Notre lion protecteur

Publié le par Carole Chollet-Buisson

lion.jpg
 
Alors que je photographiais ce beau lion entouré de fiers drapeaux d'Afrique, près du boulevard de la Madeleine, quartier pauvre de réfugiés, d'immigrés et d'étudiants sans le sou, un passant, noir de peau et d'âme claire, est venu me parler - c'est, je trouve, l'un des grands bonheurs du photographe : ceux qui le voient travailler, souvent, s'approchent pour lui dire quelques mots, heureux que quelqu'un donne du prix à ce qui fait leur quotidien si souvent ignoré.
"Vous photographiez le lion ? il est beau, hein ? 
-Très beau !
-C'est notre lion protecteur !"
Il m'a regardée cadrer, souriant. Puis, bien sûr, il s'est éloigné. On ne noue, autour de l'appareil-photo, que des relations très fugaces... - mais qui peut-être n'en sont pas moins profondes...
Car je crois avoir compris ce que l'homme avait voulu dire en parlant de lion protecteur.
Ce bel animal, posé sur une façade disgraciée, tirant parti de tout pour exister, de la tôle, des fenêtres grillées, des boîtes aux lettres grises, fixant la ville sombre de ses yeux clairs et courageux, c'est l'âpre vie des pauvres. Et le désir de beauté qui ne les quitte pas, aigu comme l'épée, vient se planter fort et majestueux, lumineux comme l'espoir et la fierté d'être soi, dans les cours étroites de l'angoisse et de la misère, sur les hauts murs froids de l'exil.
Fort comme le lion d'Afrique. Fort comme l'humanité.

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Souvenir royal et nostalgique d'une savane perdue...
Répondre
C


D'une grandeur perdue, d'une beauté perdue : un lion d'exil.



L
Ce beau lion des quartiers démunis apporte son regard clair comme une promesse aux exilés du bonheur. Un bien beau texte, Carole.
Répondre
C


Il a vraiment des yeux très clairs, très purs, je trouve. Merci, Lorraine.



M
Ce lion protecteur est comme une lumière écartant les ombres. La dignité n'a pas de couleur, surtout pas celle de l'argent. Le petit mot de cet homme est vaste comme un discours.
Merci pour ce beau billet
Bonne journée Carole
Martine
Répondre
J
Il a le regard clair et fort ce lion. Il sait rassurer ceux qui sont dans la crainte des lendemains qui ne chantent pas ou plus.Merci Carole pour ton regard aigu et tendre. Amitié. Joëlle.
PS: merci pour ta réponse d'hier, elle me va droit au coeur.
Répondre
K
Voilà qui prouve que la photographie n'est pas une activité solitaire d'isolement quoi qu'on en dise
Superbe peinture
Répondre
C


Non, je trouve que ce n'est pas du tout solitaire. Pas tellement plus que de planter son chevalet sur une place animée quand on peint !



G
C'est vrai que l'appareil photo amène parfois une communication avec les gens alentours
Répondre
C


Souvent, même, je trouve, mais ça dépend de ce qu'on photographie, et aussi du "rythme" du photographe. Moi, je suis assez lente.



E
Comme tu le dis , ces moments de rencontres éphémères sont riches et apportent un plus au souvenir que cette photo laissera.
J'aime ton analyse autour de ce lion.
Belle soirée Carole
Répondre
C


C'est un aspect agréable, je trouve, du travail qu'on peut faire en photo.


Merci, Erato.



H
Ce quelque chose de royal, ce je ne sais quoi de supérieur, donne une noblesse au quartier et il y a dans ce fait comme une grande respiration.

Hélène*
Répondre
C


Hélène, tu résumes avec élégance ce que j'ai pensé, en le voyant. Merci.



P
Solidarité dans la misère et la souffrance, face à l'humiliation, le mépris, la négation ... ce lion porte haut et fort leurs espoirs . Très émouvant ...
Merci Carole, bonne soirée et bisous, Plume .
Répondre
C


Emouvant, et impressionnant aussi, car il est très grand. Un véritable éblouissement, quand on entre dans la rue. Merci, Plume.



