Printemps

Publié le par Carole

fleur-ombre-2.jpg
 
 
Aujourd'hui jour sans pluie,
le printemps ressemé
jetait tous ses bouquets
comme des chants d'oiseaux.
 
Et la joie accrochait
aux arbres et aux épines
ses haillons parfumés.
 
On marchait dans l'air bleu
sur le chemin qui va
tout autour du bonheur.
 
Et c'était si léger
d'être libre et de vivre
qu'on ne savait plus bien
ce qui faisait pleurer. 
 
 
A chaque fleur son ombre était 
un soleil sur la terre
qui tournait avec elle.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Quelle trouvaille ensoleillée que la dernière image !
Répondre
N
Magnifique !!
Répondre
F
et que nous sommes heureux d'avoir le soleil depuis qq jours il nous réchauffe le coeur
Répondre
M
Tu nous fait tourner la tête avec ton printemps qui nous enivre, merci à toi!
Répondre
M
la renaissance..savoir que l'on vit profiter de chaque instant qui devient un émerveillement/
Très beau et j'aime.

J'ai aimé lire le commentaire d'Emma..! Magnifique
Répondre
G
Joli poème Carole, belle inspiration du beau temps revenu et qui me fait penser à cette chanson ..
http://www.ina.fr/video/I07256073
Répondre
A
Comme j'aime ce moment de l'année où on sent le printemps tout proche et cette légèreté, cette gaieté soudain...Ton poème évoque tout ça!
Répondre
J
Simple beauté; j'aime.
Répondre
E
C Lantier (1917)
Ah! si j'échappe à l'hécatombe, comme je saurai vivre! Je ne pensais pas qu'il y eût une joie à respirer, à ouvrir les yeux sur la lumière, à se laisser pénétrer par elle, à avoir chaud, à avoir
froid, à souffrir même. Je croyais que certaines heures seulement avaient du prix. Je laissais passer les autres. Si je vois la fin de cette guerre, je saurai les arrêter toutes, sentir passer
toutes les secondes de vie, comme une eau délicieuse et fraîche qu'on sent couler entre ses doigts. Il me semble que je m'arrêterai à toute heure, interrompant une phrase ou suspendant un geste
pour me crier à moi-même : "Je vis! je vis!"
Répondre
C


Je pense tout cela mot à mot. Il faut vivre chaque jour en se souvenant qu'on va mourir, donc en donnant du prix à tout. A ce propos j'avais écrit "Le train de 18h03"
http://cheminderonde.wordpress.com/2014/02/24/le-voyage-2/



A
Un jour ou tout est en harmonie...
Répondre
M
Choisir la fleur la plus humble et en faire un printemps, on y voit toute l'audace du poète...
Répondre
N
Sous ta plume, la modeste ficaire magnifiée par son ombre...
Répondre
A
Un très joli poème, Carole. Aujourd'hui était inspirant avec son soleil revenu et ses premières corolles.
Répondre