Prendre le large

Publié le par Carole

pompes.jpg
      "Quand je me sens des plis amers autour de la bouche, quand mon âme est un bruineux et dégoulinant novembre, quand je me surprends arrêté devant une boutique de pompes funèbres ou suivant chaque enterrement que je rencontre, et surtout lorsque mon cafard prend tellement le dessus que je dois me tenir à quatre pour ne pas, délibérément, descendre dans la rue pour y envoyer dinguer les chapeaux des gens, je comprends alors qu’il est grand temps de prendre le large."
Herman Melville, Moby Dick
 
 
 
C'était de toute évidence un ancien corbillard devenu camping-car.
Pas facile de dormir là-dedans, on s'en doute.
Alors le propriétaire avait écrit sur la page noire un texte tout blanc d'écume et d'embruns, qu'il avait emprunté à Melville.
C'est ainsi qu'il avait pris le large, lui qui dormait aussi à l'étroit dans sa couchette qu'un naufragé dans son cercueil.
Avec ses vagues de mots, il avait transformé son fourgon funéraire en vaisseau fantôme, et ses funèbres pompes en pompeuse épopée.
 
Il nous faisait la leçon à tous, badauds qui nous arrêtions pour déchiffrer sa prose.
 
Les mots ont le pouvoir de changer les corbillards en baleinières.
Les mots ont le pouvoir de changer les citrouilles en carrosses.
Les mots ont le pouvoir de changer les heures noires en romans.
Les mots ont le pouvoir de changer les baleines en démons.
Les mots ont le pouvoir de changer les marins en géants.
Les mots ont le pouvoir de changer les badauds en poètes.
Les mots ont le pouvoir de changer le monde - le monde entier - en mots.
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
dans mon souvenir c'est une assez bonne chose le sejour dans une baleine , il y a comme un accouchement bref les mots changent les gens ...

mais une question...: les mots dits? ou les mots écrits?
Répondre
C


Tous les mots, non ? Les mots qu'on écrit, ce sont d'abord ceux qu'on dit. Ils s'en vont juste un peu plus loin (parfois).



Z
Leila m'avait suggéré d'en faire autant, mais c'est pas ce que JE ne la vois pas, qu'elle n'y est pas, ai je pensé...

Sinon j'ai d'abord lu baleine au lieu de baleinière, ça m'a rappelé une légende du livre..
Répondre
C


Oui, avec adblock on ne voit pas la pub, moi non plus je n'avais pas pris conscience du problème avant d'essayer sur un autre ordi... Et puis ce n'est pas un bout de pub discret, mais une
invasion...


De toute façon, plus rien ne marche, je n'arrive plus à publier du tout. 



F
les mots ont beaucoup de pouvoir, faire le bien comme le mal
Répondre
H
Mais les mots ont ils le pouvoirs de faire entendre raison à des gens qui ont pour horizon uniquement le mal. Faire mal aux pauvres gens. Ils ont une jouissance quand ils voient un être humain se
lamenter, souffrir, mourir à petit feu. Comment leur faire entendre raison à ces gens là qui ont l'esprit du mal.
Répondre
C


Ils n'ont que le pouvoir de changer les souffrances en récits, mais c'est déjà un grand pouvoir, une façon de rendre de l'humanité à ceux qu'on fait "mourir à petit feu", comme vous le dites.



C
Tes mots sur les mots sont beaux et vrais. C'est bon de le rappeler...
Et moi je pense à toute la ribambelle de fantômes que le vacancier en fuite emmène avec lui vers des contrées rieuses...
Répondre
N
Et la lecture de ces mots à levé un sourire .
Répondre
Z
je repasse plus tard Carole...peut etre que la pub me gênera moins..
Répondre
C


Ah, la pub... Je ne la vois pas de mon côté, mais j'ai un "bloqueur de pub" sur mon ordi.


Je pense que je vais changer d'hébergeur. Plus rien ne va sur overblog...



O
...mais alors ..lorsque..le vent nous chipe, nous arrache nos chapeaux, renverse nos para-pluies...il y a quelqu'un derrière tout cela...?
Répondre
C


Herman Melville, peut-être ? ou Léon du corbillard ?



L
Que j’aime ce texte de Melville et que j’aime ton écriture, chère Carole ! Oui, les mots ont tous les pouvoirs ; ils nous font sourire ou pleurer, ils hurlent notre indignation, notre colère, la
souffrance des gens pliés sous les pluies de feu d’hier et d’aujourd’hui, ils ont un pouvoir d’action, de réaction…mais ils ne sont que des mots et pour changer le monde, il faut aussi l’action. Et
pas seulement des promesses…



Lorraine
Répondre
L
Les mots ont le pouvoir de changer l'albatros en poète... ou le contraire ! Superbe page !
Répondre
C


Merci Catheau.



T
crois tu vraiment que l'on peux voir dans le mot guerre le mot Paix...
en ce moment même si l'espoir fait vivre cela semble bien impossible
Répondre
C


Non, le mot guerre ne deviendra pas le mot paix, mais sur la guerre on peut mettre les mots de la paix, de notre désir de paix et d'harmonie.



J
Voyant cela, hypothétiquement, pour juger de l'humour du propriétaire,j'aurais entouré son véhicule d'une ligne de sel...(mais maintenant, les vampires préfèrent la cocaïne) et de quelques gousses
d'ail...
Répondre
A
Beau pied de nez à notre inexorable destin.
Quand les mots ont le pouvoir de tous nous rendre poètes...mais, c'est bien ce que tu fais chaque jour, non, en nous faisant regarder le monde autrement?
Répondre
J
Mince alors... j'ai déjà vu du tuning sur une voiture mais là.... ! Ex corbillard je le pense aussi.... ;-)
Répondre