Les fritillaires

Publié le par Carole

fritillaire pintade

fritillaire pintade

Si j'avais à peindre le jardin d'Eden, j'y planterais des fritillaires - des fritillaires sauvages, des fritillaires pintades. Je leur dessinerais des robes de bal à crinoline, des jupes de soie à petits pois. Dans leurs cornets à dés, j'abolirais une bonnne fois le hasard. Je suspendrais leurs clochettes au ciel comme des campaniles. Puis, d'un souffle, je les ferais s'envoler, en oiseaux libres et roses, par-dessus les rivières et par-dessus les prés.
 
Si j'étais un peintre naïf, je placerais partout des fritillaires, en corolles géantes de tulipes fantaisie. J'en ferais des forêts, j'en ferais des églises, j'en ferais des ballons, j'en ferais des chapeaux, j'en ferais des oiseaux et j'en ferais des femmes. 
 
J'ai eu bien du mal à les dénicher, pourtant, mes fritillaires.
On m'avait dit qu'elles n'avaient pas tout à fait disparu. Qu'on en trouvait encore, dans les prairies de Loire, du côté de cette île Clémentine qui porte, dit-on, le nom d'une jeune fille venue jadis accoucher là de son enfant naturel.
Alors j'étais partie, confiante, à la chasse-photo, me promettant de capturer au filet des pixels quelques belles pintades égarées. J'ai marché longtemps, enfonçant dans la boue, au long des boires et des roselières. Soudain, quand je n'y croyais plus, je les ai trouvées, dans un pré spongieux que bordait une haie de trognes aussi tourmentées qu'un vieux troupeau de menhirs. Petites taches sombres que le vent penchait dans le vert : c'étaient elles, enfin, innombrables et menues, craintives et parfaites, qui se cachaient dans l'herbe comme des oeufs de Pâques.
 
Si j'avais à peindre des fritillaires, je planterais d'abord l'Eden, pour qu'il soit leur jardin.

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Quel joli texte ! Un hommage très poétique à ces fleurs dont j'aime beaucoup le nom.
Merci.
Répondre
P
J'ai posté quelques fritillaires et t'ai mis en lien comme promis. :)
Répondre
C
Merci Pastelle, c'est si gentil. Je vais aller voir.
C
Comme vous, j'aime la fritillaire : http://ex-libris.over-blog.com/article-fragile-fritillaire-69606402.html
Comme vous j'aime la fritillaire : http://ex-libris.over-blog.com/article-fragile-fritillaire-69606402.html
Répondre
J
Le dire avec des fleurs aussi rares soient-elles.
Répondre
Q
Magnifique hymne à ces fleurs sauvages, j'ai adoré te lire.
Bisous et bon dimanche de Pâques, Carole.
Répondre
P
Ravie pour toi que tu en aies trouvé. La prochaine fois que j'en publierai, je relierai ton texte, il les célèbre vraiment très joliment ! Je pars à la chasse demain. :)
Répondre
C
C'est la saison, bonne chasse !
L
Merci pour le bel hommage à ces fleurs.
Loïc
Répondre
A
J'ai d'abord cru à une farce de 1er avril ; Trop jolie pour être vraie cette fritillaire ! Mais non, elle existe belle et bien, rare, elle est même protégée dans certaines régions. Merci pour cette découverte si pleine de poésie !
Répondre
C
Ah oui, je confirme qu'elle existe. Et même qu'elle pousse à 5 kilomètres de chez moi, dans les prairies de Loire. Mais on n'a le droit de la cueillir qu'en photo.
A
On imagine très bien le tableau, léger, joyeux et poétique, ces fritillaires, à elles seules rendraient au monde son innocence perdue.
Répondre
J
Joli ce paradis aux fritillaires sauvages. La nouvelle Eve les cueillera peut-être sans peur d'en être chassée.
Jonas
Répondre
L
Contrairement aux asphodèles, ces fleurs magnifiques ne sont pas dotées d'un joli nom. Il n'y a décidément pas de justice. Mais peu importe, toutes les fleurs méritent un Eden...
Répondre
F
je ne connaissais pas cela c'est très joli
Répondre
N
Quel beau texte pour ces fleurs énigmatiques: un damier créé par la nature. Elles en sont toutes modestes...
Répondre
C
Comme vous je les aime ces feurs si rares et les ai célébrées en mars 2011 avec un poème intitulé "Fragile fritillaire".
Répondre
C


Je vais aller le lire chez vous. Elles méritent toutes les "fleurs de poésie". Une de mes anciennes collègues leur avait aussi consacré un recueil de nouvelles, il y a une quinzaine d'années.


PS : je les avais longtemps cherchées, celles que j'ai (enfin) photographiées cette semaine.



O
Si les pintades aperçoivent les asphodèles...elles sentiront la casserole....et oublieront de rester étonnement silencieuses comme sur la photo de Carole...
Répondre
M
Comme ton texte est passionné autant que ta recherche du beau, du rare, du précieux don de la nature!
Répondre
A
Je ne connaissais pas ces fritillaires "pintade", ravissantes qui t'inspirent de si belles lignes poétiques.
Oui Carole, fais nous rêver, refais nous le monde tel qu'il devrait être, plante l'Eden, mais attention, on est bien d'accord, pas d'asphodèles qui sont, elles, destinées aux champs de l'enfer!
Répondre
J
Je comprends ton engouement pour ces belles extraordinaires. J'espère qu'elles sont bien respectées pour que leur vie soit assurée. Bon dimanche. Amitiés.Joëlle
Répondre
J
Jamais vue de mon côté... je te fais confiance si tu avais à peindre, le tableau serait tout aussi beau que tes mots... merci... JB
Répondre
Z
je ne connaissais pas ..évidemment.. Très joli texte on ressent bien ta gaité et ta félicité de les avoir trouvées!
Répondre