Le musard (réédition)

Publié le par Carole

le musard 1.psd
 
    "Tu sauras que "musardise" signifie rêvasserie douce, chère flânerie, paresseuse délectation à contempler un objet ou une idée... Tu sauras que, suivant certaines étymologies, "musarder" veut dire avoir le museau en l'air, ce qui est bien le fait du poète."
(Edmond Rostand, Les Musardises)
 
 
 
Ce musard bleu attendait à quai, posé sur le reflet des arbres, tirant un peu sur sa laisse rouillée. Après la pluie il avait conservé, au creux de son museau, un peu de l'eau du ciel.
Moi, l'éternisant, pour l'amuser je lui parlais, poétisant tout bas :
"Musardons, mon musard, puisqu'à musarder tu m'invites, musaraigne du flot.
Musardons pour amuser la Muse, l'enjôleuse musarde qui ne sourit qu'à ceux qui musent, aux nonchalants qui usent, abusent et jamais ne mésusent des douces musardises.
Musardons aux murmures de l'eau, aux reflets musagètes, à tout ce qui infuse.
Musardons, paressons en musarderies, posons-nous sur les mots qui sinuent et qui muent, sur les phrases profuses et les pensées diffuses.
Musardons, oublions la Camuse, qu'elle en reste confuse, cette absurde fâcheuse, cette obtuse faucheuse.
Musardons, qu'aucune crainte creuse, qu'aucune ruse abstruse ne vienne museler notre musette. Et puis, que la musique fuse, qu'elle soit juste, qu'elle soit forte, qu'elle soit douce, qu'elle soit âpre, qu'elle soit nécessaire à ceux qui nous écoutent, et même à ceux qui nous accusent !
Il ne nous faut rien de plus.
Car à ceux qui savent musarder, qu'on appelle poètes, la Muse donne tout ce qu'aux autres elle refuse."

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
J'avais un petit canot breton du même bleu, carène comprise, amarré sur la Sèvre à la Morinière. On me l'a piqué, il ne me reste plus que le gréement aurique et la dérive. Il s'appelait Reun, mais je suppose que le voleur a effacé son nom. Mais sait-on jamais ? Si vous croisez Reun >>>> lucm.reze@free.fr
Répondre
C
Entendu, si je le croise, je vous envoie la photo (avec l'adresse). Mais je ne vais pas souvent en Sud Loire.
F
musarder un bon moment de détente
Répondre
G
Migration ou pas tes textes restent de qualité Carole. Pour les photos çà me gêne que les visiteurs soient obligés de cliquer pour les mettre au bon format.. je vais musarder 15 jours en Italie je te fais signe au retour Merci .
Répondre
C
J'oubliais encore ceci pour les photos sur OB : dès qu'on clique dessus on fait apparaître un "diaporama", ça c'est bien pour les visiteurs.
C
Oui, c'est sûr, toutes nos habitudes sont bouleversées. Et les nouvelles possibilités sont plus que réduites dans l'administration. Par contre, je trouve que le rendu des photos n'est pas mal sur le nouvel OB. Peu de "pixellisation", il me semble, et les couleurs sont fidèles. Enfin, cela, au moins, me semble mieux qu'"avant".
Bon voyage, le (beau) temps porte conseil. Pour ma part je refais la mise en page de chacun de mes anciens textes... et il y en a 960...
J
elle vous gâte, la muse en vous donnant ce don, pour notre plus grand plaisir
merci carole
amitiés, joelle
Répondre
R
Quelle bonne idée d'aller vous aussi, Carole, réveiller d'anciens textes aussi beaux que celui-ci !
Quel plaisir de vous lire !
Répondre
Q
Une magnifique réédition... j'aime ta musardise. :)
C'est l'impression que tu me donnes toujours quand je te lis. Tu as un regard sur ce qui t'entoure qui me plaît infiniment.
Merci pour tout, Carole.

