Mnémosyne (la Mémoire)

Publié le par Carole

mnemosyne.jpg
Mnémosyne - bibliothèque Jacques Demy - Nantes 
 
"C'est une loi, que tout rentre dans la terre, semblable aux serpents,
Prophétiques [...]. Et il y a
Beaucoup à porter,
C'est sur les épaules comme un chargement de bûches.
Mais les chemins sont mauvais."
(Hölderlin, Mnemosyn, traduction personnelle)
 
 
Une moitié du visage emportée, les bras coupés et les jambes liées, tordue et douloureuse et mouvante et mourante comme une flamme, lourde et noire comme les corps souillés couchés au fond des navires négriers, comme l'eau de l'estuaire sous la coque percée des barges de la Terreur, comme les barreaux des prisons des otages et les fusils de leurs bourreaux, secouée déformée dévorée par tous les vents de l'histoire, elle a le regard fixe des serpents qui remontent toujours vers le dedans, au plus caché, pour nous dire l'avenir.
 
On l'a appelée Mnémosyne. Elle est, dit-on, notre Mémoire.
 
Derrière elle, un absurde panneau prévient les passants que le site est équipé de caméras vidéo qui enregistrent tout, vingt-quatre heures sur vingt-quatre.
A demi-décollée sur son socle, une affichette plus absurde encore avertit ceux qui se risqueraient à courir, à s'élancer dans la bibliothèque : "Attention,  sol glissant".
 
Mais toute nue et terrible, accablée transpercée sous son fardeau d'éperons et de lames, devant les caméras et les archives numérisées, sur le sol si glissant de nos vies incertaines, Mnémosyne se tord. Elle danse comme une larme, elle court sur les chemins mauvais, elle appelle et se tait, et sa poitrine est un nid de bêtes, un écheveau de vipères étouffant son corps incertain et nocturne.

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pyrausta 24/02/2012 10:42

du plus terrible surgit l'humour.Belle leçon d'ecriture et de vie.

ADAMANTE 14/02/2012 14:30

Je vous remercie beaucoup de cette réponse et je vous dis : à très bientôt.

ADAMANTE 14/02/2012 11:52

J'apprécie beaucoup ce billet et son humour un peu grinçant ; j'apprécie votre blog, il en émane une certaine quiétude.
Je reviendrai, me voici abonnée au flux RSS de vos articles. Cordialement.

Carole Chollet-Buisson 14/02/2012 13:31



Ce mot de "quiétude" que vous employez me va droit au coeur, d'autant que vous avez ausi parlé d'"humour grinçant". C'est bien le sens que je donne à mon travail : faire émerger, du désordre, de
la tristesse ou de la joie de la vie quotidienne dépourvue de sens apparent, et aussi, et peut-être surtout, de ce qui "grince" ou gémit en moi, quelque chose qui essaie de s'approcher de
l'harmonie...


Je pense que nous sommes proches. Je m'abonne moi aussi à votre newsletter.


Carole