Le sorcier

Publié le par Carole

sorcier fenêtre 3
 
"CHAKA -. : Ah ! te voilà, Voix Blanche, voix partiale endormeuse.
Tu es la voix des forts contre les faibles, la conscience des possédants de l'Outre-Mer."
(L.S. Senghor, Chaka, Chant I)
 
 
C'était très étonnant d'apercevoir, dans la cour du Passage Sainte-Croix, par la fenêtre de la petite salle qui accueille l'exposition des portraits de notables nantais réalisés au tout début du XIXe siècle par le placide Jean-François Sablet, ce "sorcier" africain, venu du musée des Beaux-arts, exposé là pour l'été.
De longues ombres tranchantes accompagnaient sa danse, et les bourgeois nantais encadrés d'or, de leurs yeux éteints assombris par la patine, le regardaient tranquillement bondir derrière la vitre.
C'était très étonnant, vraiment, dans une ville notoirement enrichie par la traite négrière, d'assister à cette confrontation - dont le sens paraissait cependant échapper aux rares visiteurs et aux passants qui traversaient, indifférents et pressés, le petit patio.
 
Mais ce qui m'a particulièrement intéressée, quand je me suis rendue dans la cour pour voir de plus près ce "sorcier", c'est la notice qui en expliquait l'histoire. Je vous laisse lire vous-même :
 
notice-sorcier.jpg
 
Avez-vous remarqué la dernière phrase  : "Ward dresse ici un stéréotype qu'il conçut d'après ses propres observations" ?
J'en suis restée toute rêveuse...
Car c'est d'une justesse frappante, d'une finesse aiguë de lame, ce qu'a écrit là, dans son embarras bien compréhensible face à une statue aussi clairement, aussi naïvement raciste -, l'anonyme rédacteur de la notice : l'observation n'a jamais empêché le moindre préjugé.
Et les gens qui portent témoignage auront beau vous assurer qu'ils savent de quoi ils parlent, qu'ils ont vu et entendu, ils ne vous rapporteront jamais rien qui ne soit revu au filtre des stéréotypes à travers lesquels ils perçoivent le monde - leur monde. Mieux encore, leurs observations personnelles ne feront en général que renforcer ces stéréotypes et rendre impossible toute vision neuve, en les appuyant sur ce qu'ils croiront toujours être la raison et la preuve - et qui n'est bien sûr que le préjugé qui les a faussées. Et c'est ainsi, "d'après leurs propres observations", qu'ils concevront et renforceront les "stéréotypes" qui balisent solidement leur chemin, aux territoires mouvants et incertains de la pensée, où la vérité est plus difficile à saisir que tous les bosons de Higgs de l'univers.
 
Ce Ward, qui a visité les profondeurs les plus cachées de l'Afrique encore inexplorée - comme le disaient alors les Stanley, les Livingstone, ou même les simples René Caillé -n'a vu dans ce sorcier, qu'il a peut-être rencontré, auquel peut-être même il a parlé, que ce que les bons bourgeois de Nantes en voyaient sans jamais avoir quitté leur ville : un cannibale à viser de la pointe d'un fusil civilisateur, un sauvage frénétique à coucher dans la fosse de Chaka, après la danse, avec tous ses gris-gris.
 
Il est allé très loin, ce monsieur Ward, mais il avait emporté ses lunettes, aussi n'est-il jamais parti.

Publié dans Fables

Commenter cet article

emma 07/07/2012 09:55

je vois une belle statue d'un beau corps, mince, musclé, vibrant d'une énergie qui m'a fait penser à Nijinski.

Carole 08/07/2012 14:56



Oui, et c'est ce qui est troublant : le corps est splendide, c'est un corps de danseur ou de "faune" antique - mais la tête "simiesque" porte la marque du racisme de l'auteur... 


Or le jeune africain n'était ni un faune antique, ni Nijinski ni un "singe" : ce qu'il était, cet "autre", Ward n'a pas pu le montrer car il ne l'a pas saisi, prisonnier qu'il était de ses
"stéréotypes".
Ceci étant, Ward est tout de même un grand sculpteur et il est justifié d'exposer ses oeuvres. D'autant plus qu'elles nous font réfléchir...



adamante 07/07/2012 00:51

J'aime la chute de ton texte et ta comparaison avec les Bosons de Higgs. Ta photo est aussi très étrange, entre ce tableau d'un classicisme certain et cette sculpture, terriblement vivante, qui
semble vouloir sauter dans la salle pour "faire trembler le bourgeois".

Carole 08/07/2012 14:48



Merci Adamante : ce contraste m'a frappée.
Les bosons de Higgs, c'était un clin d'oeil à la grande découverte scientitfique du jour. 



Gérard Méry 04/07/2012 23:36

Les cannibales reviennent au goût du jour ...si j'ose dire

Carole 05/07/2012 14:13



Là, il fallait oser... mais c'est drôle tout de même.


