Nourritures du dimanche

Publié le par Carole

pain 3.psd-copie-1
               Vitrine d'une boulangerie - 1er avril 2012 - Quartier Doulon à Nantes -
      "Le vivace et le bel aujourd'hui" (Mallarmé)
 
 
Le pain soleillant du jour, la musique angélique de Bach, et la fête endiablée des rues au carnaval de cet après-midi : toutes les nourritures, terrestres et célestes, étaient rassemblées dans cette vitrine du dimanche. Et le N à l'envers, dans son effort d'arc-boutant pour retenir une maison penchée comme une vieille église, mettait la dernière touche, involontaire et pourtant magistrale, à ce tableau naïf, chef-d'oeuvre boulanger d'art brut que n'aurait pas renié Gaston Chaissac, mon ami de Vendée.
C'était si bon et si joyeux que je me suis arrêtée pour admirer.
Et puis c'était si beau, c'était si simple aussi, que j'ai dit oui à tout.
 
Au rouge, au noir, au bleu du ciel et au jaune des blés, aux teintes diaprées de la vie,
à la chaleur de la mie, à la douceur du pain,
aux ciseaux de la boulangère, et à ses tendres coloriages, 
à la rosace de l'harmonie, à la spirale des voix humaines, à l'or des chants et des vitraux,
aux grands chariots fous allant sous le soleil, au roi du carnaval couvert de confettis,
aux multiples saveurs du bonheur que chaque coeur pétrit, 
                            j'ai consenti.
 
A tant de maladresse, à tant de savantes promesses,
à l'infini, au périssable, à l'humain, au divin, à l'idéal et au grotesque,
aux dons d'hier et de demain, et à toutes les grâces de ce bel aujourd'hui si vivace,
                            j'ai acquiescé.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Tu as eu raison, ainsi pouvons-nous à notre tour consentir avec bonheur.
Répondre
C


Ou consentir au bonheur - ce qui est plus difficile qu'on ne pense.



V
...à toutes les grâces.

Voilier
Répondre
C


Oui, décidément, oui à tout !



G
C'est indéniable tu as été conquise et que tu n'as pas été roulée dans la farine
Répondre
C


On ne me roule pas comme ça dans la farine !


Merci, Gérard, à bientôt.



N
De la moisson bien terrestre à la nourriture spirituelle de Bach. La richesse de la vie comme on la rêve. L'oeil de l'artiste, la main de la poète: Merci pour ce menu bonheur.
Répondre
C


Merci, Nounedeb, et à bientôt.



J
C'est ce OUI à la vie que emplit notre être de bonheur. Merci Carole. Joëlle
Répondre
C


Je ne peux te répondre qu'un mot : oui !