Reflets dans un oeil bleu

Publié le par Carole

l'oeil de la rue du Calvaire
 
Cet oeil grand ouvert sur la ville, qui opacifie une fenêtre de la rue de Feltre, m'a émerveillée. Fermé sur l'intérieur de l'immeuble et la vie qui s'y cache, avidement ouvert sur l'extérieur  - rayonnant et pourtant fardé, il est vraiment humain.
Avant de venir à Nantes, je n'avais jamais vu une ville aussi peuplée de visages. Quand nous passons, elle nous regarde de tous ses yeux.

Publié dans Nantes

Commenter cet article

Artémis 13/02/2012 20:40

Et cet oeil bleu sourit, peut-être même rit-il de nous voir passer, le plus souvent, le nez au raz du sol.
Rue de Feltre ? prochain passage rue du Calvaire, j'y jetterai un oeil !

Carole Chollet-Buisson 13/02/2012 20:45



Oui, c'est juste en face de la place du Bon Pasteur, au-dessus d'un magasin de chaussures.


A bientôt, je reviendrai te voir quand ma grippe sera passée !


Carole



Balladine 11/02/2012 17:52

C'est étrange effectivement de se voir observé, par un oeil ! si mystérieux...

Carole Chollet-Buisson 11/02/2012 21:34



Cet oeil est très visible dans l'une des rues les plus commerçantes de la ville. 


Je le regarde toujours (à mon tour !) quand je passe...


Bonne soirée, 


Carole



pimprenelle 23/01/2012 18:45

Cet oeil me gênerait. Mais c'est une très belle photo.

Hauteclaire 10/01/2012 01:22

Un oeil qui observe de loin, mais non sans acuité .
L'étrange se cache à tous les coins de rue .

Carole Chollet-Buisson 10/01/2012 10:34



Oui, Hauteclaire, l'étrange est partout autour de nous, et c'est bien ce que je voulais montrer.


Amitiés,


Carole



Anne L S 05/01/2012 19:03

C'est sur ce regard ouvert sur l'extérieur que je pose quelques mots en vous souhaitant, Carole, la bienvenue en cette petite communauté Pour un autre regard. Merci pour le vôtre. Anne

Carole Chollet-Buisson 06/01/2012 01:16



Merci de m'accepter. J'en suis vraiment heureuse, et votre commentaire rédigé avec beaucoup de finesse et de sens poétique confirme mon choix de rejoindre votre groupe.


A bientôt donc,


Carole