Presque rien

Publié le par Carole

arbre fleur jaune
 
 
—Hier nous étions le 27 février...
—A quoi bon le rappeler ?
—Je marchais dans la rue... 
—Certes...
—Il y a eu dans le vent froid un souffle de soleil. Soudain je me suis arrêtée. J'avais vu ces deux fleurs, qu'en photo j'ai cueillies... 
—Vous n'aviez rien de mieux à faire ?
—... ces deux fleurs de l'été surgies en plein hiver...
— C'est que le climat change, que les saisons s'effacent. Et puis il a tant plu.
—... ces deux fleurs du trottoir, venues au pied d'un arbre maigre, tout près d'un hôpital...
—Nous l'avons assez vu, votre triste quartier... Montrez-nous les merveilles, les monuments et les musées, les jardins et les magasins, les beaux quartiers, au moins !
—... c'était comme un bouquet de joie, qui aurait poussé ses pétales dans le sombre et le sale.
—Un bien maigre bouquet. Devant ces grilles d'hôpital, sur votre trottoir sale, vous avez dû en voir, dites-moi, des malades, des mendiants et des misérables ? Si vous ne voulez pas parler des beautés de la ville, parlez-nous d'eux, alors. Soyez utile à ceux qui souffrent. Oubliez donc vos fleurs.
—Elles leur étaient si librement offertes...
—Deux fleurs toutes petites !
—Il est si grand, le tout petit bonheur que l'on n'attendait pas.
 
 
rudbeckia
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
ravie!
Répondre
D
Délicieux et si conforme à une morosité ambiante. Heureux celles et ceux qui savent profiter des petits bonheurs.
Répondre
N
D'accord avec toi à 200 % !!! Ce sont même les plus grands bonheurs !!
Répondre
K
Deux riens qui font beaucoup!
Répondre
G
Fleurs à fleur de bitume pour dire que la Nature est la plus forte, toujours... Merci pour l'instant-poésie.
Répondre
C


Et merci pour la visite !



C
il fallait les voir et les apprécier !
Répondre
J
Des petits bonheurs qui aident à vivre. Merci Carole
Répondre
C
Je viens de chez Quichottine et je comprends ce qui a motivé son billet mélancolique. Et pourtant ce sont ces rencontres de hasard qui, au risque de faire ressurgir des souvenirs gais ou tristes,
font que la vie est toujours pleine de surprise. Cette conversation avec ces deux petits soleils était faite pour éclairer ta journée... Belle nuit à toi,je suis contente de cette rencontre.
Répondre
C


Merci de cette visite. Beaucoup de mélancolie chez Quichottine, et deux petits soleils chez moi, il y avait de quoi se rencontrer.



C
(sourire)Merci de continuer à nous offrir ces bouquets de joie!
Répondre
M
Soucis .. de l'espoir !
Joli propos.. merci!
Répondre
N
Un petit bonheur
Qui fait grand bien
Si on sait le saisir
Il peut guérir...
Répondre
D
— Vous ne comprenez donc pas le bonheur ?
— Ca le bonheur... ?
— Oui, je l'ai tout de suite vu quand la photo s'est affichée à l'écran. Juste deux points jaunes, comme deux soleils. Presque rien et beaucoup de choses à la fois.
Répondre
Q
Ne cesse jamais de prendre au quotidien ces petits bonheurs offerts...

J'adore ta page du jour.
Merci, Carole, pour tout.

Passe une douce journée.
Répondre
A
Tu en as de tristes fréquentations!
Répondre
J
J'ai vu la barrière...
Entre un camélia blanc classique et chic dans l'enceinte d'un hôpital
et deux petits soucis jolis dans la liberté de la rue.
Même si cette rue est grise, je choisis les deux petits soucis qui me sourient et qui me disent que je suis bien en vie (envie).

Belle journée Carole (en ville) de Nantes.
Répondre
M
Seul soleil du jour
l'éclat
de deux calendula
Répondre
C
Deux visions obstinées du monde : inutile de dire que c'est à la vôtre que va ma préférence !
Répondre
J
Oh oui à côté de l'arbuste qui se donne du mal pour être le plus beau derrière les grilles d'un jardin privé... Merci... JB
Répondre
C


Un camélia, dans le jardin de l'hôpital.