Passer la porte

Publié le par Carole

porte-poignee-rouge.jpg
 
 
Franchir le seuil du vieil hiver, passer la porte de lumière,
Laisser sortir l'année fanée pour faire entrer l'an qui renaît.
 
La pendule s'essouffle et le coeur toque un peu,
Mais on tourne quand même la poignée du temps neuf
Et l'on saisit la main de janvier compagnon
Pour marcher vers demain d'un bon pas d'illusions.
 
Dire qu'on y croit toujours, aux recommencements,
Dire qu'il les jette encore, ses grands feux d'artifices,
Ce monde en plein minuit
Qui voudrait être enfant.

 

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Bonjour Carole,
On y croit dans le souffle des premiers flocons, dans le chant de la lumière qui pulse entre les aiguilles des fiers sapins, on y croit même avec la rage et la souffrance extrême au coeur... Si
nous n'y croyons plus, tout est perdu mais la vie appelle la vie.
Merci pour cette fabuleuse image et ton poème aux sublimes notes...
Belle soirée de fête, amicalement, bises
Cendrine
Répondre
M
une idée absurde mais qui me vient de la photo et d'ailleurs: rentrer chez soi comme en terre inconnue ...
Répondre
C
La main un peu crispée sur une porte rouge comme la vie, on peut bien espérer que le monde à minuit nous réserve encore des beautés inconnues de nous - peut-être.
Répondre
Z
heu normalement à l'orange on commence à freiner...je sais..Ce que je voulais dire c'est que je trouvais la couleur de cette porte stimulante.
Répondre
C


Je la trouvais rouge... alors attention tout de même ! 



Z
Franchir les portes c'est parfois un peu ...intimidant...mais quand elle est orange on y va franchement! (peu importe ce que l'on trouvera derrière..
Répondre
P
2013 est (presque) morte, vive 2014 !
Répondre
C


Et bientôt nous les tirerons, ces rois, et nous les mangerons à belles dents...



M
Très, très beau poème!
Répondre
M
Comme ton poème rejoint mes réflexions sur l'an nouveau!
Répondre
N
Franchir la porte de lumière
Laisser là ses vieux oripeaux
Oser naître une fois encore.
Bon passage, Carole. Merci pour ce très beau poème.
Répondre
M
Oui, pousser la porte et y croire à nouveau, encore, toujours, parce que c'est la seule façon d'avancer. La franchir et se jeter à corps perdu dans ce projet d'une année vierge car elle deviendra
ce que nous en ferons. Y croire vraiment. Et tenir bon, même si nul n'ignore que les promesses ne sont jamais tenues.
Répondre
A
Et si ce monde rejetait la violence, l'égoïsme, le racisme... Si on se respectait... partageait... Et si...
Bon ! Je rêve, je m'égare, je divague ! Trop bu ! Décidemment, ces fins d'années...
Répondre
O
excellent, merci pour ces bons mots !
Répondre
C
Passer la porte et se retrouver dans la même pièce, et se promettre qu'on va refaire la tapisserie...
Répondre
A
En ce qui me concerne, franchir ce passage,ce sera comme passer un pont pour moi qui ai le vertige:Sans réfléchir, bien au milieu, sans m'arrêter, en ne regardant ni derrière, ni sur les côtés, de
peur de rester tétanisée sur la rive!
Répondre
J
Je crois que l'espoir fait partie de la vie. Il nous est impossible de ne pas espérer lors d'une nouvelle naissance. Amitiés. Joëlle
Répondre
J
Et oui tout beau tout neuf un calendrier chasse l'autre, de quoi sera t'il fait.... seul l'avenir nous le dira... Bonne année Carole.... jill
Répondre
A
Etre un peu triste parce qu'on y croit plus vraiment.
Faire semblant en se disant que peut-être...
Répondre
L
Très jolie manière de franchir le passage. Bel an neuf à toi, Carole !
Répondre