Papillon

Publié le par Carole

papillon-lavande-047.jpg
 
    Une dépêche de l'AFP (http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/07/23/la-moitie-des-papillons-des-prairies-a-disparu-ces-vingt-dernieres-annees-en-europe_3451289_3244.html) parue cette semaine dans ces pages intérieures que les journaux réservent aux mots croisés ou à l'horoscope, nous apprenait une nouvelle infime, plus vaste pourtant, plus effrayante que bien d'autres qu'on lui avait préférées en "Une" : les papillons de prairie sont aujourd'hui moitié moins nombreux en Europe qu'ils ne l'étaient il y a vingt ans. Leur déclin, parallèle à celui des abeilles, s'explique lui aussi par des causes multiples dont il ressort pourtant une unique certitude, qui est que les humains y sont lourdement impliqués. Il est à redouter que ce déclin ne s'aggrave encore, jusqu'à ce que, peut-être, les papillons de prairie disparaissent tout à fait.
 
   Les papillons de prairie, ai-je pensé, et les autres ? Les autres, ceux des montagnes, ceux des forêts,  ne s'effacent-ils pas eux aussi, dans cette création à l'envers, proprement infernale, que l'homme impose aujourd'hui au monde, détruisant en quelques années, avec l'obstination des fous obsessionnels, ou des idiots peut-être, ces vies que la nature avait mis des millions d'années à dessiner dans leur perfection divine ?
    Alors quand j'ai vu dans ma lavande cette "belle dame", si légère, si vivante, avec ses ailes colorées si semblables à celles que les peintres anciens donnaient aux anges, sur ces tableaux où ils faisaient à la Vierge, dans son beau jardin clos, une haie frissonnante d'éternité légère, j'ai pensé à ce monde d'après.
    Un monde où nul ne saura plus que l'aile d'un papillon, autrefois, de son frémissement délicat, tenait en équilibre l'univers. Un monde où nul ne saura plus ce que disaient les fleurs. Un monde où nul ne saura plus ce que voyaient les peintres. Un monde où nul ne saura plus ce que savaient les anges.

Publié dans Fables

Commenter cet article

Catheau 08/08/2013 08:05

Un écuyer de Saumur dirait qu'il fait la "courbette" au temps, ce fringant cheval.

Carole 08/08/2013 22:17



Elégante expression, merci.



Catheau 05/08/2013 23:17

Quand les papillons auront disparu, nos âmes existeront-elles encore ?

Catheau 05/08/2013 23:16

Quand il n'y aura plus de papillons, aurons-nous encore notre âme ?

Cendrine 05/08/2013 19:05

Une terrible constat, une nouvelle qui devrait agiter les ailes de tous les êtres en ce monde...

Un éclat d'espoir: je vois des papillons autour de chez moi en ce moment, là où il n'y en avait plus et j'ose y croire encore...

Ta photo est superbe, ton texte aussi.

Belle soirée Carole, amicalement

Cendrine

Carole 05/08/2013 21:08



Tu as raison, on peut encore espérer : tant que tous n'ont pas disparu, tout peut recommencer.



Joëlle Colomar 01/08/2013 13:17

En avenir, un monde terrifiant dans lequel nous n'osons nous projeter ou projeter ces petits que nous aimons. Pourquoi sommes-nous pieds et mains liés devant une telle situation ? Préférons-nous
aller à la perte de notre espèce plutôt que de renoncer à notre manière de vivre ? Amicalement. Joëlle

almanitoo 30/07/2013 07:48

On dit qu'il est très difficile de prendre un papillon en photo, la tienne est particulièrement belle!
Oui, les papillons disparaissent tout comme les abeilles et bien d'autres insectes beaux et utiles. Les associations ont gagné une manche pour la protection des abeilles, mais ce n'est qu'une
victoire momentanée...il faut rester vigilants et souhaiter que ces jolies bestioles ne disparaîtront pas définitivement de la terre et de nos rêves.

Carole 02/08/2013 14:53



Oui, il est difficile de photographier un papillon : au point qu'il paraît que certains les épinglent pour avoir une image nette ! J'ai trouvé très frappante et angoissante cette information
présentée comme "périphérique". 



Cardamone 29/07/2013 23:17

Effrayant

Mamilouve 28/07/2013 19:13

C'est infiniment bien dit cette importance essentielle de l'infiniment petit, de l'infiniment beau, dans l'infini du monde et de l'univers !

La michèle 28/07/2013 08:02

Bonjour Carole,

Bizarre: j'avais la conviction d'avoir écrit un commentaire sur la disparition des papillons.
Bonne journée

PS Je vais remettre mes idées et les mots qui vont "avec" en place avant de réécrire.

mansfield 27/07/2013 16:28

Effrayant et pourtant la pente vers ce monde-là semble vertigineuse!

Bonheur du Jour 27/07/2013 15:27

C'est très angoissant de savoir que tant d'espèces sont en voie de disparition. Où va le monde ? Comment sera-t-il, sans papillons, sans abeilles, sans oiseaux des haies, .... ?

FAN 27/07/2013 11:33

C'est un désastre mais heureusement, il reste des personnes pour défendre la cause écologique des abeilles et papillons! J'ai lu que le grand luxe en ce moment était un menu à base de grillons
(pleins de protéine)!!je ne dirai pas le prix, c'est trop honteux!!! BISOUS FAN

Carole 04/08/2013 18:47



J'ai vu cela aussi, brrr, et si en plus c'est cher !



almanitoo 27/07/2013 10:30

Ta photo est particulièrement réussie, d'autant plus q' on dit que les papillons sont très difficiles à photographier!
C'est triste et très alarmant de voir la planète se vider inexorablement de toutes ses beautés, fort utiles par ailleurs.La bataille menée par les associations a remporté une victoire, mais pour un
temps seulement...souhaitons que cela bénéficie également aux papillons et autres insectes dont nous avons besoin et qui nous font tant rêver...

Nounedeb 27/07/2013 08:25

La mort d'un papillon est celle de tout un monde, et ce destin poignant préfigure-t-il le nôtre?

La michèle 27/07/2013 07:34

Where have all the flowers gone, Joan Baez (j'ai essayé coller le lien vers une page avec chanson et paroles, mais on n e peut pas coller sur overblog)

La disparition progressive des papillons, d'autres insectes et surtout la cause est inquiétante pour l'écologie. J'ai l'impression qu'on est plus nombreux maintenant à tenter de convaincre les
responsables et comme l'union peut faire la force ...

jill bill 27/07/2013 06:54

Pas faux, j'en vois de moins en moins passer au jardin et pas que le papillon... de quoi s'interroger grave oui...

Catheau 27/07/2013 06:47

Un merveilleux billet, délicat comme l'aile légère et fragile du papillon.