Présentement

Publié le par Carole

magasin-a-louer-presentement.jpg
    Passage Pommeraye - Nantes, 2 juin 2014
 
 
Au Passage, les hasards de la restauration avaient fait ressurgir hier cette affiche, sous un vieux miroir déposé. En quelle année l'avait-on collée là ? En 1843, quand on avait ouvert les premières boutiques, ou en 1848, quand la crise avait tout englouti ? Fantôme déchiré sur sa croix de bois sale, elle était aussi émouvante qu'une enseigne de Pompéi :
 
MAGASIN
A
LOUER
 
PRÉSENTEMENT
 
Présentement présentement présentement, le vieux mot palpitait sur le bois comme un coeur encore vivant dans les plis du papier presque intact.
Présentement présentement présentement...
C'est si peu de chose, le présent, on le gaspille, on le dissipe, on l'imprime, on l'oublie, on le voue sans remords au commerce, aux efforts qui s'effacent, au néant agité des affaires humaines.
Pourtant, que le plus humble lambeau de ce présent disparu parvienne intact jusqu'à ce nouveau présent dérisoire qu'on appelle aujourd'hui, il en devient si précieux qu'on pourrait en pleurer. C'est qu'il a traversé le temps, ce mystère des mystères.
Et que présentement présentement présentement, ils sont moins que poussière, ceux qui croyaient au présent comme on croit en soi-même.
 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
C'est ce que je ressens à propos des livres surgis du passé, quand je les tiens ou que je lis sur le premier feuillet : "A ma tendre Jeanne, pour ses vingt ans". Ce tracé du temps nous fait tous
exister, présentement. Jonas
Répondre
G
...ta photo est à louer
Répondre
M
Un mot que j'aime avec ses sonorités désuètes... comme un instant d'éternité !
Répondre
M
Présent et déjà passé, nous courons tous vers des chimères.... Et quand le passé se présente, que d'émotions!
Répondre
N
Une vieille expression, comme un présent qui va lentement, et dont tu nous restitues le parfum fané.
Répondre
F
le présent il faut savoir en profiter, savoir prendre tous les petits bonheurs qui passent, du jour au lendemain la vie a si vite fait de changer
Répondre
F
Merci Carole, de ce texte présentement bien rédigé, je suis allée chercher l'origine de ce passage! Présentement, je constate que le commerce est faible malgré la réfection de ce passage en
2010!!Tristesse!! BISOUS FAN
Répondre
C


Je ne sais plus s'il y avait eu des travaux en 2010, ce devait être peu de chose. Le Passage est actuellement en réfection complète et c'est un énorme chantier, mais il n'est pas fermé.
Cependant, il est évident que le commerce s'en ressent beaucoup. En ce qui concerne les photographes, par contre, c'est un régal de découvrir tant de détails qu'on ne pouvait pas voir jusque là.



D
Une photo bien cadrée pour un moment émouvant !
Bises et Bonne journée Carole
Répondre
A
Ce présent si important qui pourtant devient si vite anachronique...
Répondre
R
Que voilà un terme rare chez nous, d'un passé accompli, révolu.
Et pourtant, hasard lexical, ce qu'il recouvre aujourd'hui sera déjà demain la notion même de ce passé révolu, accompli ...
Répondre
J
Actuellement, ce mot "présentement" est moins utilisé, il est vocabulaire de naguère.
Les mots voyagent et disparaissent avec le temps.
Répondre
C


C'est pour cela qu'il m'a frappée. Un mot qui dit bien le caractère fugace du présent.



J
C'est un mot employé par l'homme africain qui s'exprime en français ça... présentement... ce lieu n'a pas retrouvé acquéreur visiblement....
Répondre
C


Effectivement, c'est un mot que nous n'employons plus en France, mais qui continue sa vie dans le monde francophone. 


Et l'affiche témoigne aussi, en effet, de l'échec commercial de ce passage au début du XIXe siècle. On sait que le fondateur, Louis Pommeraye, est mort ruiné.