Les pigeons

Publié le par Carole

pigeons-endormis.jpg
      Soyez-vous l'un à l'autre un monde toujours beau. (La Fontaine)
 
 
Ces deux pigeons endormis, posés dans le rai d'une lampe, en équilibre sur l'étroite corniche, au-dessus de nous qui passions, très tard, dans la rue solitaire et obscure, c'était si peu de chose, c'était si émouvant pourtant.
Ces deux bêtes confiantes et ignorées de tous, ces deux êtres s'aimant, reposant côte à côte sur le nid tiède d'une pierre, dans le mince halo d'une lumière fragile, c'était comme si tout là-haut, dans le monde des oiseaux, quelque chose de nous s'était posé, quelque chose de léger, de très simple et de pur, que nous ne savions pas nommer,
ou comme si, peut-être, une brève lueur, glissant d'en-haut très doucement, sur l'aile lentement repliée de la nuit, était venue nous visiter - vers un monde toujours beau éclairant le chemin.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MARIE 01/08/2012 18:39

Je trouve très triste la vie des pigeons de nos villes, mal aimés, mal logés, mal nourris... la photo est jolie mais bien triste aussi !

Carole 01/08/2012 20:34



Triste... je ne sais pas. Ils avaient l'air de bien dormir. Mais qu'ils soient mal aimés, c'est on ne peut plus vrai. 



Catheau 29/07/2012 16:36

Dormir à deux dans la lumière : une idée de l'Eternité ? Tout est beau : le texte et l'image.

Carole 30/07/2012 01:33



Une idée de l'éternité : je retiens cette interprétation, Catheau.



joelle.colomar.over-blog.com 29/07/2012 10:03

Sans rien dire, sans bouger, ils perçoivent mieux le souffle de la terre qui les appelle au calme d'un nuit bienveillante. Amitié. Joëlle

Nounedeb 28/07/2012 17:40

Encore cet étonnement: sont-ils réels, sont-ils mirage? Comme confus d'être dans la lumière; et si bien, posés sur ce recoin de corniche. Sont-ils sculptés, sont-ils plat trompe l'oeil ? Mais non,
ils dorment, chauffés par la lumière qui ricoche sur la pierre. Dévoilés par l'objectif alerte de Carole.

Carole 29/07/2012 12:38



Une lumière dans la nuit, c'est toujours source d'irréalité, (et pas toujours facile à restituer par la photo, je ne réussis pas toujours les "nocturnes"). Pourtant ces deux pigeons étaient de
ces pigeons communs qu'on veut chasser des villes, aujourd'hui. Je crois qu'ils s'aimaient "d'amour tendre" pour s'être ainsi endormis l'un près de l'autre.



Plume 28/07/2012 15:44

Arrêt sur l'image d'un instant aussi lumineux que fragile qui capte le regard et fait s'envoler les pensées dictées par l'émotion ...
Merci Carole, bon week-end, bisous,
Plume .

Carole 30/07/2012 01:32



Merci pour ce beau commentaire, Plume.



mansfield 28/07/2012 11:48

Une belle image de communion entre l'humain et l'animal,et de confiance aussi.

Carole 30/07/2012 01:29



Ils semblent parfois se ressembler... d'où les fables animalières, celles de La Fontaine par exemple.


Merci, Mansfield.



Lorraine 28/07/2012 10:37

Cette photo m'émeut beaucoup. Elle reflète la sérénité, l'amour, le calme, la confiance. Peu de chose, dis-tu, c'est vrai. Mais tellement intense quand on a gardé la faculté d'accueillir le petit
bonheur fragile. La Fontaine l'a bien traduit; et tes mots portent sur leurs ailes la douceur d'une nuit d'été. Merci, Carole.

Carole 29/07/2012 23:43



Merci, Lorraine, ces pigeons m'ont paru sortir à la fois de la fable de La Fontaine sur les "deux pigeons" et du Songe d'une nuit d'été de Shakespeare. Tu as bien retrouvé ces références...


C'était si mystérieux et pourtant si simple, un moment de grâce dans une rue sans grâce, à Bordeaux.



Tibicine 28/07/2012 09:58

Bonjour Carole. La diversité de la nature existe pour nous apporter un éclairage et une inspiration pour rendre notre existence plus créative ; encore faut-il que, comme toi, les autres en
comprennent le message originel. Bon we, Tibicine

Carole 29/07/2012 12:35



Elle existe aussi pour elle-même, et parfois les hommes peinent à le comprendre, Tibicine. A bientôt.



Richard LEJEUNE 28/07/2012 07:46

Croyez-vous que l'un a déjà quitté le logis et est revenu "maudissant sa curiosité" ou, que point aussi fou que celui du fabuliste, point aussi désireux de voir un autre monde, tout à la simplicité
de son "amour tendre", n'a nulle envie d'être en peine ?

Carole 29/07/2012 11:57



Je ne sais pas... il faut le demander à La Fontaine...



Martine 28/07/2012 06:32

Bonjour Carole,

Les pigeons se chauffent peut-être mais tu sublimes ce duo de façon charmante et émouvante. J'aime ton regard sur eux.
Merci pour cette douceur
Passe un bon weekend ;)
Martine

Carole 29/07/2012 11:57



Et merci à toi, Martine, pour ce commentaire qui me touche.



Hélène Carle 28/07/2012 00:56

Un éclairage juste pour eux digne d'un chef-d'oeuvre cinématographique. On dirait presque une scène à l'époque de Cocteau.

Un texte vraiment très beau,
sincèrement
Hélène*

Carole 29/07/2012 11:56



C'était si beau dans la rue. Merci, Hélène.



Gérard 27/07/2012 23:44

Ils sont peut-être à cet endroit pour se réchauffer auprès des lampes

Carole 29/07/2012 11:56



Il faisait très chaud ce soir-là à Bordeaux. Je ne sais pas si c'était la lumière ou la chaleur qui les avait attirés, peut-être les deux...



zadddie 27/07/2012 23:29

c'est vrai qu'ils sont attendrissants...

Carole 29/07/2012 11:55



Ils s'aiment "d'amour tendre".



Suzâme 27/07/2012 20:33

Les pigeons, les tourterelles, les colombes sont choisies pour symboliser le couple. L'amour est la plus page de la vie. N'est-elle pas celle que le regard, après tant épreuves, peut choisir de
retenir?
Instant propice, instant "béni", deux pigeons et la paix revient au profond de nous-mêmes. Ils sont là pour dire tout l'amour qu'on a ou tout l'amour qui nous manque. Il nous disent
d'aimer...Suzâme

Carole 29/07/2012 11:54



Et c'était également ce que disait La Fontaine, un sage aussi.



jill bill 27/07/2012 20:11

Jolie pensée à la vue de ce couple qui vous a ému, ébloui... et fait autre, oiseau peut-être, le temps d'un regard en l'air.... Douce soirée Carole...

Carole 29/07/2012 11:53



C'était un beau moment, au milieu de la nuit.