Les ombres de Fukushima (réédition)

Publié le par Carole Chollet-Buisson

 
au-bord-de-la-mer-version-1_modifie-1--recadre.jpg
11 mars 2013 : deuxième anniversaire du drame de Fukushima.
 
A Fukushima, où la mer a emporté tant de corps jamais retrouvés, sans urne, sans sépulture,
à Fukushima, où la mort monte comme une marée lente dans le corps des enfants irradiés,
à Fukushima, les ombres des disparus se posent comme des oiseaux tristes et doux, comme des oiseaux sombres, sur les ombres des vivants,
et ces ombres si courtes, si fragiles, face à la mer immense, face à la mort sans limites,
ces ombres minces et légères qui se pressent aux pieds des humbles silhouettes de là-bas,
s'allongent jusqu'à nous, s'allongent jusqu'ici.
 
Aujourd'hui, tandis que dans mon petit jardin
d'ici
se forment, aux branches encore glacées du cerisier, les premiers pétales blancs du printemps,
Dans chaque battement de mon coeur j'entends trembler la terre,
Dans chaque pulsation de mon pouls j'entends s'enfler la vague
de là-bas.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

meng 25/03/2013 01:03

Me voilà au Japon et je retrouve et relis ton magnifique texte....
qui impose un silence vigilant.

Catheau 12/03/2013 18:28

Nous avons revu hier avec émotion ces terribles images. J'avais écrit un poème, intitulé "Ici... Là-bas" sur la ville de Minami-Sanriku. L'émotion demeure et les Japonais étaient- et sont- si
dignes.

louv' 11/03/2013 22:25

Comment oublier Fukushima ? Comment ne pas se révolter ? Il faut absolument continuer à en parler, pour eux, là-bas, et pour nous, ici. Merci Carole.

Valentine :0056: 11/03/2013 20:59

:0070: Un magnifique poème, Carole, vraiment très beau...!

armide+Pistol 11/03/2013 16:37

Belle évocation des victimes de cette douloureuse tragédie. que la mer enveloppe pour toujours de ses reflets d'argent

les cafards 11/03/2013 16:07

déjà 2 ans et toujours de furtures centrales en construction

photogus 11/03/2013 12:20

Hommes présompteux qui pensaient tout maîtriser ! Une centrale nucléaire au ras de l'eau, il fallait oser !! Et pourquoi pas dans une région volcanique ? Ou une région sysmique ?! Ah il y en a
aussi ? On n'est pas sauvé ...

Carole 12/03/2013 01:02



Présomptueux, oui. Et nous le sommes aussi, je crois.



M'amzelle Jeanne 11/03/2013 11:30

Superbe texte Carole..
Beaucoup d'émotions.. Se souvenir!
Merci

Jackie 11/03/2013 11:03

Photo et texte d'une grande sensibilité.
Merci

Nais' 11/03/2013 11:00

Bonjour Carole,
Rien n'est fini là-bas, même deux ans après... C'est un bien sombre anniversaire et tu fais bien d'en parler.
Bises, bonne journée !

Richard LEJEUNE 11/03/2013 10:37

Merci ...
Pour eux. Pour nous.

Mansfield 11/03/2013 08:48

Une sensibilité à fleur de peau et un partage d'émotions pour ne pas oublier que l'humain souffre ailleurs...

almanitoo 11/03/2013 08:22

Je suis partagée entre le respect, l'admiration pour ce peuple courageux et la colère, la révolte envers ceux qui persistent à implanter des centrales sur des sites à risques, (d'ailleurs à
implanter des centrales tout court.)
Ni les catastrophes, ni les atroces souffrances qui toucheront plusieurs générations, ni les désastres à venir, évidents et prévisibles n'arrêteront cette aveugle et sourde obstination.
Carole, ton poème est bouleversant.

Carole 12/03/2013 01:00



Je l'ai écrit parce que j'ai beaucoup de liens avec le Japon. Je pense souvent à ce drame qui pèse sur la vie de tous là-bas. Si nous pouvions en tirer la leçon...



jill bill 11/03/2013 08:05

Bonjour Terrible, terrible journée ou la mort était au rendez-vous, sans le savoir... tristesse encore... sans tombe, sans urne, pour beaucoup... Un drame comme la nature sait en faire... merci !

