Pays natal

Publié le par Carole

Pont Gabriel reflets version 2
Blois - Vue du quartier de Vienne et du pont Gabriel - 9 mars 2014 - 17h30
 
 
 
   Je passais l'autre jour, à Blois, tout près de l'ancien hôpital où je suis – selon la belle expression consacrée – venue au monde. Devant moi il y avait ce vieux pont Gabriel au nom d'archange, qui s'en allait au ciel et qui glissait sous l'eau. Et la rive de Vienne s'enlaçait au long fleuve rêveur, sur cette mélodie de valse que j'entendais toujours, enfant, quand je les regardais. Des nids profonds de reflets musiciens berçaient dans l'air du soir leurs portées d'échos bleus. J'étais au pays natal.
   Au vieux pays natal où chaque mot ricoche, où chaque instant scintille, où les chemins nous mènent comme branches flottées dans le courant des jours. Au pays qui se tient comme un pont sur l'eau vive, juste à l'envers du temps, et à l'endroit de l'âme.
 
   Au pays natal, on ne marche jamais sans s'arrêter, car partout les fantômes se lèvent et saluent.
   On passe dans des rues emplies d'ombres en foules, qui chuchotent leurs noms. On se penche aux fenêtres sur des flaques de reflets, où résonnent des voix et miroitent des vies. Aux pierres blondies des vieux murs, les souvenirs débordent en grappes de glycines, et s'enfuient en sifflant comme des salamandres.
   Aujourd'hui est ce grand labyrinthe où résonne autrefois. On s'égare aux allées de mémoire, on tâtonne aux énigmes d'enfance, suivant le fil brisé des petits riens d'avant, parlant à ce qui chante ou pleure dans l'écho des parois. 
   Au pays natal, toutes les routes hésitent, tous les chemins appellent, tous les carrefours ondoient comme des fleuves.
    Au pays natal, on ne va jamais seul, et c'est toujours vers soi que l'on avance.

    

Publié dans Blois

Commenter cet article

erato 18/03/2014 17:03

Un joli et touchant billet. J'aime la dernière phrase .
Belle soirée, bises Carole

Nalo 16/03/2014 04:28

Parfait miroir !!

flipperine 15/03/2014 12:00

et quand nous revenons dans notre ville village natal après qq années, qu'est ce que ça a pu changer, de nouvelles maisons, de nouvelles routes, de nouvelles personnes ....

MARIE 15/03/2014 08:11

Le pays natal offre ces repères que je n'aurais jamais...

Gérard 14/03/2014 16:30

après Chateau-Renault, Blois tu restes dans la région. J'aime beaucoup cette ville ancienne et très touristique à 60 kms de chez moi.

Carole 14/03/2014 16:55



Mais cette fois, Blois est vraiment ma ville natale.



mansfield 14/03/2014 14:26

Comme je me retrouve dans tes mots et j'y ajoute une touche d'exotisme car le pays natal pour moi c'est le Maroc!

Carole 15/03/2014 01:00



Un beau pays natal !



Richard LEJEUNE 14/03/2014 10:30

Très belle évocation et très belle photo, aussi ...

Que de souvenirs, Blois, assurément pour vous, Carole ...

Il n'en fut pas de même pour le Duc de guise et son frère le Cardinal de Lorraine ...

Il est vrai que ce n'était pas leur "pays natal", eux :) :)

Carole 15/03/2014 01:00



Décidément, ce duc de Guise est toujours plus grand mort que vivant, et continue à ombrager toute la belle cité de Blois 



almanito 14/03/2014 10:23

Je n'ai pas de mot pour dire ce que je ressens devant cette évocation si belle et si profonde.
Il te raconte toute entière je crois...

Carole 15/03/2014 01:14



Merci Almanito. Je viens de rentrer de "chez moi". Comme toujours au retour, j'ai eu la nostalgie du "pays natal" trop brièvement retrouvé.



JC 14/03/2014 09:55

Tant de douceur, de tendresse dans ces quelques lignes Carole. Le pays natal, celui dont on rêve pour mieux se retrouver. Merci. Amitiés. Joëlle

les cafards 14/03/2014 09:51

sous un ciel plus limpide que chez nous

Carole 15/03/2014 01:03



Ce jour-là... juste avant le nuage de pollution.



michèle 14/03/2014 09:05

Quelle belle évocation de cette ville qui t'a vu naître! Une ville baignée d'une rivière étroite ou large a quelque chose en plus que les autres surtout si elle a un passé comme la tienne, entre
autres parce qu'il n'y a pas de ponts sans rivière ;) et que les ponts c'est magique.

jamadrou 14/03/2014 08:34

"juste à l'envers du temps et à l'endroit de l'âme"
une bien belle définition du souvenir
Un très beau texte Carole où nostalgie et amertume s'écoulent lentement.
j'aime.

Anne-Marie 14/03/2014 06:55

Comme je te l'ai dit je suis allée à Blois cet été et j'ai adoré cette ville et ce merveilleux ponts.
Revenir sur les traces de son enfance c'est aussi réveiller des fantômes et, pour peu que les souvenirs ne soient pas très bons, partir à la rencontre hasardeuse de ce quelqu'un qu'on a cessé
d'être...

Jeanmi 14/03/2014 06:10

Les racines ne sont-elles pas où nos pieds reposent ?...

jill bill 14/03/2014 00:28

Voilà un bel hommage au pays qui t'a vu naître Carole...