Un regard de Claude Cahun

Publié le par Carole

yeux-de-claude-cahun-1.jpg.psd.jpg
"Les yeux de Robert Desnos. Je les revois... profondément glauques sous un ciel plombé... Océan à la calme surface duquel flotteraient des algues et fleuriraient des huîtres butinées par un essaim d'étoiles." (Claude Cahun)
 
 
Les yeux de la photographe Claude Cahun se sont posés sur moi.
C'était au parc de Procé où Violaine Dejoie-Robin les a dessinés sur un filet de pêcheur, puis cousus comme un canevas, à gros points bleus de nuit roussis d'algues et d'étoiles.
Sur l'eau calme d'un minuscule étang, Claude Cahun ouvrait des yeux sombres et profonds, semblables à ces taches de Rohrschach où se lisent tous les maux d'une âme. Le vent très vif faisait palpiter comme un rideau de scène le clair tissu de son regard. Et dans le vaste filet de ces yeux qui avaient photographié ceux de Robert Desnos, venaient se prendre, indécises civelles, tous les reflets, toutes les ombres du vieux parc.
 
J'ai toujours aimé Claude Cahun, cet être tourmenté dont les autoportraits innombrables ont multiplié l'image incertaine.
Femme qui voulait vivre en homme et prit ce nom de Claude.
Provinciale qui ne voulait être d'aucun lieu et mourut sur une île.
Artiste de toutes les illusions qui ne savait à laquelle vouer son âme au diable.
Soldat sans nom de toutes les révoltes qui se donna si fièrement le nom du vieux Caïn.
Nièce de Marcel Schwob quand il s'embarqua vers les Samoa comme on va vers la mort.
 
Non loin de ce coin de parc où elle ouvrait dans la pénombre ses prunelles marines où passait tout le ciel, j'ai remarqué un arbre. Un vieux chêne à l'écorce soufflée comme un noeud de racines, qui avait de grands beaux yeux de bois, brillants et clairs comme la peau nue d'un crâne, partout où pour le tailler on avait porté autrefois la hache.

Tant de regards si purs, si lointains et si drus, tant de regards voyants sont nés de profondes blessures.
 
                                                     ______________________________
 
Pour prolonger :
http://www.up.univ-nantes.fr/1330417191707/0/fiche___actualite/&RH=1228238620935
 http://nantes-actu.info/content/claude-cahun-cette-grande-po%C3%A9tesse-de-louest
http://www.jeudepaume.org/index.php?page=article&idArt=1397&lieu=1
http://carpewebem.fr/retrospective-claude-cahun-au-jeu-de-paume/

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Merci Carole, pour ce foisonnement culturel certes, mais d'abord humaniste et authentique,
Valdy
Répondre
C


Tu sais, c'est Violaine Dejoie qui a tout fait, et tout "dit" : son installation est superbe, et très très intelligente aussi.



D
Bonjour,
c'est fantastique ce regard et le reflet, j'aime ça.
Répondre
C


Merci pour ce commentaire bien agréable à lire, Dominique.



V
"Tant de regards voyant sont nés de profondes blessures"... Merci pour ce que Tes mots donnent à...voir, Carole. Et pour les liens (je ne connaissais pas). Belle soirée !

Voilier
Répondre
C


Merci, Voilier, je voulais faire connaître à la fois Claude Cahun et cette belle exposition qui a lieu en ce moment à Nantes.



B
Merci pour cette découverte, j'avais vu qu'elle était exposée au Jeu de Paume l'an dernier mais je n'y étais pas allée, j'ai regardé la vidéo qui parle de son oeuvre, j'aime beaucoup ce qu'elle a
créé, une femme originale pour l'époque. Amicalement
Répondre
C


C'est une grande artiste !


A bientôt, Balladine.



Z
sourire
Répondre
C


Un sourire pour répondre à un regard : parfait !


Merci Nathalie. Bonne soirée.



N
Le plaisir toujours renouvelé de lire un texte sensible, et découvrir une oeuvre, et une artiste que je ne connaissais pas. J'irai voir les liens. Merci!
Répondre
C


Oui, va voir les liens, et poursuis si tu as le temps, car je ne voulais rien mettre de trop long, mais Claude Cahun est quelqu'un de vraiment intéressant.



J
Regard, lumière de l'âme que nul ne peut pénétrer en sa profonde essence ! Douce journée à toi Carole. Joëlle
Répondre
C


C'est en effet une des choses qui m'ont intéressée dans cette très belles exposition de "regards" en plein air.
Merci Joëlle, à bientôt.



S
Merci pour ce partage, je découvre, un regard que tu poses sur un autre de très belle façon.
Bonne journée Carole
Répondre
C


Claude Cahun est vraiment une grande photographe, assez méconnue malheureusement.


 



A
En effet, Baudelaire est à Montparnasse, avec sa mère et son beau-père. A l'opposé de la tombe, le cénotaphe (laid), de Charmoy.
J'aime, moi aussi, beaucoup-beaucoup Schwob.
Répondre
C


Baudelaire avec Aupick ?... les problèmes de famille, c'est pour toujours alors ?


Bises, Anick



A
Je suis fascinée par ta photo, le rapport des couleurs et ce regard, ce bleu, il se dit là quelque chose que porte la lumière de tous les reflets.
Répondre
C


Je trouve aussi que l'artiste a parfaitement exprimé ce regard de la photographe surréaliste.



A
Je fréquente beaucoup le cimetière du Montparnasse et m'arrête souvent devant la tombe - très difficile à trouver - de Marcel Schwob (inhumé avec une partie des Cahun - dont Léon je crois).
Je t'embrasse.
Répondre
C


J'aime beaucoup Marcel Schwob, surtout ses Vies imaginaires et les lettres du voyage vers les îles Samoa. Et Claude Cahun, sa nièce, est très remarquable aussi à mon avis. Je connais ses
oeuvres par le musée de Nantes et aussi par les expositions qu'il y a eu assez régulièrement dans cette ville  où on cultive l'aspect "berceau du surréalisme".
La famille Schwob est nantaise, le père de Claude Cahun (Lucie Schwob en réalité) était le directeur du journal "Le Phare", qui a disparu maintenant, mais qui était semble-t-il très important.


C'est vraiment gentil de m'écrire ! Je te souhaite de bonnes prromenades, en compagnie de Marcel Schwob, et de tous les "grands" du cimetière Montparnasse - que je ne connais pas : mais je crois
que Baudelaire y "habite" aussi, non ?


Je t'embrasse, Anick, et te dis à bientôt !


Carole



E
Je ne la connaissais pas .Merci pour les liens que j'ai lus avec beaucoup d'intérêts. Douce soirée, bises Carole
Répondre
C


J'ai ajouté ces liens car je sais que Claude Cahun n'a pas la célébrité qu'elle mériterait.


Merci, Erato.



L
jolie photo et surtout texte trés interessant, j'ai beaucoup appris, merci
Répondre
C


J'avais ajouté des liens car, malheureusement, cette grande photographe nantaise n'est pas très connue malgré plusieurs expositions importantes.



J
Bonsoir Carole ! Originale.... Je ne connais pas Claude Cahun, merci pour ton écrit qui accompagne ce cliché.... jill
Répondre
C


Une photographe de grand talent. Une très grande photographe.


Merci, Jill



C
Qui suis-je ? Peut-être les yeux le diront-ils.
Répondre
C


Dans le cas de Claude Cahun, peut-être pas.


Mais elle a d'abord existé par ses yeux et son regard troublant et troublé posé sur le monde.