Carole 12/03/2013 01:00



La nature d'abord, et l'inconscience des hommes qui croyaient la maîtriser, ensuite.



passion 17/03/2012 17:27

Fukushima,et la préfecture d'Iwaté,et surtout celle du miyagi,+ de 9000 morts,(région de Sendai,où va vivre ma fille)ont subi de telles pertes humaines... Comment revient-on à la vie,après un
pareil désastre?! et pourtant, la plus part des rescapés tente d'y parvenir, sans pour autant oublier.
Il y a trois jours encore, un séisme magnitude 7, en mer, plus au nord, provoquait un mini stunami,une vaguelette...
suffisante pour un cruel rappel!
Partout,des volontaires débarrassent des souvenirs, et la terre et l'air qui les entoure ne peut plus les nourrir.
Combien d'autres anniversaires faudra-t-il, pour découvrir les dégats qui aujourd'hui ne se voient pas.....

Carole Chollet-Buisson 17/03/2012 18:08



Oui, je suis très anxieuse. Moi aussi j'ai un enfant au Japon, et je comprends la gravité des questions que tu poses.


J'ai écrit ce poème pour exprimer cette idée d'anxiété latente, face à l'ampleur de la catastrophe passée, avec tous ces morts qu'on n'a pas pu retrouver, et à la progression sournoise de la
catastrophe à venir, avec tous ces vivants qui sentent la mort monter en eux.



ADAMANTE 15/03/2012 22:46

Quel bel hommage Carole, je garde le silence.

L'Oeil qui court 15/03/2012 10:57

En moi, tremblent les ombres des pêcheurs,
Leurs filets bientôt attraperont des monstres.

J'entends les pleurs des mères.

Où laisser jouer leurs enfants sur ces terres rayonnantes
Dans ce pays où la lumière a éteint la joie ?
Dans ce pays où la mer est un grand sarcophage ?
Dans ce pays où la terre fertile sème la mort ?

Où laisser jouer les enfants ?

Ton texte est très émouvant.

Carole Chollet-Buisson 15/03/2012 21:51



Merci pour ton poème, qui répond au mien, ou plutôt le prolonge. Et merci aussi de t'intéresser à Fukushima.



Nounedeb 12/03/2012 16:43

Et même quand on n'a pas de lien particulier avec le Japon, comment ne pas souffrir avec ce peuple, et ne pas être émue par ton texte.

Carole Chollet-Buisson 12/03/2012 16:48



Merci d'y penser, Nounedeb. Beaucoup préfèrent éviter ce sujet, malheureusement.



MARIE 11/03/2012 19:08

un lien pour Fukushima => http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=9MC6Or3nZgk
Beau texte et jolie photo

Carole Chollet-Buisson 11/03/2012 19:40



Merci pour le lien, Marie, j'irai voir. Fukushima compte beaucoup pour moi.



Erato :0059: 11/03/2012 17:33

Ton texte est sublime . Je le fais mien .Malheureusement , la vie continue et l'oubli s'installe .Bon dimanche Carole

Carole Chollet-Buisson 11/03/2012 18:59



Merci, Erato. Pour ma part, j'ai trop de liens avec le Japon pour pouvoir oublier Fukushima.Mais cette catastrophe concerne tout le monde, je crois. 


Tu as raison, la vie continue, et c'est nécessaire.


A bientôt, Erato, bon dimanche à toi aussi. 



meng 11/03/2012 16:51

Fukushima, Fukushima, Fukushima
là-bas...là-bas....là-bas...
dans nos coeurs
ici

Carole Chollet-Buisson 11/03/2012 17:16



Merci, Meng, car je vois que, pour toi aussi, Fukushima est tout proche. Et, bien sûr, nous pensons tous à Hiroshima... Dans ces lieux l'amour humain s'est brisé sur la mort.