Le Phare

Publié le par Carole

phare de Goury
Phare de Goury - Cap de La Hague
 
 
    Vu de la terre, ce n'est pas grand chose, un phare, juste une tige de pierre posée sur l'air brumeux, un arbre nu défeuillé par le vent, un clocher gris trop mince égaré dans le bleu.
    Pourtant, quand nous allons sur les chemins de la côte, c'est toujours à lui que nos regards reviennent. Vers lui que nous marchons. A lui que nous pensons.
    Comme s'il ne veillait pas seulement, là-bas, sur les navires qui vont en mer, mais aussi sur nous tous, les hommes de la terre. 
    Nous qui avons ce besoin de croire à la patience du gardien, au cri de la vigie, au mugissement rauque de la corne de brume.
    A ce qui veille, à ce qui garde, à ce qui aide.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Un beau texte, le phare , lumière de notre regard et notre âme.
Belle soirée Carole
Répondre
C
Très belle photo!
Répondre
C


Très beau paysage, surtout.



L
Bonjour Carole, les phares, souvenirs lorsque je naviguai...merci de ton coucou chez moi, bise et bonne journée...
Répondre
C
"Marie Guiziou, Marie Guiziou ! La vie est comme la lande pour moi et vous êtes pour moi comme le phare d'Eckmühl..." Merci, Carole, dont le beau texte vient en écho à celui de Max Jacob.
Répondre
C


Il me plaît beaucoup que vous citiez ici Max Jacob.



R
... croire " à ce qui veille " à nous rendre la vie lumineuse ; "à ce qui garde" notre sens esthétique en éveil ; "à ce qui aide" à nous faire jouir de la Beauté" : c'est exactement ce que
Baudelaire avait voulu avec ses "Phares", non ?
Répondre
C


On revient forcément toujours à Baudelaire.



P
Oui, nous avons toujours un oeil bienveillant sur ses phares qui nous enchantent. Nous avons la chance d'avoir des photographes qui ont pris des photos superbes que nous pouvons admirer.
Une région bien belle, encore sauvage et accueillante que le Cotentin.
bien amicalement.
Répondre
C


Magnifique région. J'en suis restée toute nostalgique.



G
c'est bien là son but attirer l'oeil et trouver son repère.
Répondre
L
toute la magie du phare
Répondre
A
J'enrage de ne pas y avoir pensé...
Oui bien sûr, Chemins de ronde !
Répondre
N
Ronron. :)
Répondre
F
Toujours une admiration sans borne pour les marins et les gardiens de phares!!Désormais, il n'y a presque plus de gardiens, mais les phares sont toujours là, rassurants et paternels car souvent la
maman des poissons n'est pas toujours facile!!! BISOUS FAN
Répondre
C


Phares sans gardiens, mais toujours nécessaires.



A
Phares protecteurs et bienveillants tout comme nos tours génoises,ici, qui même si leur vocation première est dépassée, veillent et apaisent les humains vulnérables sur mer et sur terre.
Répondre
C


Phares, tours génoises, et... chemins de ronde, que j'aime beaucoup aussi : pour éclairer, guider, apaiser. Merci Almanitoo.



J
Mais il y a aussi les feux des naufrageurs du 19e siècle. Phare de tromperie qui faisaient s'échouer les navires destinés à être pillés...
Répondre
C


Justement parce que les phares inspirent toujours confiance. Mais de cette confiance on peut abuser. Je ne crois pas d'ailleurs qu'il y ait eu autant de "naufrageurs" qu'on l'a dit.



H
Comme une flèche proposant de s'élever.

Helene *
Répondre
C


Plus haut que soi.



J
Bonsoir Carole... L'oeil lumineux dans la nuit... comme celui d'un cyclope, je pense qu'il reste peu de gardiens là-haut, une profession qui se perd... Merci, jill
Répondre