Non

Publié le par Carole

non-aux-licenciements-3-jpeg.jpg
 
   Il n'y a pas plus de quelques mois, sur ce grand mur, on pouvait lire l'inscription, jaune, forte et carrée : "Non aux 170 licenciements". Le mot Non éclatait, ferme, puissant, en lettres si brûlantes qu'elles paraissaient dorées, quand le soleil donnait sur le clairon du o. Et puis on a repeint : il fallait, n'est-ce pas, l'effacer, la mémoire fatiguée de la révolte éteinte... à moitié - c'était bien suffisant. Sur le pan de mur mal nettoyépersonne n'est venu poser un autre non, seuls quelques tagueurs sont passés, au hasard de leurs nuits, écrire en lettres embrouillées leur rébellion fugace.
    On ne peut plus lire grand chose de clair, maintenant, sur le mur. Wero Moisy ciements trop mort le soutien de. Des mots. Juste des mots posés côte à côte, indifférents les uns aux autres, anneaux brisés d'une chaîne humaine à jamais rompue. Bredouillement de colère retombé en crachats, absurde bavardage de ceux qui pouvaient être rois mais dont l'élan retombé s'est moisi.
 
    On ne dit jamais longtemps non. Ni aux licenciements ni aux guerres ni à la honte ni à l'ennui ni à rien. On ne dit jamais longtemps non, c'est ainsi. Le non est une note grave et dure, ardente, extrêmement difficile à tenir.
    Les hommes vont et les harnais blanchissent, le souffle manque, et la résignation pousse partout ses ombres.
    On se lasse. Peu à peu vient l'oubli, qui passe pour sagesse. Il paraît qu'on s'adapte, qu'on accepte, qu'on change, qu'on n'a plus la folie de dire non, qu'on devient raisonnable, qu'on préfère dire oui mais. C'est ainsi. Sur ce mur comme partout. 
 
    Pourtant, celui qui saurait vraiment, longuement, fortement, dire non saurait enfin dire vraiment oui. A la vie, par exemple. A l'avenir. A l'espoir.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

armide+Pistol 11/03/2013 16:42

Le système et les dirigeants sont des briseurs de rêves et de vie.

Cardamone 09/03/2013 00:21

Très beau texte.
Le pouvoir de dire non de façon tenace et fructueuse n'est-il pourtant pas constitutif d'une démocratie vivante?

Carole 09/03/2013 00:39



Cardamone, c'est bien ce que je voulais dire. Mais je voulais élargir aussi, pour me placer aussi bien sur un plan moral que politique (du reste ne serait-il pas temps de réconcilier la morale au
sens philosophique et une politique qui n'a que trop perdu sa dimension philosophique ?).



Gérard 09/03/2013 00:01

dire oui ou non mais surtout être en accord avec soi

Hélène Carle 08/03/2013 23:22

Dire ce ¨Non¨, le prononcer, le déclarer, c'est souvent se dire ¨Oui¨.

Hélène*

Valentine :0056: 08/03/2013 22:14

Oui en effet, je n'avais pas vu la couronne... ;)

Valentine :0056: 08/03/2013 21:37

Tu crois, qu'on ne dit jamais longtemps "non" ? Il y a des gens qui disent "non" à quelque chose sans discontinuer jusqu'à ce que cette chose se soit amendée. D'ailleurs c'est bien ta conclusion :
lorsque l'on est sûr de son "non", on devient également certain de ses "oui" ; tout devient plus clair, mieux défini.
Il est certain que le pauvre mur est bipartite, mais je ne trouve pas le tag si dérisoire ; il eût été dommage de laisser uni ce pan de mur à demi repeint...

Carole 08/03/2013 21:56



Et puis j'aime bien ce nom : "Moisy", avec son i couronné.



cafardages 08/03/2013 18:04

triste oui !

Carole 08/03/2013 20:54



c'est le "oui mais" qui est triste.



Cendrine 08/03/2013 12:56

Magnifique texte, comme à l'accoutumée... La passion et la révolte émoussées dès que s'écoule le temps... Le temps du "non" révolu, voilà que sombre le navire de ceux qui luttaient pour vivre.
Je sais le prix que l'on paye pour continuer à dire "non" mais "oui" la vie et l'espoir sont là... et ceux qui ont respecté ce "non" se comptent sur les doigts d'une main...
Belle journée Carole
Cendrine

emma 08/03/2013 11:43

et l'espérance est violente ... mais la desespérance aussi

Carole 08/03/2013 15:50



Oui : cédons plutôt, alors, à la violence de l'espérance.



M'amzelle Jeanne 08/03/2013 08:37

Magnifique..
OUI.. chère Carole il est trop facile de baisser les bras.. d'accepter finalement du n'importe quoi !
MERCI beaucoup !

Richard LEJEUNE 08/03/2013 07:43

Savoir dire oui, savoir dire non : grand débat philosophique, s'il en est.

Et avec dire oui à la vie, il y a le "Ja sagen" de Nietzsche à l'horizon de votre pensée, ce matin !

Carole Chollet-Buisson : nietzschéenne ???

Carole 08/03/2013 15:53



Du moins c'est l'un des philosophes que j'aime et auquel je me réfère souvent.



jill bill 08/03/2013 06:54

Que de vérités Carole... Petit on dit facilement le non et en grandissant.... Merci !

almanitoo 08/03/2013 06:38

"Il dit non avec la tête
Mais il dit oui avec le coeur"..

Carole 08/03/2013 15:52



Et Prévert, lui, a tout dit !