Purgatoire

Publié le par Carole

ames-du-purgatoire---Caen.jpg
 
Le purgatoire ?  Cela existe donc puisqu'il y a un panneau...
Et, ma foi, cela ressemble diablement à la terre, ce purgatoire sale et sombre gardé par un étrange distributeur à deux fentes de ténèbres, où l'on achète sans doute des au-delà de première classe avec les gros euros qu'on introduit par l'épaisse fente du bas, et des amendes de seconde classe avec les minces centimes de cuivre qu'on place dans la fente du haut.
Cela y ressemble tellement, à la terre, que c'est certainement ici, le purgatoire... ici, oui, ici, sur cette terre des pauvres hères d'où je vous parle et vous supplie... Bien sûr, on ne peut pas distribuer à tout le monde de bons billets de première classe... bien sûr, c'est notre faute notre très grande faute, nous étions si légers, nous voyagions les poches vides, nous n'avions pas assez de monnaie, nous nous sommes contentés de glisser nos centimes dans la fente du haut, et voilà qu'on ne veut rien savoir, qu'il nous faut gagner notre peine à la sueur de nos fronts, que nous nous morfondons misérables et anxieux, exilés de nous-mêmes... 
Mais, ô vous bonnes âmes du purgatoire, vous qui vous êtes arrêtées intriguées près du tronc inflexible, suivez cette flèche aussi verte et menue que notre brin d'espoir terrestre, ayez pitié, payez pour nous ! Déposez votre obole pour les prisonniers d'ici-bas ! Dans la fente du bas. En pièces de deux euros. S'il vous plaît.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
La photo est réussie et pas ordinaire du tout. Elle parle, nous intrigue un peu et nous faire sans rien articuler.

Ton texte lui, à l'élégance par endroits solennelle, renforce par contraste l'effet comique.

Extra!
Répondre
C


J'ai un peu parodié la langue du catéchisme qui berça mon enfance. J'irai en enfer je crois, plutôt qu'en purgatoire.



T
Quelle poesie savoureuse! Tant que le purgatoire existe, savourons.
Répondre
C


Oui, savourons tout ce que nous pouvons arracher à l'enfer.



C
Ce sont les hommes qui ont fait de Dieu un comptable !
Répondre
M
petit essai car les commentaires que j'essaie d'envoyer ne décollent pas. sorry
Répondre
C


Celui-ci est parvenu jusqu'à moi. Merci Michèle.



N
Absolument succulent :) idem pour le commentaire d'Almanito :)
Répondre
P
Il est peut être dans la boite le purgatoire.
Heureusement je ne suis pas assé mince pour y entrer
Répondre
S
Dans cette société mercantile, tout est bon pour ramener des petits sousous. La machine ne dit pas qui gagne le gros lot et ce qu'il est.
A quand une machine bien intentionnée pour envoyer des pensées consolantes pour ceux qui vont en enfer ?
Répondre
Z
tu n'aurais pas un petit passif avec la religion, non? : )
Répondre
C


Pas vraiment, j'ai juste trouvé ce "tronc" très amusant. Franchement digne d'un film comique (mais on n'en fait plus de ce genre-là).



F
le purgatoire une entrée proche du paradis, de la grande maison de l'amour
Répondre
A
Les anciens francs étaient morts. Ils se retrouvèrent devant St. Pierre, occupé à disposer près de dieu les petites pièces, la ferraille de centimes, puis les pièces de 1 franc un peu plus loin,
encore plus loin celles de 5, et ainsi de suite. Les gros billets s'impatientaient et râlaient, peu habitués à si peu de considération, voyant bien qu'ils allaient être placés très loin de
dieu.
Alors St. pierre:
Dîtes-donc, les gros billets: les 100, 200, 500 francs, baissez d'un ton s'il vous plait, on ne vous a pas souvent vus à la messe il me semble!
Plaisanterie mise à part, il me semble que pour certains, particulièrement ces derniers jours, ce n'est pas le purgatoire mais l'enfer sur terre...
Répondre
G
ha ha tu nous fais de "sacrées " trouvailles
Répondre
C
Ton blog est aussi joli qu'avant... tu n'as pas été infestée par la pub?
Répondre
C


Je suis passée en premium, voilà l'explication. 



C
Mais où sont passés les troncs des "drôles de paroissiens", ils étaient beaucoup plus beaux et accessibles aux caramels mous... Quitte à aller au
purgatoire, il faut le mériter quand même...
Ce tronc est plus confidentiel que le plateau que le curé passait pendant la messe, observant du coin de l'oeil le montant de l'obole de chacun ;-)...
Répondre
C
Un très joli texte - douceur du sourire poétique, de la grâce profonde et légère de ton écriture - merci.
Répondre
N
Les âmes s'achèteraient donc? On n'en ferait plus la pesée?
Répondre
E
Je ne savais pas qu'on pouvait trouver ce genre-là dans une église encore de nos jours...
Répondre
D
J'aime bien votre petite histoire et me demande pourquoi elle me fait si fort penser à Villon et sa ballade des pendus
Répondre
H
Mais où se trouve ce purgatoire ? Dans quelle région du monde? Selon les dernières informations il serait entre les mains de djihadistes en Irak qui promettent le paradis. Ô Dieu quel désastre !
Répondre
C


Oui, tant de souffrances dues à l'intolérance, au fanatisme... Le "purgatoire" est partout où l'on souffre, de misère, de guerre, de tant d'autres choses encore...



J
Serait-ce un agent bien intentionné qui encaisserait l'argent des gens peu en paix avec leur âme ? Amitiés. Joëlle
Répondre
J
Ah... j'ai tjs de la monnaie sur moi... si je tombe sur cela, merci du conseil, sourire !
Répondre
J
Mon ami Guy, décédé le mois dernier à 71 ans avait un sens de l'humour bien particulier:pour annoncer son 45è anniversaire, il avait rédigé un faire-part de deuil qu'il avait envoyé à ses ami(e)s
et connaissances, leur offrant deux cents jours d'indulgence! Deux cents jours de moins à passer au purgatoire (lieu où l'on nettoie). Il était gentil, Guy, mais son cadeau laissait supposer que
chacun passerait au moins 200 jours dans cet endroit de pénitence!! De toute façon, comme le dit le bon docteur Diafoirus, vous savez où je me les mets,les purges?
Répondre