Les jardiniers du ciment

Publié le par Carole

fleur-2-recadree.jpg
 
    Le carreleur des murs est passé partout dans la ville... J'ai retrouvé sa trace encore dans l'une de ces rues pauvres et sales qui bordent l'hôpital. Poète du passage, jardinier de l'infime, il avait déposé sur le ciment rugueux cette fleur battant des ailes, qui ouvrait sur le monde ses longs yeux noirs encore emplis de nuit.
    Pariétaire de l'espoir, très haut grimpée dans le gris de ce monde. Petit cosmos un peu penché pour mieux nous regarder. Enfant naïf d'un coeur humain qui croyait sottement que quelques carreaux de couleur pourraient suffire à éclairer les rues et à élever nos regards. Et qui peut-être n'avait pas tort...
 
   Un peu plus loin m'attendait une autre fleur, pâle et mourante, couchée sur le ciment... elle semblait pourtant de son bras tendu m'indiquer le chemin :  
 
fleur sol
 
    Qui sont-ils donc, ces jardiniers du ciment qui sortent dans la nuit, avec des truelles et des pinceaux, et travaillent sans bruit, grimpés sur des poteaux, accroupis sur le sol, pour qu'au matin s'éveillent, dans le gris de nos vies, ces fleurs fragiles qui peu à peu se flétrissent et s'effacent ? 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Oui, qui sont-ils? Des poètes de la nuit, je pense. Qui dessinent leurs rêves et nous en font cadeau. Merci à eux. Et à toi, Carole.

Lorraine
Répondre
J
Pictogramme d'un grand sage
qui, sans mot sans bavardage
guide nos pas vers un Rêve en image.
Répondre
C


et très beau poème, Jamadrou !



M
C'est vrai que ces mains furtives mettent de la couleur dans nos vi-lles !
Répondre
G
le printemps toute l'année pour les jardiniers du ciment
Répondre
H
L'un semble placer son message de pixels pour rappeler que tout est un jeu, ou que tout ne l'est pas, selon la pensée.
L'autre laisse un trace de tendresse, mélancolique peut-être, comme un souvenir qui même sous le soleil semblerait sous la pluie.

J'aime beaucoup te lire Carole et découvrir ton regard sur la vie.

Hélène*
Répondre
N
Bonsoir Carole !
Bonne question, qui sont-ils ces artistes anonymes qui embellissent la ville ? On ne peut que les remercier en tout cas !
Bises, bonne soirée !
Répondre
P
Seules, en bouquet, fraîches, passées, séchées, peintes sur toile, tagées à même le sol ou les murs, les fleurs ont décidément un sacré pouvoir ... Merci de nous le rappeler !
Répondre
C


Un pouvoir sacré,pourrait-on dire. Merci, Photogus.



V
C'est superbe en effet, ces signaux dont on se demande la finalité, et dont on admire les formes et les humeurs...
Répondre
M
Peut-être sont-ils porteurs d'espoir , puisqu'ils se renouvellent sans cesse c'est un cycle comme la vie!
Répondre
M
Il s'en passent de jolies choses à Nantes ! Ou alors est-ce toi qui a le regard propice aux jolies découvertes ? En tout cas, il semble bien qu'un autre artiste se plaise à égayer rues et ruelles,
peut-être, comme le dit Emma, dans l'espoir que tu leur offrira une vie nouvelle par tes mots toujours si justes ?
Répondre
E
la seule explication, je te l'ai déja dite, est qu'il s'agit d'offrandes d'un de tes admirateurs transis qui n'ose pas t'aborder, et attend tes réponses sur ton blog
Répondre
C


Transi... de froid, alors, par ces nuits glacées !



M
Très généreux de partager de son art !
C'est aussi pour cet inconnu la preuve qu'il existe.
Répondre
N
La fleur carrelée m'a évoqué un logo japonais, et la musique que tu as choisie a confirmé mon intuition: un monde de fleurs, monde flottant et parallèle...
Répondre
C


le monde flottant, tu as bien trouvé ce que j'ai voulu laisser dans l'implicite. Mais la musique japonaise est un indice en effet.



J
Nous ne le saurons jamais, mais ils savent mettre un sourire sur les lèvres des passants et rien que pour cela ce sont de petits magiciens. Amitiés . Joëlle
Répondre
J
Ah le titre convient bien... Un original ce monsieur carreleur ! Merci...
Répondre
R
Espérons que ces pariétaires - qui passent sur nos murailles - n'éveilleront aucune crise d'urticaire dans l'esprit des autorités que l'art de rues semble déranger, puisqu'elles se veulent toujours
promptes à l'effacer de notre quotidien ...
Répondre
C


Cela dépend des lieux concernés : dans ce quartier sordide, on laisse les graffitis s'accumuler, pour le pire, et, parfois, le meilleur...



A
Un jardinier-magicien qui sème des graines de sourires avec ténacité dans le béton de nos villes...
Répondre
C


Et elles germent dans le gris !



A
Un gentil poète qui sème de petits cadeaux colorés le long des rues tristes pour dire aux passants:"suivez la fleur", peut-être une façon pacifiste de contester un monde sans âme...
Répondre
C


Oui, un acte poétique, en somme !