Pêcheurs du soir

Publié le par Carole

canne-a-peche---nuages.jpg
 
    J'ai toujours soupçonné que ces pêcheurs qu'on voit, le soir, immobiles et patients, sur la rive des vieux étangs, ne viennent pas vraiment capturer les poissons que le couchant appâte. 
 
    Mais qu'ils viennent pêcher
 
    les nuages qui rôdent 
    dans leurs bancs de silence
 
    le ventre bleu du ciel
    grandi comme un têtard
    dans l'étang qui infuse
 
    la nageoire roussie
    du crépuscule glissant 
    sur le dos gris des vagues
 
    le saut de carpe vive
    du soleil qui retombe
    dans le filet des nuits
 
    et cette ombre du temps mordillant l'hameçon
    comme un frisson d'oiseau sur la peau de l'eau grise.

 

Publié dans Fables

Commenter cet article

Catheau 10/06/2014 18:59

Un poème léger comme l'ombre d'un nuage sur l'eau du soir. Très beau !

Jonas D. 02/06/2014 09:35

J'entends bien ce que tu dis, certains chasseurs (fusil ou canne à pêche) ont le même discours... avec moins de poésie. Va comprendre, mais cette communion chasse/nature est, dans certains cas, à
méditer. Bel article. Jonas

Carole 02/06/2014 12:09



Les chasseurs sont tout de même plus violents. Mais sans doute aussi éprouvent-ils ce sentiment de se mêler à la nature. On le voit bien chez London, ou même chez Genevoix (grand pêcheur par
ailleurs, que mon grand-père prétendait avoir souvent rencontré au bord de la Loire).



Richard LEJEUNE 02/06/2014 07:23

L'attente, calme et reposante, après les trépidations d'une journée, pour les uns, de toute une vie peut-être pour les autres ...

L'attente, belle et propice à toutes les réflexions, à tous les rêves ...

Pourvu que le poisson ne morde pas trop vite !

phil 01/06/2014 21:32

Joli.
Mais les pêcheurs ? S'ils n'étaient là que dans le but d'avoir la paix ?

Carole 01/06/2014 22:44



La paix, oui, une autre façon de voir les choses. Je crois que c'est tout de même une forme de paix qui passe par la contemplation de l'eau. Une eau chargée de ciel, c'est incroyable, ce que
c'est beau.



MARIE 01/06/2014 20:39

Ils pêchent la vie sans doute, au ralenti, dans la douceur du soir...

hamza 01/06/2014 17:11

Joli poème qui me fait remémorer la présence de pêcheurs en bord de mer. Ils restent là longtemps à observer la mer. Je ne sais pas ce qui se passe dans leur esprit. Mais je pense que ce sont des
moments de méditation, de calme et d'isolement. Ils sont indifférents à toute présence humaine.

Carole 03/06/2014 02:16



Des contemplatifs, foncièrement.



flipperine 01/06/2014 16:54

un très joli poème et le pêcheur vient se ressourcer, se calmer, méditer, passer le tps, il change d'environnement et s'adonne à sa passion

Nounedeb 01/06/2014 16:04

Les pêcheurs seraient des poètes, qui inspirent le poète...

almanito 01/06/2014 11:20

Tu as dû penser aux "heures perdues", non?

Carole 01/06/2014 12:04



Une réflexion qui se continue, peut-être. Mais j'ai surtout été frappée par la patience de ces pêcheurs contemplatifs qui restent des heures, le soir, après leur travail du jour, au bord de cet
étang près de chez moi.



emma 01/06/2014 09:29

bien sûr que c'est une méditation, le poisson n'est qu'un alibi pour ne "rien faire"

almanito 01/06/2014 07:51

Un pêcheur de temps qui retient les heures du bout de l'hameçon..

Nalo 01/06/2014 01:03

Magie de la pêche aux nuages !!

Adamante 01/06/2014 00:18

Très joli ce poème sur les pêcheurs de nuages.

jill bill 01/06/2014 00:16

Confidence, je le crois aussi... ;-)

Carole 01/06/2014 00:53



J'en étais sûre !