre
M
Oui, continue à pianoter sur toute la gamme de nos sentiments avec tes beaux duos mots et photos. Quel régal! Quelle richesse! Merci Carole
Bonne journée
Martine
Répondre
P
Finalement, on pourrait presque écrire sans verbe ... Conservons juste Etre, Avoir et Aller pour la comodité !?
Répondre
C


C'est ainsi dans les comptes, on dresse la liste, on allège ! J'aime bien les verbes, sinon, et ne souhaite pas m'en passer : ils accompagnent nos actions, nos désirs, ils disent la vie.


J'avais écrit justement un texte qui s'intitule "Etre et entrer". 



M
Que du bonheur toutes ces découvertes !!
Avec amitiés je te souhaite une belle soirée
Répondre
C


Merci Jeanne, à bientôt.



A
Oui, laisse nous longtemps encore découvrir les merveilles de ta malle aux trésors!
Répondre
C


Encore un peu, disons. Car je termine autant que possible ce que je commence... et toutes les "ressources" ne sont pas encore épuisées... ! Merci, quoi qu'il en soit, du message si gentil. Cela
aide à continuer, oui.