Petits b^^a^^teaux

Publié le par Carole

Petit-bateau-1.jpg.psd.jpg
 
 
Longtemps, j’ai écrit bateau bâteau. Avec un accent circonflexe. J'aimais tant dessiner cet accent – comment aurais-je su que ce signe, tardivement introduit en français par d'abstrus grammairiens qui l'importèrent du grec, était l'un des plus artificiels de notre langue ? – je le trouvais si beau... Et, depuis mon rivage d'enfant réinventant le monde, cette petite voile, cette vague rieuse, ce drapeau dans le vent, ce coup de chapeau léger d'une aile circonflexe, me semblaient revenir de plein droit, d'éternelle et maritime nécessité, à l'idée de bateau.
De ce simple mot bateau, abstrait, distant, insaisissable, poussant jusqu'à leur terme les leçons de mes livres d'orthographe qui m'imposaient de donner sens à tout,  je faisais un idéogramme - ou plutôt, je crois, un origami, quelque chose qui avait la forme naïve de ma pensée.
ll me fallut cependant bien vite apprendre que mes petits b^^a^^teaux – châteaux de mes rêves entêtés, bâtiments démâtés, pâles fantômes enchevêtrés, flâneurs des îles et rôdeurs des tempêtes – n'étaient que gribouillis d'âne bâté, fautes infâmes à rayer d'un trait rouge.
Devant tant de rouge en colère, j'ai fini par rentrer dans sa coque de noix mon pauvre accent condamné par l'Académie. Et pourtant... et pourtant, aujourd'hui encore, le joli circonflexe est toujours là qui rôde, en mouette rêveuse, prêt à venir se poser à la proue, chaque fois que mon crayon, glissant d'un coup de vent, se risque à le remettre à flot, ce mot b^^a^^teau qui vogue, emporté vers lui-même, sur les papiers qu'il froisse...
 
L'orthographe, aux règles si complexes qu'elles défient le bon sens, l'orthographe impossible à réformer,
 
expression du désir d'ordre et d'autorité,
de l'amour de la tradition,
du goût de s'en remettre à plus savant,
du désir d'exclure ceux qui ne savent pas,
 
acharnement jusqu'à l'absurde de la raison raisonnante,
chasse donnée à la fantaisie,
haro sur le futur et les transformations,
déni souvent de la simple réalité,
 
mais aussi source de toutes nos révoltes,
incitation à la rébellion apprise dès l'enfance,
porte des rêves où les lettres s'enfilent comme des perles,
douce invite à la poésie qui donne tout leur poids aux mots,
 
l'orthographe, donc, telle qu'on la conçoit dans ce pays, armée de lois en plusieurs tomes et de redoutables dictées, me semble être beaucoup plus qu'une science anodine : une vision du monde, à la fois forte et étouffante, sévère et fascinante, tout à fait suspecte, et pourtant féconde, à sa façon.
 
Je crois le culte français de l'orthographe comparable au culte confucéen du rite, en Chine.
Et de l'orthographe, comme de Confucius, je ne sais ce que l'avenir fera.

 

Publié dans Fables

Commenter cet article

MARIE 13/04/2014 22:13

J'ai appris le français dans les livres de grammaire et j'aime la grammaire, parce que c'est mathématique, logique... mais l'orthographe, ah ! l'orthographe...

dominique 13/04/2014 12:00

Bonjour, délicieux petit texte. j'aime ce genre de réflexions. C'est un sujet passionnant. Il rejoint celui de la défense de la langue ici au Québec. Et souvent les plus ardents défenseurs sont
ceux qui ne veulent pas que la langue évolue.. Étonnant

Carole 13/04/2014 12:14



Je l'ai souvent remarqué moi aussi. Une langue figée est déjà "morte".



flipperine 12/04/2014 16:52

difficile de retenir tous mes mots avec un accent ou pas ou bien on les mélange on en met un là où il n'en faut pas et celui qui en a le besoin on l'oublie

dalva 12/04/2014 09:44

Et puis je n'ai rien dit sur ta photo. Elle invite au rêve.

dalva 12/04/2014 09:43

Moi aussi j'ai longtemps écrit bâteau. Jusqu'au jour où ma grand-mère a retrouvé mon cahier d'écriture de GS de maternelle. Pendant toute l'année, je n'ai recopié qu'un seul mot, en suivant le
modèle de l'instit' : bâteau avec un accent circonflexe.

