On (n')y voit goutte

Publié le par Carole

 Capture poix 
(capture d'écran)
 
    "In 1927 Professor Parnell heated a sample of pitch and poured it into a glass funnel with a sealed stem. Three years were allowed for the pitch to settle, and in 1930 the sealed stem was cut. From that date on the pitch has slowly dripped out of the funnel."
("The pitch drop experiment", The University of Queensland, Australia, school of mathematics and physics
 http://www.smp.uq.edu.au/content/pitch-drop-experiment  )
 
 
 
    Il y a quelque jours - c'était précisément le 11 juillet 2013 - s'est produit un de ces grands événements infimes qui remuent les pensées comme des mondes : la goutte de poix qui s'était lentement, lentement formée dans un entonnoir obscur de Trinity College de Dublin, est lentement, lentement, tombée. Je vous laisse regarder - il vous faudra, malgré l'accélération des images, quelques gouttes de patience...
 
   Vidéo
 
    Il y avait quatre-vingt-trois ans qu'elle était née, cette goutte de science.
   C'était en 1927, en Australie. Un physicien, le professeur Parnell, avait entrepris de démontrer par l'expérience qu'un corps solide en apparence pouvait, en vérité, être un liquide. Et il avait enfermé dans un entonnoir bouché un beau morceau de poix recuite et solide, aussi dur et immobile, apparemment, que la pierre. Trois années plus tard, il avait retiré le fond de son entonnoir, permettant à la poix ainsi concentrée de s'abandonner aux forces rationnelles de la gravité, et à sa vérité cachée de liquide. Et lentement, lentement, des années durant, une goutte s'était formée, puis, lentement, lentement, des années plus tard, cette goutte, selon l'universelle loi des gouttes, était tombée.
    L'expérience avait été reprise en 1944 en Irlande, au Trinity College. Enfin l'on avait voulu, pour conclure l'aventure, filmer la naissance de la goutte poisseuse, puis, surtout, sa chute lente, si lente, "la plus lente du monde". Une première tentative avait échoué - ce qu'il faut imputer sans doute à la poisse, ennemie de la science. Ce n'est que cette année, le 11 juillet, qu'une caméra assez patiente a pu saisir enfin l'instant de vérité. Et l'on vient de communiquer au monde la troublante image de cette chute - que j'oserai dire de poids.
 
    Quatre-vingt-trois ans, simplement pour prouver aux hommes que l'apparence est trompeuse. Quatre-vingt-trois ans, pour qu'ils sachent que l'évidence aveugle est noire comme la poix. Qu'on n'y voit goutte dans la vieille caverne. Mais que la goutte obstinée du savoir peut lentement venir à bout de la pierre d'ignorance.
    Quatre-vingt-trois ans.
    Ce n'est pas trop.

Publié dans Fables

Commenter cet article

emma 20/07/2013 18:13

une question de patience - fait penser au sang de St Javier - ou encore à ces malades atteints d'encéphalite léthargique, figés comme des statues - raconté dans ce livre passionnant que tu as sans
doute lu : "l'éveil" du neurologue Oliver Sachs (un film en a été tiré avec de Niro)
http://www.franceculture.fr/oeuvre-l-eveil-cinquante-ans-de-sommeil-de-oliver-sacks.html
leur immobilité n'était qu'apparente : en les filmant en time lapse, on a découvert qu'ils pouvaient porter une tasse de thé à leurs lèvres en 24 heures

Carole 22/07/2013 20:18



Saint-Javier, intéressant, je n'y avais pas pensé. J'ai lu "lhomme qui prenait sa femme pour un chapeau", de Sachs, mais c'est otu. Tu m'intéresses avec cette histoire d'"éveil". 



zadddie 20/07/2013 00:52

des chocs ici...(pas de l'indignation), des saisissements plutôt...

Carole 20/07/2013 08:54



Oh, c'est une expérience très sérieuse. Je la trouve très intéressante : passer tant de temps pour démontrer une toute petite chose, alors que d'habitude on veut briller et réussir le plus vite
possible, cela me semble remarquable.



mansfield 19/07/2013 13:27

De ces expériences fascinantes, la science avance à un rythme qui lui est propre, à nous d'en tirer toutes les leçons !

Carole 20/07/2013 00:19



Leçons qu'il nous faudra lentement assimiler, afin de progresser vraiment.



Nounedeb 19/07/2013 11:20

Etonnant,non? comme aurait dit Pierre Desproges.

Carole 19/07/2013 11:38



Oui, je pense que cette expérience l'aurait passionné.



almanitoo 19/07/2013 07:41

Quatre-vingt-trois ans c'est très peu dans l'histoire de l'humanité, mais tout ce savoir nous rend il plus tolérants, plus pacifistes, plus sages?

Carole 19/07/2013 10:38



Encore plusieurs fois 83 ans pour cela. Mais on peut l'espérer.