Midi en décembre

Publié le par Carole

midi-en-decembre.jpg
15 décembre 2014 à 12 heures
 
 
A midi en décembre dans les crachats du vent.
A midi en décembre à l'arrêt du tramway à attendre à attendre.
A midi en décembre dans le froid et le triste dans le gris de la vie.
A midi en décembre quand la pluie sous la pluie toute la pluie la pluie.
A midi en décembre quand le jour ce vieil arbre
Etire en noir et blanc ses branches au creux des âmes.
 
A midi en décembre quand le brouillard égoutte aux vitres ses araignées de rides.
A midi en décembre quand tout espoir n'est plus permis.
A midi en décembre quand la lumière en larmes se cache pour pleurer.
A midi en décembre quand on voudrait planter du côté de l'été
Cette aiguille au cadran qui fait tourner la terre.
 
A midi en décembre quand c'est vraiment l'hiver.
 

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Des frissons sous le cadran, mis en musique par vos mots.
Répondre
D
L'attente du tramway en décembre... ça me parle beaucoup cette image.
Poème très réussi, très bien rythmé.
Répondre
J
Oui mais, c'est aussi fin décembre que les jours vont commencer à rallonger et que 'espoir va renaître ! Amitiés. Joëlle
Répondre
L
A midi en décembre, je lis entre les lignes qu'il fait triste en toi. Mais qu'il suffira peut-être d'un peu de lumière pour que l'horloge indique qu'à midi, en décembre, il fait quelquefois doux
dans un sole même fugace!

Lorraine
Répondre
A
Quel style ... ! J'adore, cette pluie répétée et encore répétée, ces crachats du vent, cette attente du tramway... Un beau poème, Carole.
Répondre
C


Merci Martine. C'était vraiment tiré du quotidien !



Z
Il y avait un peu moins de midis hivernaux comme le tien, a Toulouse.. : )
Répondre
F
c'est bien triste ce tps de pluie
Répondre
H
Beau texte de décembre. Tu as vraiment tout dit.
Répondre
C


Merci, Hamza. 



L
quand l'heure se fige ...
Répondre
M
A midi en décembre quand on voudrait l'été, comment ne pas voir que la vie fait grise mine! Merci Carole!
Répondre
J
A minuit, en décembre, les horloges n'existent pas.
A minuit, en décembre, on rêve.
A minuit, en décembre, on attend le train
de l'entrain.
Répondre
C


Joli ! merci.



C
À midi en des cendres de neige...
Répondre
Z
je compatis Carole...
Répondre
C


Hum, Zadddie... peut-être seulement que tu te souviens ?



E
Une horloge de gare peut-être... Les gares sont pénibles en toutes saisons, et les horloges sont stressantes : trop d'attente ou pas assez...
Répondre
C


L'horloge du tramway.



H
Un très beau texte qui tourne autour des mots et de décembre comme une chanson sur un limonaire dans la brume hivernale.
Amicalement.
Répondre
A
Houuu... Tu me rappelles de terribles souvenirs avec ta photo. L'attente du train pour rentrer les jours d'hiver... Je ne voudrais pour rien au monde y retourner, mais par contre, cette grisaille
t'inspire un très beau poème.
Répondre
Q
Midi, décembre... une image et des mots qui se tissent comme si le temps se figeait dans l'instant.

Mais le temps passe, Carole. L'espoir nous pousse à continuer.
Répondre
M
Un beau poème au vrai coeur détrempé de l'hiver, une photo symbolique ...
Répondre
L
Merci pour le charme de cette mélancolie méridienne.
Répondre
X
Savez-vous? En décembre, je compte chaque matin combien de jours il reste jusqu'au 21, date à partir de laquelle la durée des jours stagne quelque peu puis rallonge... (Ce n'est pas pour rien que
la naissance de Jésus a été datée du 25)
En ce 15 décembre, vous n'avez plus que deux semaines à patienter pour reprendre espoir et sécher les larmes.... (c'est novembre que j'aime le moins)
Répondre
C


Oui, moi aussi j'attends de passer de l'autre côté... du cadran !



R
Superbe photo que "votre" sapin de Noël stylisé au-dessus duquel au lieu de la sempiternelle étoile d'or qui brille et guide, vous en avez accroché une autre, tout aussi lourde de symboles, en
argent, comme celle qui "ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, et puis qui nous attend" ...
Répondre
J
C'est un midi qu'on aimerait déjà revoir au zénith de l'été... ,-)
Répondre