Puzzle

Publié le par Carole

puzzle-4.jpg.psd.jpg
 Nantes - Quartier du Champ de Mars - 5 mars 2012 
 
 
L'expression "maison close" m'a toujours paru épouvantable. Bien sûr, il y a la sordide réalité qu'on entrevoit à la trouble lueur des anciennes lanternes rouges, mais, surtout, il y a ce mot terrifiant : "close".
Maisons closes. Vies closes. Portes fermées. Couloirs sans issue. Fenêtres murées sur le noir. Et la déchéance repliée sur elle-même comme le point final tombé au bas de la dernière page.
 
Je voudrais faire entrer toutes les maisons closes par les portes ouvertes de ma maison-puzzle.
 
Le crépi s'est sali, la peinture s'est un peu écaillée, c'est vrai, car c'est une maison qui a vieilli - une maison humaine, dans sa vieille peau ombreuse et desséchée, semée de rides et de taches brunâtres.
Mais il y a tant à lire sur ses murs sagement peints à fresque...  C'est une maison qui parle à ceux qui passent.
 
Le puzzle est en construction depuis bien des années, et les pièces qui manquent sont restées suspendues là-haut, hésitant à prendre leur place. Peut-être se poseront-t-elles ailleurs que dans ces trous bleutés qui semblent s'ouvrir pour elles, aux remparts crénelés que leur ont dessinés les pièces précédentes. Peut-être ne se poseront-elles pas du tout. Peut-être l'une d'elles se posera-t-elle doucement où on l'attendait, tandis que l'autre s'envolera comme un oiseau léger, ailleurs, un peu plus loin, très loin. Peut-être chutera-t-elle lourdement au lieu de s'envoler. Peut-être se relèvera-elle, allégée. Peut-être et peut-être pas.
Car une vie humaine se bâtit doucement, avec ses ombres et ses lumières, ses doutes et ses paresses, ses beaux envols et ses lourdes erreurs, énigme que chaque jour décide et chaque jour défait.
Gardez les portes ouvertes vers les routes qui tournent et les sentiers qui se détournent, vers les chemins qui bifurquent et les couloirs qui ne se ferment pas. Ne vous pressez jamais d'ajuster, de vos doigts ignorants, le dernier morceau du puzzle.
Car voyez comme tout le ciel passe là-haut dans les fenêtres, tout le ciel, avec ses nuages et ses soleils, avec ses saisons mortes et ses printemps infinis.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Brigitte 07/03/2012 09:44

Chaque pièce du puzzle est comme une tranche de vie, qui va, qui vient, qui s'installe, s'intègre, bien ou mal, qui reste ou qui part...

Carole Chollet-Buisson 07/03/2012 17:50



Oui. C'est beau ce que tu m'écris là, Brigitte, et je t'en remercie !


Amitiés,


CAroile



simple-regard 07/03/2012 08:53

Belle porte ouverte sur le puzzle de la vie!
Bonne journée Carole
Nathalie

Carole Chollet-Buisson 07/03/2012 17:49



Bonne journée, Nathalie !



ADAMANTE 07/03/2012 00:47

J'aime la façon dont tu parles de la vie humaine, et ce conseil de garder portes et fenêtres ouvertes sur le ciel.
Merci Carole.

Carole Chollet-Buisson 07/03/2012 17:49



Merci, Adamante, d'avoir poussé la porte de ma maison-puzzle,


A bientôt.



Nounedeb 06/03/2012 16:53

Un texte de pure poésie, chère Carole. Et comme j'aime cette maison qui invite discrètement à la rêverie. Pénétrer dans le puzzle. Mais oui, les portes sont ouvertes...

Carole Chollet-Buisson 06/03/2012 20:22



Merci, Nounedeb !


A bientôt.