J
L'âpre vie des pauvres, oui, placée sous la protection de ce superbe lion ...
Comme zadddie, je pense que ce lion protecteur est l'animal emblématique de la royauté éthiopienne et le symbole par excellente de l’identité rastafarienne ... qui s'est répandue en Jamaïque ... Il
est vrai que le drapeau malien ressemble beaucoup à celui de l'éthiopie.
Répondre
C


Merci pour ces précisions, je ne savais pas tout cela, et je suis ravie que mes lecteurs me donnent d'aussi précieuses informations. Les "rastafaris", je trouve que cela "colle" encore mieux à
mon propos. Sans doute ce lion est-il "syncrétique", et représentatif d'une forme d'"âme africaine"....Prudemment, j'avais écrit "fiers drapeaux d'Afrique", après avoir vu que ces couleurs se
retrouvaient en plusieurs lieux (dont le Mali pour l'ordre et le sens des bandes de couleur).



Z
un animal qui les rend fiers, leur vie n'est surement pas toujours facile en France...
bonne journée
Répondre
C


Oui, je crois que c'est cela. Merci, Zabelle.



Z
sinon je pense à une adaptation du drapeau rastafari....( ou en tout cas aux rastas.. : )
Répondre
C


Je retiens l'explication : merci ! Je ne l'aurais pas identifié seule, j'hésitais. 



Z
jolie rencontre...mais je persiste c'est pas partout pareil...
Répondre
C


Mais que cela existe quelque part, que cela soit possible, je trouve cela déjà très beau... 


Tu sais bien que je suis une "optimiste" ! 


J'ai été éblouie quand j'ai découvert la fresque, dans une rue vraiment "moche".



C
Bonsoir Carole,

J'ai beaucoup aimé ce texte rempli d'émotion. Le regard de ce lion exprime la force dans la misère, il est si lumineux dans le chaos de l'existence. Tant de gens sont en souffrance et contraints de
se déraciner pour quérir un eldorado qui n'en est pas un... Je reste convaincue que notre belle terre pourrait rendre tout le monde heureux si une poignée de tristes et sauvages individus n'avaient
pas le pouvoir de vampiriser autrui...
Bises charmées par cette photo et ce conte poignant.
Cendrine
Répondre
C


Je ne crois guère possible que cette poignée de tristes sires relâche son emprise, restent, tout de même, la solidarité, la beauté, l'effort et la générosité, vraies bases d'un autre monde...


Merci, Cendrine, avec toute mon amitié.



L
"Fort comme l'humanité" : Tout est dit !
Merci
LOIC
Répondre
C


Merci, Loïc. A bientôt.



J
Bonjour Carole... L'exil pour cause de misère et bien souvent la retrouver ailleurs qui n'est pas le paradis comme pensé... J'en veux à ces gouvernements de là-bas de ne pas rendre leur peuple
heureux...comme il se doit ! Un autre pays n'est pas la solution mais puisqu'ils y sont offrons leur un regard comme tu l'as fait... merci !
Répondre
C


Le drapeau est, je crois, celui du Mali... j'ai préféré me situer sur un plan général pour cette "fable", sachant bien aussi que malheur et misère se déplacent vite en Afrique (ou ailleurs !),
mais, bien sûr, le Mali représente aujourd'hui, plus qu'un autre pays, la guerre, l'horreur, la fuite et la misère des réfugiés...  Les événements de Tombouctou m'ont récemment épouvantée.


P.S. : Le commentaire de Zadddie, puis celui de Jean-Claude Vincent, m'ont apporté d'autres informations, je te laisse les lire...



N
Je l'entends ronronner de plaisir. Que ce lion te protège!
Répondre
C


Je me place en effet sous sa protection... car il est "fort comme l'humanité". Merci, Nounedeb.