Les cannibales sont aussi à l'ordre du jour de... la réflexion, chez Montaigne, à qui j'avais davantage pensé.



Plume 04/07/2012 23:09

Si voyager ne permet pas de rentrer enrichi par les partages et les échanges, ni de faire évoluer un regard subjectif et une réflexion profonde par rapport aux idées reçues, nous ne sommes pas
prêts de sortir de ce type de dérive ...
Tu as touché le point sensible, merci Carole et bravo pour cette brillante analyse .
Bisous, Plume .

Carole 05/07/2012 14:12



Merci, Plume. Depuis Montaigne, on en est resté au même point. C'est du moins mon impression.



Cendrine 04/07/2012 22:59

Bonsoir Carole,
C'est une palpitante réflexion! Le problème est que nombre d'explorateurs ne voient "l'autre" que comme un sujet de foire et un faire-valoir pour justifier leurs théories. Je ne généralise
évidemment pas.

Combien de sang versé et de stéréotypes développés à l'encontre de "mystérieuses" cultures... Sachant que les nôtres sont mystérieuses au regard d'autrui.

Ton regard est d'une remarquable pertinence. Merci pour ce texte passionnant.

Je te souhaite une douce soirée, dans le frisson scintillant des lucioles...
Bises bien amicales
Cendrine

Carole 05/07/2012 14:11



Merci, Cendrine. Sur ce sujet, connais-tu les livres à la fois amusants et profonds de l'ethnologue Nigel Barley ?


 



EmilieRD 04/07/2012 21:47

Bon mercredi!

Carole 05/07/2012 14:09



Merci, Emilie.



Martine 04/07/2012 19:38

Bonsoir Carole,

Cette sculpture est magnifique de force expressive, de vie, de rythme.

A mon humble avis le témoignage d'un explorateur, d'un touriste, est forcément subjectif. Nous emportons partout avec nous notre éducation, notre culture ...

D'accord avec jill. C'est bien agréable de se poser chez toi et d'ouvrir grand son coeur, ses yeux, d'agiter ses neurones. :)

Bonne soirée Carole
Martine

Carole 05/07/2012 14:09



Merci, Martine. C'est une belle oeuvre, mais elle témoigne aussi d'un regard sur l'"autre" qui est assez effrayant.


En tout cas, c'est sûr, elle est forte et sollicite la réflexion.



Nounedeb 04/07/2012 18:11

Que font d'autre, en fait, les touristes d'aujourd'hui? Aller voir, pouvoir dire: j'y suis allé.
Ton regard nous montre qu'on peut découvrir, s'enrichir, enrichir les autres, plus qu'en allant parfois au bout du monde. Et surtout, réfléchir.
Merci à toi.

Carole 05/07/2012 14:06



Et merci à toi, Nounedeb.



Hélène Carle 04/07/2012 16:08

Aller loin et ne jamais partir... j'aime cette réflexion. On dit que les voyages forment la jeunesse, mais c'est une affirmation souvent fausse. Car trop de fois les voyageurs reviennent comme ils
sont partis.
Il y a une petite phrase qui chuchote à mon coeur:¨Partir c'est aller vers soi. Demeurer c'est se trouver.¨ Je ne sais pas si cela est toujours exact, mais ce texte me l'a rappelée.

Hélène*

Carole 05/07/2012 14:05



Rien de plus juste, Hélène. Encore faut-il savoir "demeurer", bien sûr. Mais "l'homme habite en poète..."



mansfield 04/07/2012 14:49

Un texte qui me touche profondément, non seulement parce que je suis originaire des Antilles mais parce que j'ai toujours le sentiment qu'autour de moi les gens voyagent beaucoup pour le plaisir de
dire je suis allé ici ou là. Mais ils reviennent intacts, comme si ailleurs rien ne les avait happés.
D'autre part, les idées égalitaires nées au XVIIIème siècle, excluaient les noirs qui n'étaient pas encore considérés, il faudra attendre 1848 et Schoelcher pour accorder des droits aux noirs, ce
qui explique le peu de recul de cet explorateur.
J'aime beaucoup cet article, qui interpelle forcément aujourd'hui où des tensions dues aux difficultés économiques existent dans toutes les couches ethniques, religieuses et sociales.

Carole 05/07/2012 14:04



Merci de ton commentaire si sensible, si juste.



jill bill 04/07/2012 11:34

Je constater jour après jour Carole ton don de l'observation... Ton regarde se pose... quand d'autre passe sans voir... Il est superbe ce sorcier noir à l'époque des expéditions... toi tu
n'expédies rien, tu prends le temps.... J'aime venir chez toi... Amitiés, jill

Carole 05/07/2012 11:48



Merci, Jill, c'est si gentil, ce que tu dis là ! Toi non plus tu n'"expédies" ni tes sujets, ni tes lecteurs.