Carole 12/04/2014 23:40



magnifique !



mansfield 11/04/2014 19:11

Dire qu'on envisage de noter les enfants non pas sur le nombre de fautes dans les dictées mais en ajoutant un point quand la faute qu'ils auraient pu commettre n'a pas été faite! Le monde à
l'envers. Et puisque tu as évité l'accent sur bateau, je te rajoute un point!

ADAMANTE 11/04/2014 12:48

Comme toi je vénérais ^, il était comme un toit protecteur qui donnait de l'allure au mot, sorte de château au village des mots. Ton analyse de l'orthographe et de ses règles est d’une logique à
laquelle je n'avais pas vraiment pensé. On s'en remet à plus éclairé et de là découle ce clivage que tu déclines très bien entre ceux qui savent et les ignorants.
Quant à ton parallèle avec Confucius il me semble juste, au domaine de la spiritualité quand le dogme prend la place du lâcher prise, de la réceptivité créatrice pour régenter la vie, naît la
religion, tout se fige.
Et puis il y a aussi la féminisation, à mes yeux stupide, du vocabulaire : "écrivaine", "auteure"... La neutralité ne serait-elle pas préférable ?

Gérard 11/04/2014 12:14

Je préfère de loin l'orthographe aux chiffres, ce qui n'exclut pas un peu d'humour aurait pu dire monsieur Duçon, inventeur de la cédille.

Jonas D. 11/04/2014 10:36

L'orthographe est cette amie qui vêt les mots écrits. Bien sûr les modes passent mais l'accent, circonflexe ou non, demeure. Je ne connais pas l'avenir de l'orthographe pas plus que celui du rite
confucéen, mais dans ce présent, à cette heure qui me parle, j'apprécie ta belle réflexion sur le sujet.
Jonas

emma 11/04/2014 10:10

contraignant, élitiste, sans doute, mais aussi héritage, patrimoine, discipline, un peu comme la morale.. et rien ne vaut l'accent des marchés de Provence...

Carole 13/04/2014 01:08



Ou l'accent parisien, ici ?



almanito 11/04/2014 09:19

C'est peut-être aussi ce carcan de règles et d'autorité qui force le rêve..
Cela t'inspire en tout cas une superbe page de poésie très imagée, rebelle et amusante qui n'empêche pas la réflexion.
La photo est très belle, en plus!

jill bill 11/04/2014 08:15

Ah oui un accent circonflexe cela lui aurait donné des voiles, merci Carole...

Nounedeb 11/04/2014 08:08

Le bateau de papier un jour lèvera l'encre?
Par tes textes inspirés tu nous montres combien
La règle corsetière peut inspirer les plumes!
:)

oups 11/04/2014 07:54

Quelle plume....je suis époustouflé de ce que notre Carole arrive à exprimer en quelques traits.....

Carole 13/04/2014 01:46



C'est gentil ça... Merci !



louv' 11/04/2014 07:07

Récemment j'ai participé à une dictée redoutable (genre celle de Pivot). Sur 102 participants, 7 ont eu la moyenne ! Que faut-il en penser ? Je l'ignore mais ce défi fut un véritable plaisir. Quant
à l'accent circonflexe aux ailes de mouette, comme toi je l'adore :)

Anne-Marie 11/04/2014 06:34

Pour ou contre la simplification de l'orthographe? Vaste débat avec des partisans acharnés des deux côtés...Pour ma part, je n'arrive pas à avoir d'opinion sur le sujet tant les arguments pour ou
contre me semblent recevables.