Le pylône et la lune

Publié le par Carole

pylône lune 1
Parfois, la lune se pose sur leur tête. La lune, ou le soleil. Parfois même une comète qui passe. Alors, les longues portées de câbles suspendues à leurs bras font entendre d'étranges accords. Pylône électrique - rue Jules Grandjouan - Nantes
 
 
  Quand j'étais enfant, je suivais toujours des yeux, longuement, le défilé des pylônes électriques, au bord de la route, quand nous roulions vers la ville. Il me semblait toujours voir des géants fouler le sol de leurs grandes enjambées de faucheux, soutenir de leurs larges bras de fer des rails étranges où circulaient des trains de brume chargés d'invisibles trésors. Aux abords de la ville ils se pressaient nombreux, hâtifs, et quand on passait au-dessous d'eux, en descendant de la voiture, sur le parking du centre commercial, ils vibraient et faisaient trembler l'air. Quand nous repartions, à la nuit, vers notre village, leurs grandes mains éclairées, de loin, nous faisaient signe. Il me semblait que, comme Atlas, ils soutenaient des mondes. Et ce n'était pas faux. 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Une très belle rencontre...photographiée avec attention.
A bientôt.
Répondre
C


Merci, Monisa, bonne soirée à toi, et à bientôt ! Carole



M
belle photo simple et insolite beau blog.
Un photographe amateur qui vient de crée son blog...
Répondre
C


Merci de votre intérêt, j'irai voir votre blog. Moi aussi je suis "un(e) photographe amateur" et je sais qu'il est difficile de tenir un blog.



V
coucou
merci pour ta gentille visite
heureuse de t'avoir rappelé des souvenirs heureux
j'aime beaucoup ton blog
je reviendrai
je te mets dans mes liens
bisous et à bientot
Répondre
C


C'était vraiment agréable de rencontrer le Loir-et-Cher sur un blog ! Merci, et à bientôt !


Carole



A
Calligraphie de l'homme dans l'écoute du ciel... Et j'entends ! Clin d'oeil pour toi, Carole.
Répondre
C


Ces pylônes qui accrochent au ciel leurs longues portées de notes silencieuses témoignent en effet d'un accord encore possible des hommes techniciens et de l'ordre naturel. C'était exactement ma
pensée.


Et ce soir je les vois autrement : ce sont aussi les intermédiaires merveilleux qui nous permettent de lier amitié avec des êtres qui, très loin et très près de nous, partagent notre
regard.