Derrière la porte

Publié le par Carole

porte-B-3.jpg
 
On a, parfois, l'impression, que le mystère est là tout près, qu'il nous a invités, qu'il nous attend derrière la porte. 
Il suffirait de passer le seuil. Peu à peu nos yeux s'accoutumeraient à l'obscurité.
Il serait là, souriant de notre étonnement. Il serait calme et familier, hospitalier, et si discret aussi.
Il nous dirait d'entrer, de faire chez lui comme chez nous.
Ce serait simple comme un rêve. Il serait l'ami trop longtemps oublié, et enfin retrouvé, l'ami d'enfance, et il nous parlerait avec les mots d'avant, ceux qui disent les choses sans oublier leur ombre. Nous l'écouterions murmurer ses secrets, et ce serait simplement comme si tout pouvait recommencer, derrière la porte que parfois la réalité nous entrouvre, et qui mène derrière les miroirs, pas très loin, juste de l'autre côté.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
"Derrière la porte"...était une des consignes de notre atelier d'écriture samedi dernier et autant de réponses que de personnes présentes ;0)
Répondre
C


Voilà un sujet qui m'aurait plu : il y a tant de choses, derrière la porte... le monde entier peut-être... alors ça ne m'étonne pas qu'il y ait eu bien des versions de la chose.



C
Un B solitaire et mystérieux, un mannequin sans visage, une "inquiétante étrangeté".
Répondre
C


Encore le Passage Pommeraye, lieu de tous les mystères.



V
Le titre de ton article avait piqué ma curiosité... puis l'image, intrigante .
Oui, tu as raison, le mystère est le mot des enfants pour dire la curiosité qui les pousse vers le monde.
Mystère et boule de gomme ;-)
Répondre
C


Rien d'autre ici en effet, que des promesses de mystère enfouies dans le quotidien. Mais tel est le Passage Pommeraye, où se trouve cette porte B.



J
Mais les miroirs nous renvoient une autre réalité que l'on a pas toujours envie de voir. D'autres fois, ils donnent vie. Amitié. Joëlle
Répondre
C


Cocteau disait que les miroirs sont les portes par où la mort entre et sort. Merci, Joëlle.



Z
sourire
Répondre
H
Une porte, et déjà on se sent invité.

Hélène*
Répondre
C


C'est très juste, ce que tu écris là - et pourtant paradoxal...



A
Qui osera frapper pour qu'on lui ouvre ? Il est si doux de rêver de ce qu'il y a derrière la porte.
Répondre
C


Peut-être qu'il suffit d'y rêver... 



N
Les portes seraient closes. Il faudrait être passe-muraille, rejoindre l'outre-monde.
Répondre
C


Parfois, il me semble qu'on pourrait y parvenir...



N
Bonjour Carole !
Quel texte surprenant... J'aime ce genre de mystères, et c'est très bien écrit.
Bonne journée
Répondre
C


C'était (encore) un texte sur le Passage Pommeraye, un lieu très étrange à Nantes.



V
C'est très beau ! J'aime beaucoup ce que tu écris.
Répondre
C


Merci, Valentine, à bientôt.



M
Derrière les portes... Ne sommes-nous pas tous, toutes un peu curieux et rêveurs. Et avides de découvertes, de renouveau...
Répondre
C


Toute porte close semble pouvoir s'ouvrir sur l'inconnu. Celle-ci se trouve en plein Passage Pommeraye à Nantes - un lieu du Surréalisme.



R
Tout pourrait en effet recommencer - ou continuer - de l'autre côté de cette porte, pour autant que nous prenions conscience que, par un seul regard en arrière, nous y perdions à jamais notre
Eurydice ...
Répondre
C


J'avais plutôt pensé à Alice et à De l'autre côté du miroir. Mais Orphée, pourquoi pas ?



J
Bonjour Carole ! La porte B... comme Bienheureux celui qui ose les passer ! Merci... bon jeudi de la part de jill
Répondre