Les atlantes

Publié le par Carole

atlantes.jpg
 
 
    Ils ne sont pas Titans, ces douloureux aux muscles noués par l'éternel effort, ils ne sont pas Atlas, ils n'atteindront jamais au paradis des Hespérides. Ils ne sont rien, que les atlantes, les accablés, les anonymes - les porte-faix du port de Nantes, les esclaves des Antilles, les forgerons de Moisdon, les ouvriers des Batignolles, misérables d'ici, enchaînés de partout.
    Impudique et cynique, assise de tout son poids sur leur fatigue, la haute bâtisse élégante qu'ils tiennent à bout d'épaules nous parle avec franchise et netteté : il faut, pour que certains puissent peser, que des vies soient écrasées. Voilà tout, et depuis tant de millénaires nous le savons. Mais c'est bien lourd, quand même.
 
 
atlante.jpg
Nantes - Hôtel Arnous-Rivière

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Pessimiste,ta réponse à mon commentaire plus que ton très beau texte je trouve. Plus de partage, dans les efforts ici, dans les richesses là, plus de respect, de considération entre frères humains,
est-ce qu'il faut renoncer?

Bonne semaine
Répondre
C


J'oscille toujours entre optimisme et pessimisme. Tant de raisons de désespérer, tant de raisons d'espérer...



A
Ne t'inquiète pas Carole. Tes textes nous font réfléchir en profondeur et si parfois ils mènent à un certain pessimisme c'est parce que la vie est comme ça...Ne change rien!
Répondre
C
Oui c'est bien lourd... Comme Almanitoo je me dis Et si un jour venait où ils lâchaient tout, où ils relevaient la tête...
Répondre
C


Le monde s'écroulerait, peut-être. Ou bien ils se mettraient à écraser d'autres "atlantes" à leur tour ? Tout de même, relever la tête, il le faut ! 


Je me rends compte que ce billet était terriblement pessimiste. J'essaierai de "relever la tête" et de la tourner du côté de l'espoir, à l'avenir...



C
Un lourd fardeau en effet que celui de l'injustice.
Répondre
C
1872, un rapport avec une "reprise en mains" du pays après la Commune de Paris ?
Répondre
C


Une fortune du second Empire, je pense.



A
Je partage entièrement le sentiment d'Anne-Marie, une "vérité intolérable", une culpabilité énorme.
(Pardon Carole d'être venue une seconde fois!)
Répondre
C


Et je te réponds la même chose qu'à Anne-Marie...



A
Chacun d'entre est à la fois "écrasé" et "écraseur".
Faire parfois partie des "écraseurs" ( parce que vivant dans un pays d'Europe) est pour moi une vérité intolérable et lourde à porter, comme est lourde la charge des Atlantes.
Répondre
C


Une culpabilité de Sisyphe, qu'on roule avec soi toute sa vie... car être "écrasé" ou "écraseur", c'est en effet une sorte de fatalité. Reste tout de même que certains pèsent beaucoup beaucoup
plus lourd que d'autres...



N
Et...comme ils sont beaux, ces hommes-sirène, inspirés de Michel Ange!
Répondre
C


et spécialement des "esclaves" de Michel-Ange. Mais oui, ils sont beaux.



J
L'art a parfois quelque chose d'obscène. Amitiés. Joëlle
Répondre
A
Pourtant ce ne serait que justice si ces anonymes, ces esclaves qui ont bâti nos cités belles et solides, soudain lâchaient tout, non?
Répondre
J
Dessous de balcon superbes... 1872 on leur fait confiance,ils ne nous laisseront pas tomber !!!
Répondre