Secret

Publié le par Carole

puits vu d'en haut
 
 
Secret
 
Gardien de l'ombre
Maître des nuits sans fond
Tu remontes du puits
Des mots grinçants comme des chaînes.
 

L’eau noire que tu nous donnes
N’étanche pas la soif
De nos mémoires errantes
Et l’écho qui te cherche
De paroi en paroi
Jamais ne te rencontre.
 
 
Caillou qui tombe
Notre cri
Pierre qui s’effrite
Notre vie
Sur la margelle grise
T'épiant dans ta fuite.
 
 
Et là-bas,
Tout en bas
Cette lumière qui tremble
Sur la peau brune et luisante de boue
Du vieux fauve qu'on voit
Remuer dans ses rides
Sans répit nous appelle
Au vertige
De savoir.
 
 
Dans le silence des vies grillagées
Sur ton reflet tu veilles 
Sphinx accroupi
Aux portes closes
De notre enfer
 
Secret.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jill bill 28/09/2012 11:01

Ah ma foi, rien n'est totalement hermétique....

Carole 30/09/2012 21:56



C'est profond, ça, Jill. La vérité est au fond du puits, c'est connu.



valdy 27/09/2012 09:05

Quel est ton secret pour écrire si bien ? :-)
Bizz
Valdy

Joëlle Colomar 27/09/2012 06:51

Secret douloureux, pesant qui accompagne la vie et l'empoisonne. Moi qui suis amoureuse du silence , du respect de soi-même et d'autrui, je me pose souvent la question: qu'est-ce qui est de la
discrétion ou du secret. Belle journée à toi Carole. Joëlle

mansfield 26/09/2012 19:41

Où comment secret rime souvent avec abcès qui ne fait que gonfler sans réellement crever! Le puits sans fond est une blessure sans guérison! beau et cruel Carole...

adamante 26/09/2012 18:27

J'ai lu, lu et relu, c'est simplement magnifique. Merci Carole.

Suzâme 26/09/2012 17:20

Bonjour Carole,
Je lis ton poème en le comparant à ma première parution sur la page de mon blog et réalise qu'ils sont différents. J'ai ajouté ce lien avec la mention 2ème version. Du textoésie, texte que je vois
assez court puisqu'il vient des portables à l'origine, au poème, ton regard, ta culture littéraire, nous emportent au-dessus de ce puits qui nous interroge sur des siècles de secrets. A bientôt.
Suzâme

Carole 26/09/2012 17:45



Oui, le second est plus long, j'avais écrit le premier texte rapidement, c'était plus en effet dans l'esprit spontané des "textoésies"; j'ai travaillé davantage pour la version 2 de mon propre
blog. Et quand je retravaille, j'ajoute plus que je ne retranche (ce qui est peut-être un tort).



Cendrine 26/09/2012 00:33

La vue sur ce puits fascinant, le cadrage de ta photo, le jeu d'ombre subtile et l'écho des mots qui pulsent dans la lumière, tout cela m'émerveille.
Le secret qui se love dans la chair de la pierre est un initiateur...
Bonne nuit, amitiés
Cendrine

Carole 28/09/2012 11:02



Le secret était le thème proposé par Suzâme. J'en ai donné une vision sombre. Il y a d'autres formes de secret, bien sûr.



erato:0059: 25/09/2012 20:47

Serait-ce le puits du château des Ducs ?
Poème magnifique , des mots que j'aime beaucoup.
Douce soirée Carole

Carole 25/09/2012 21:00



C'est le puits du manoir Dobrée. Merci, Erato.



Nounedeb 25/09/2012 14:50

A l'angle de prise de vue de la photo, qui brouille les piste, réponds la mise en page du poème, un quasi-calligramme!
De très belles photos sur ce site, donné par "cafardages":
http://www.pphotography.net/2012/09/afghanistan-and-iran-by-mohammad.html

Carole 25/09/2012 14:53



J'ai pris la photo du haut de la "tour" voisine (6 étages à peu près). Merci pour le lien.



jill-bill.over-blog.com 25/09/2012 14:31

Belle vuie plongeante sur ce puits grillagé... Que rien ne remonte surtout ! Bel après-midi Carole !

Carole 28/09/2012 10:55



Le secret... l'odeur fétide remonte toujours un peu, non ?