Les pieds du général Lamoricière

Publié le par Carole

tombeau général lamoricière
      Nantes - Cathédrale - Cénotaphe du général Lamoricière
 
 
    Je n'aime pas que nos villes soient encombrées de généraux. Je n'aime pas les voir défiler sur les plaques des rues. Je n'aime pas qu'ils fassent la circulation aux carrefours. Je n'aime pas que tous ces généraux paradant et pétaradant prennent à jamais la place des généreux... 
   Mais bien sûr, comme les autres et malgré mon avis, cette ville regorge de généraux. Morts, embaumés et sculptés, ils sont partout. 
     Le Lamoricière de la cathédrale, par exemple, encore un général.
    Le tombeur d'Abd-el-Kader, le chouchou de Pie IX, celui-là, un de ces sabre et goupillon qui infectent l'histoire des peuples. On l'aurait tout à fait oublié, s'il ne faisait pas mine de dormir en pleine cathédrale, s'il n'avait pas arrangé là son petit coin de Westminster.
    Et juste en face du merveilleux tombeau du duc François II et de son épouse Marguerite de Foix sculpté par Michel Colombe.
    Avec ses noires allégories de charité et de vertu, ses coquilles, ses colonnes et son masque serein, essayant sottement d'imiter l'autre, s'appliquant à faire mieux. Mieux que Michel Colombe, un Lamoricière, allons bon ! Regardez donc ses pieds.
    Les pieds du général Lamoricière pointent lugubrement, triangulaires comme le sale commerce, sous le drap bien tendu de son épais linceul.
    Ce ne sont ni les pieds délicats, aériens, de François et de Marguerite, caressés par les anges, foulant déjà, sans peine et sans ostentation, la douce soie des brumes de l'au-delà.
    Ni les pieds nus glacés aux orteils écartés des rois couchés transis à Saint-Denis, offrant à la méditation leur pitoyable vanité de vieux morts couronnés.
    Ce sont les pieds d'un cavalier toujours botté, éperonné pour la chasse à l'Arabe.
   Ce sont les pieds d'un mondain élégant et correct, qui pour rien au monde ne se montrerait nu.
    Ce sont les pieds d'un bourgeois raisonnable, qui sait bien qu'on n'avance pas loin dans les airs, et que d'ailleurs les anges ne gardent pas les comptes en banque.
    Ce sont les pieds d'un homme de foi, qui sut faire son chemin sur la terre.
 
    De vrais pieds de général Lamoricière. Très laids.
 
pieds-lamoriciere-7.jpg
 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Amusant la goutte...Effectivement Lamoricière a souffert de crises de goutte,dont la dernière lui fut fatale.Une énergie incroyable au service d'un idéal humaniste : faire le bonheur des peuples malgré eux ! Malheureusement, et contre son gré,dans le sang.Allez jeter un oeil sur Abd El Kader qui l'appréciait.Vous découvrirez un homme exceptionnel lui aussi.
Répondre
C
Je ne savais pas que Lamoricière avait souffert de la goutte, mais... je me doutais !
Quant à Abd-el Kader, je ne le connais pas bien, mais j'ai vu à Amboise son lieu de détention. Triste.
L
Sans ses pieds, je ne connaitrais pas le général Lamoricière. Je viens à l'instant de faire connaissance avec eux et grâce à toi j'en sais un peu plus sur le personnage. Tout ce qui me rappelle
"les" guerres m'indispose. je viens de revoir "Les sentiers de la gloire" à la TV et les généraux de cette boucherie 1914) ont provoqué en moi la colère et l'indignation. Sans doute y eut-il des
héros; mais aussi des lâches, des arrivistes, des vaniteux, pour qui la gloire valait le sacrifice d'une armée. Ou d'un peuple. L'Histoire est triste!...

Lorraine
Répondre
C


Ce général-là a fait la conquête de l'Algérie à coups de razzias bien sanglantes, et il s'est dressé contre la république italienne en se mettant au service du pape d'alors. Pour finir on lui a
offert tout un morceau de cathédrale ! Alors je crois qu'il mérite cette petite "vengeance"...



D
J'ouvre ton blog, il n'y a d'abord que le titre qui s'affiche et, déjà, il y a beaucoup de richesse dans ces quelques mots.
Larmoricière... J'ai lu, il n'y a pas très longtemps, un livre D'Assia Djebar qui parle, entre autres, de l'arrivée des Français en Algérie. Je ne sais plus si elle parle de ce général, je n'ai pas
la mémoire des noms.
Répondre
C
"Droit dans ses bottes ! " isn't it ? A quoi serviront-elles dans l'au-delà ?
Répondre
A
Ah la cathédrale d'York. De toute beauté. Mais le vaisseau de la cathédrale de Nantes est splendide
http://lefenetrou.blogspot.fr/search/label/York
Répondre
A
J'avais raté ses pieds !
La photo magnifie ce tombeau qui est plutôt lugubre.
Répondre
N
Sabre+goupillon+artiste pompier!
Répondre
M
"Les anges ne gardent pas de compte en banque..."!
J'aime vraiment !
Répondre
S
Carole, vous êtes une orfèvre dans l'art de dessiner les pieds avec les mots ! J'adore votre texte, même si comme vous, je n'aime pas les généraux et leur clique endimanchée pour l'occasion, je
n'aime pas ce qui se passe dans le monde où les généraux modernes continuent de mettre leurs nez pointu dans les affaires qui ne les concerne pas, il faut bien entretenir leurs humeurs belliqueuses
et leur goût de défendre les nantis !
Ah s'il existait une armée de sages, ça se saurait, vous ne croyez pas ?
Répondre
C


Cette armée-là existe, mais elle est si sage qu'elle se tient toujours... en réserve !



J
Carole, aurais-tu rêvé d'être podologue? :)
Répondre
C


A condition de ne pas avoir un tel personnage pour client !



O
..pardon..jai parcouru ces orteils avant d'avoir rencontré une tasse de café....je n'ai donc certainement pas tout saisi....mais ce que cela a éveillé en moi est le tableau de celui qui présente
une crise de goutte...et qui ne supporterait absolument pas le poids d'un drap sur ce gros orteil.....cela n'a pas grand chose à voir avec le sujet...c'est pour cela que je m'éloigne illico à la
recherche de cette merveilleuse tasse qui sent les merveilleux grains torréfiés.....
Répondre
C


L'idée de la goutte me plaît bien. Je ne sais pas s'il en souffrait en effet.



R
Et voilà que grâce à ses grands panards, ce général remet pieds sur terre.

Quel pied ...
de nez à l'histoire qui l'avait beaucoup oublié.


Je suis allé sur le Net et y ai vu une photo de son cénotaphe dans la cathédrale : le mauvais goût de la mégalomanie !!!
Répondre
C


Merci pour ce pied de nez. Penser que ce cénotaphe prétentieux abîme notre si belle cathédrale depuis plus d'un siècle !



M
Ce ne sont pas des pieds mais des "tatanes". C'est d'un moche!
Jamais entendu parler de ce général.
Merci carole
Répondre
C


Heureusement, on finit par les oublier. Un des "conquérants" de l'Algérie, comme je l'ai expliqué. 



A
Je savoure ce billet de vérité et d'insolence légitime!
"Un âne à deux pieds peut devenir général et rester âne" disait madame la comtesse.
Répondre
J
Un jour je suis allée à York, sa cathédrale, que de gisants j'y ai vu... je ne connais pas "ton" général, merci Carole...
Répondre