Le pont

Publié le par Carole

 pont-tabarly-etoiles-1.jpg
 
      L'ambulancier avait refermé doucement la porte. Et René sut qu'il était seul.
    Pour la première fois depuis les longs mois d'hôpital où l'impossibilité de la solitude avait été comme l'envers réconfortant de sa totale et effroyable dépendance, il était vraiment seul. Il se sentit d'abord surpris que nul ne se portât à sa rencontre, chercha machinalement une infirmière qui ne venait pas, se souvint. Puis, regardant autour de lui, il s'étonna d'avoir pu vivre pendant tant d'années dans cet appartement qu'il reconnaissait mal. Tout lui semblait lointain, aussi bizarre et déplaisant que ses jambes immobiles, que son bras gauche raidi, que les mots déformés qui sortaient de sa bouche à demi paralysée. Il lui fallait tracer avec le fauteuil des chemins nouveaux sur la moquette usée dont le vert sali se creusait de sillons bruns [...]
 
Suite du récit à lire sur mon blog de nouvelles cheminderonde.wordpress.com

Publié dans Récits et nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nalo 01/05/2014 23:11

Wonderful !!

Martine 19/04/2014 08:53

Quelle histoire bouleversante et passionnante .
Un pont entre deux rives.
Celle de la vie et de la mort. Toutes ces existences décrites, celle de cet homme au corps brisé, celles qui gravitent autour de lui ( pas bien nombreuses) et ces ouvriers en face. Puis enfin ce
pont que l'on devine extraordinaire. Ce "héros" qui remplit le malade d'une dernière joie avant.. la liberté dans la lumière

Un pont entre deux rives...
Magnifique peinture des sentiments. Quelle belle encre que la tienne.
Merci Carole

flipperine 17/04/2014 18:57

j'ai vu ce texte et dire qu'il n'a pas vu le pont complètement terminé le pauvre

Anne-Marie 17/04/2014 18:47

Un pont magnifique qui sort de l'eau et se dresse, un homme qui "se réduit" et glisse vers l'autre rive, celle que l'on gagne tous un jour sans avoir à emprunter le moindre pont, aussi élégant
soit-il. Merci Carole pour ce beau texte