Monsieur Diop et monsieur Kilic

Publié le par Carole

      Pourquoi, monsieur Kilic, pourquoi m'avez-vous fait cela ? Pourquoi ? Pourquoi donc ? Vous n'aviez rien à me reprocher pourtant, non vraiment, je ne comprends pas... vous n'aviez aucune, aucune raison de m'en vouloir... J'ai beau chercher et chercher encore, je ne vois pas, monsieur Kilic, ce que vous auriez pu avoir à me reprocher... Et moi, monsieur Kilic, moi, je vous l'assure, c'est bien la première fois que j'ai à me plaindre de vous... Nous étions de si bons amis, jusque-là. [...]
 
Suite du récit à lire sur mon blog de nouvelles cheminderonde.wordpress.com

Publié dans Récits et nouvelles

Commenter cet article

Jonas D. 08/04/2014 11:44

Bonjour Carole. C'est un peu long pour moi ce matin, mais j'y cours dès que possible.
Jonas

Martine 29/03/2014 21:03

Poignant. Bouleversant

flipperine 29/03/2014 12:11

commentaire sur l'autre blog

Anne-Marie 28/03/2014 07:40

Etre en colère, pour résister au torrent de larmes qui sur son passage emporterait tout et l'emporterait lui...
Etre en colère pour ne pas se noyer dans sa tristesse...

Carole 28/03/2014 10:44



Une colère pleine de larmes et déjà résignée.


Je passe tous les jours devant un café où se réunissent de vieux immigrés restés en France dans leur grand âge. C'est poignant de les voir si fragiles.