Le papillon

Publié le par Carole

papillon-folle-journee.jpg
"La lune blanche 
Luit dans les bois
[...]
Rêvons, c'est l'heure.
 
Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament
Que l'astre irise...
 
C'est l'heure exquise"
(Paul Verlaine)
 
 
     La "Folle Journée" vient de s'achever. 
    Il me semble déjà que tout s'est dissipé, et de tant de musique je ne sais plus une note. Qu'ai-je donc retenu de ce qui m'enchanta ? Peut-être le visage émouvant de cet altiste, si laid et grimaçant, mais exprimant l'extase la plus pure.
    Ou peut-être la main si épaisse et si délicate de Boris Berezovsky, cet ours magicien, égrenant au clavier chaque goutte d'eau claire jetée dans la nuit par l'ondine, puis démêlant dans la pénombre la pâle chevelure arpégée de la fille aux cheveux de lin.
    Ou bien la silhouette minuscule et presque effacée de ce papillon, qui s'était égaré contre une vitre, près de la salle "Verlaine", et qui battait faiblement des ailes vers la lumière.
   Toute musique s'adosse au silence, et tout élan à sa chute. Nous nous cognons comme des papillons à cette vitre sale et barrée de nuit qui nous sépare de l'éternité. Et toute la beauté humaine n'est que le tremblement infime que font une heure sur le néant nos ailes qui se brisent.
   Pourtant je ne voudrais pas échanger ce tremblement exquis pour l'infini vague et bleuâtre de derrière la vitre.

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Tu n'arrives pas à "légender" à cause de la "deezercorb", l'emballage du lecteur qui est noir. Il est vrai que chaque fois que j'ai affaire à deezer, je dois aller dans l'html pour placer mon
commentaire en-dehors de la "deezercorb", quitte même parfois à la supprimer. Mais il faut bricoler, et sur la nouvelle interface d'OB ce n'est peut-être même plus possible... :(
Répondre
C


Oui, c'est exactement ainsi... alors tant pis, les gens lisent les commentaires la plupart du temps, et ils verront que c'est de Reynaldo Hahn. 



Q
Je peux le prêter à d'autres... ;)
Merci pour cela aussi.
Répondre
A
Je suis tombée par hasard sur votre blog. J'aime vos textes et votre écriture, bravo et merci pour ces jolis moments de lecture
Répondre
C


Merci? Anne-Marie, votre message me fait infiniment plaisir.



N
Merci, grâce à toi, ce matin, je me suis cultivée,
en effet, j'ai appris un nouveau mot et je suis donc allez chercher la signification, maintenant je connais le mot altiste...
Bonne semaine à toi, bisous..
Répondre
C


C'est vrai que je n'ai pas pensé à expliquer : l'altiste est celui qui joue de l'alto (qu'on distingue du violon). 



Q
Je crois que je n'échangerais pas non plus...

Douce et belle journée, Carole.
Répondre
C


C'était un petit "Papilio", Quichottine, comment l'échangerais-tu ?



Z
Elle a l'âme japonaise Carole...
Répondre
C


Comme toi, Zadddie ! 



M
Quand la musique exalte les coeurs, tout devient léger, léger!
Répondre
V
C'est de Reynaldo Hahn !! Et ce n'est même pas mentionné sur le disque... Tu devrais le dire. Il a écrit de belles mélodies, ce Reynaldo Hahn. C'est toute la grâce des années 1900 avec son petit
parfum proustien.
Répondre
C


Maintenant, c'est dit... dans ton commentaire ! J'aime bien cet enregistrement avec Mady Mesplé. Deezer permet de l'écouter, mais bien sûr ce n'est pas parfait pour la présentation. Et je
n'arrive pas à "légender" l'enregistrement.



V
Magnifique aussi, "l'heure exquise" par Mady Mesplé...
Répondre
V
Tu as toujours de belles idées de méditation ! Ainsi cette musique qui "s'adosse au silence", telle le papillon qui se heurte à la vitre... Eh oui, c'était la "Folle Journée", et tu en as profité !
Bravo. J'adore "Ondine", de Gaspard de la Nuit...
Répondre
N
Une lecture exquise.
La folle journée suivie sur Arte. Il manquait un papillon...
Répondre
M
tu partages si bien ces impressions!
nb je n'avais jamais entendu l'adagio sostenuto: magnifique
Répondre
J
Bonjour Carole, l'oeil à tout et la plume qui s'en délecte... jill merci !
Répondre
J
Papillon tu es Carole, toi qui vole de coeur en coeur, de mots en mots et qui sais trouver le chemin de l'infini au quotidien. Belle journée à toi. Amitiés. Joëlle
Répondre
A
Belle image, ce papillon affamé de lumière pour clore une journée toute en émotion.

N'est-il pas préférable de s'abstenir de regarder les musiciens égrener ces notes divines? la déception est trop cruelle: ils ne sont que des hommes...qui nous ressemblent!
Répondre
C


Je trouve merveilleux qu'ils nous ressemblent, Ce sont des hommes comme nous, mais qui se sont astreints à un travail incessant pour développer leur don. Et le geste parfaitement maîtrisé du
virtuose est aussi beau à voir que le son l'est à entendre.



R
A chacun son "effet papillon" ...
Répondre