Les marguerites

Publié le par Carole

marguerite.jpg
 
Je passais près de cette prison qu'on vient de construire à la lisière de la ville, à l'orée d'un grand bois. Sur le bas-côté, à l'ombre du mirador, j'ai vu un homme qui cueillait des marguerites dans un fossé bourbeux. Il en tenait une pleine brassée, un gros bouquet de printemps aux yeux ouverts sur le soleil. Puis le flot de la circulation m'a entraînée un peu plus loin, et l'homme aux marguerites s'est effacé dans mon rétroviseur.
Est-ce qu'on peut donc offrir des fleurs en prison ? Etait-il vraiment possible que ces marguerites soient destinées à un prisonnier ? Peut-être l'homme n'était-il qu'un promeneur, attiré par ces fleurs magnifiques, si blanches et si légères à l'ombre noire du mirador, dansant au grand vent bleu de ciel qui soufflait sur la route.
Comment savoir ? J'ai pensé à tous ceux qui ont un fils, un frère, un mari, un ami, un père, "là-dedans".
A cette autre prison de douleur, d'absence et de honte dans laquelle on les a enfermés, eux aussi.
Des délits et des crimes, du sang, souvent, et des larmes, toujours. Des malheurs et des châtiments, et tant, tant, tant de victimes à chaque fois. 
On dit que dans le langage des fleurs "marguerite" signifie "innocence". Si seulement on pouvait tapisser les fossés, les couloirs, les parloirs, les cellules et les murs, et les âmes en souffrance, de grands bouquets de marguerites, à l'ombre dure des miradors... 
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Des fleurs dans une prison : un rêve de prisonnier.
Répondre
J
Le pouvoir des fleurs ? Ca se chante...
Jonas
Répondre
D
Étrange rencontre que ces marguerites et le parloir d'Almanito. Beaucoup d'humanité chez vous.
Répondre
P
Oui...
D'autant que souvent... Elles ne servent pas la réinsertion les prisons...
Mais j'dis ça j'dis rien !
Bon premier Mai !
Répondre
P
Et en amont de la prison ? Education, formation, éveil, transmission des valeurs, patarge, reconnaissance ... Quand tout ceci n'est pas réussi, certains dévient d'une route honnête et les murs des
prisons gonflent. Echec sociétal ?
Répondre
C


Oui, la prison n'est que la fin d'un parcours.


Je ne retrouve pas votre blog. Vous pourriez peut-être me redonner le lien ?



J
Un très bel article… J'ai hélas bien connu le milieu carcéral et ces mots sont si vrais…
Merci
Répondre
F
il est dur pour des membres d'une famille, des amis d'avoir un des leurs en prison mais celui-ci aurait dû avoir une bonne conduite
Répondre
N
Ronron.
Répondre
G
Je crois avoir vu que certaines prisons "haut de gamme " sont des endroits presque luxueux .0
Répondre
C


Oh, ce n'est pas celle-là, alors ! Elle me fait toujours peur quand je passe sur la route.



O
Votre texte est émouvant...mais pose une difficile question : l'homme saura-t-il un jour se passer des prisons ?
Répondre
C


Là, c'est une autre question. Mais je crois que oui. La prison est déjà un progrès, en fait, par rapport à d'autres formes de punition plus cruelles, et plus tard, je pense qu' on "inventera"
d'autres solutions moins lourdes et qui ne pèseront plus sur les proches (car eux, qu'ont-ils fait ?). Le bracelet électronique, par exemple, ouvre la voie. 



A
iL y aurait tant à faire pour améliorer les conditions de vie des détenus et celles de leurs proches. La France, pays des droits de l'homme, dit-on, est loin d'être un modèle dans ce domaine!
Répondre
P
Bonjour Carole
Quels jolis mots que je découvre en venant de chez Jonas...
Oui si l'on pouvait tapisser les coeurs de ces marguerites...
J'ai près de chez moi, une prison, toute neuve, presque, je ne sais si des marguerites y poussent autour...
Tiens votre beau texte me donne l'idée d'un autre...
Bien à vous !
Répondre
C


Merci Pascale, je viens d'aller voir votre texte. Cela nous oppresse tous, toutes ces prisons. J'ai du mal, souvent, à comprendre pourquoi il est plus urgent de les construire que de bâtir pour
loger nos foules de "SDF".



A
Ces quelques vers découlent de vos mots :

Gros bouquet de printemps
Aux yeux ouverts sur le soleil
Blanc talisman
Dansant au grand vent bleu de ciel
Répondre
C


Merci pour le "blanc talisman", qui enrichit joliment mon texte, et traduit bien ma pensée aussi.



A
On construit de nouvelles prisons alors que la moitié des détenus pourraient bénéficier d'un bracelet électronique et se réinsérer plus rapidement pendant que d'autres dorment dans la rue faute de
logement.
On punit deux fois les familles en envoyant à l'autre bout du pays "leurs" prisonniers en les obligeant soit à engager des frais très lourds (voyage, hébergement) pour se rendre aux parloirs, soit
à se priver de visites faute de moyens...
alors les fleurs de l'innocence, il faudrait vraiment en faire pousser bien au delà des prisons, les coupables ne sont pas tous enfermés.
Répondre
J
Bonjour Carole, mieux vaut ne pas connaître ce genre d'endroit qu'importe le méfait, privé de liberté derrière les barreaux ce n'est plus vivre, et leur famille en sont affectées aussi.... Merci,
jill
Répondre
C


Je suis souvent amenée à passer devant cette nouvelle prison (et son mirador). Je vois donc souvent des visiteurs(ses), en général plutôt à l'arrêt du bus. Cela serre le coeur, car eux, qui ne
sont pas en prison, n'ont rien fait, mais sont pourtant dans une situation bien dure. Je ne pensais pas à tout cela avant la construction de ce lieu d'enfermement, juste au bord d'un axe routier
que je suis plus ou moins forcée d'emprunter, si bien que j'ai été un peu obligée de voir. Car s'il y a un sujet tabou en France, et dont on ne parle jamais, c'est bien celui des proches de
détenus.