En liberté

Publié le par Carole

La-Hague---pre.jpg
 
    C'était au Cap de la Hague, face à la mer. On ne le voyait pas, le taureau du grand pré.
   Je l'ai imaginé là-bas, au bord de l'horizon, en liberté, galopant dans le vent et poursuivant les vagues au loin qui roulaient dans le bleu. Je l'ai imaginé ivre de ciel et d'herbe, dansant comme un jeune bison dans les steppes d'avant.
    Puis se heurtant à la clôture, se déchirant aux barbelés, y laissant tous ses rêves en gouttes de sang minuscules et aussitôt rouillées.
    En liberté dans son élan, dans son amour de vivre. Enfermé dans sa vie de bétail, dans son enclos gris-réel.
    Comme nous, comme tous.
 

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
J'adore cette belle région malgré le vent ;il n'est pas fou ce taureau :d'un coté la mer, l'espace, le vent,la liberté et de l'autre la douleur des barbelés;est ce que nous, les humains , fiers de
notre liberté individuelle, nous nous tournons du bon coté? ou faisons nous quelquefois, même souvent les mauvais choix ,en nous cognant la tête contre les difficultés; j'ai remarqué
personnellement que lorsque je lâche quelque chose à quoi je tenais vraiment, il m'est donné encore mieux en échange.
Répondre
C


Oui, je crois que nous ne pouvons avoir que cette liberté-là, de vivre partagés, en lutte contre nous-mêmes. 



C
Une photo qui me fait penser au taureau "dompté" par Félicité pour protéger les enfants de Mme Aubain et qui la laissa boiteuse.
Répondre
C


D'autant que j'ai pris la photo en Normandie, plus précisément dans le Cotentin.



C
Le taureau devait être allongé tranquillement dans un coin, savourant son bonheur, sans conscience de ses lointains congénères livrés au boucher à l'arène.
Répondre
E
Un billet de perte d'espoir , un peu gris mais malheureusement réel.Ne pouvons-nous pas briser cette barrière et se moquer des barbelés?
Belle soirée , bises Carole
Répondre
R
Votre belle imagination vous joue des tours, Carole.

Car il est évident que voyant son sang sur cette barrière, le taureau qui fonce chaque fois qu'il voit rouge, l'aurait complètement démolie.

Ce que votre photo dément complètement ...
Répondre
C


Sur son propre sang ? Pauvre taureau suicidaire alors. Mais je n'ai crainte, car le sang séché n'est pas rouge, mais brun rouille...



G
en liberté...de prendre la poudre d'escampette
Répondre
D
Elle est super cette photo. Elle raconte plein de choses. Tu as su saisir la lumière aussi.
Répondre
M
Un parallèle hélas bien réel!
Répondre
A
Comme nous tous, tu as raison. Nos barrières sont plus ou moins proches, mais, elles sont.
Répondre
F
un taureau en liberté provisoire!!! Comme nous tous!!! Nous ne sommes que de passage sur cette planète et notre chemin de vie est jonché de barrières mais jamais , au grand jamais, je ne veux vivre
"le meilleur des monde"!!!! BISOUS FAN
Répondre
D
En liberté. C'est tellement élastique cette notion. La seule chose que nous pouvons faire de "mieux" que les taureaux.. c'est d'être libres dans notre tête. Mais eux??
Répondre
A
Et pourtant, de quoi rêvons-nous tous, que cherchons-nous quitte à nous blesser jusqu'à épuisement alors que nous savons d'avance qu'un jour ou l'autre une clôture s'élèvera sur le chemin?
Répondre
J
Toute liberté à tout de même ses clôtures, ses lois, ses règles... on ne peut vivre en société sans, même si démocratique... merci Carole...
Répondre
E
Cotentin tellement moins couru que la Bretagne, sauvage et authentique - pas vu de taureau, mais des bruyeres et des bruyeres,on s'attend à y croiser Jane Eyre et Heathcliff
Répondre
A
La vie comme un grand champ face à la met et qui semble infini...Pourtant, on finit toujours par se retrouver devant une clôture!
Répondre
M
Se contenter du peu de liberté qu'on nous donne et essayer d'y trouver un peu de bonheur...
Répondre