Pardon pour ce copier/coller.
Je suis bien de retour, tout va bien.
Merci pour ta présence et tes mots.
J'ai besoin d'un peu de temps pour achever ce que je dois absolument terminer avant de pouvoir retrouver mes amis.
Bisous et douce journée.
Répondre
N
Des allitérations qui qui nous donnent des ailes!
Répondre
C
Ah tiens, il faudrait peut-être que je connaisse de Edmond Rostand autre chose que Cyrano de Scapin de Bergerac.
Répondre
M
Comme une comptine, léger, léger, on a envie de chatonner en musardant au bord de la rivière!
Répondre
A
Quel bonheur de retrouver un air de printemps pour musarder un peu avec toi, chère Carole !
Répondre
J
la barque Musard
Carole musarde
et moi j'entends la Barcarolle
Magie de la musique des mots...et me voilà en train d'écouter Offenbach "Les contes dHoffmann".... sourire.
Répondre
A
Bien agréable de musarder à nouveau sur ce texte doux et pétillant.
Très joli souvenir!
Répondre
J
Je ne m'en souvenais plus... je trouve les rames et j'embarque ! ;-) Merci "Carole"... jill
Répondre
L
Merci à la dixième Muse qui sait si bien musarder.
Répondre
N
Fascinants reflets !!
Répondre
G
j'aime bien aussi le verbe muser ..plus près de muse çà m'amuse.
Répondre
M
Musarder... ça , c'est un verbe que j'apprécie de conjuguer au présent, au passé, bref à tous les temps

On sent ton plaisir à jouer avec les mots...
Merci Carole
Bonne soirée Pascale
Martine
Répondre
C
Qu'il est bon de musarder à la musique de tes mots... Pour ma part, je le ferai plutôt au sec... :-) Belle soirée à toi.
Répondre
O
je trouve chez vous ce plaisir intense de jouer avec les mots...votre muse musarde et m'amuse superbement
Répondre
F
cela doit être bien agréable de musarder ainsi
Répondre
M
Tu es primesautière ces temps-ci et nous en profitons.
Répondre
A
Ah musarder... je sais faire bien sûr!
Mais le partager ensuite en poète, c'est autre chose...
Merci Carole.
Répondre
C
un sacré beau nom que je ne connaissais pas
Répondre
J
Les poètes ont donc un chance que les autres n'ont pas. Mais ils savent partager ce que la muse leur inspire et çà, c'est fort agréable. Merci Carole. Bon dimanche pascal. Amitiés. Joëlle
Répondre
M
Musard, le bateau d'un doux rêveur sans doute... tu ne pouvais bien sûr pas manquer de le remarquer !
Répondre
A
Je ne sais pas pourquoi mais ta "musardise" m'a fait penser à "mignardise" ( ça doit être l'effet Pâques, repas de famille et chocolats...) Merci pour cette première mignardise qu'on deguste avec
beaucoup de plaisir en ce dimanche matin..
Répondre
C
"La musardine" était (est toujours ?) le nom d'une librairie érotique dans la rue où j'habitais à Paris.
Répondre
J
Se promener nez en l'air, nez en bas et trouver de la poésie en chaque aube nouvelle, bon dimanche pascal de la part de jill
Répondre
C
Je musarde, Carole, avec le plaisir de lire tes mots, sautillant de sonorité en note de couleur, entre ciel et eau, croquant le nuage ou le dégustant à fleur d'arc-en-ciel.
Parce que l'écriture sera toujours un acte magique et une jouissance qui se partage comme des ronds sur l'eau...
Un grand merci pour tes voeux d'anniversaire qui m'ont fait très plaisir.

Je te souhaite un très agréable dimanche et un lundi tout aussi délicieux. Amicales pensées et Joyeuses Pâques! Cendrine
Répondre
E
Musarder ..... quel bonheur de le faire, le nez en l'air , le regard perdu , le sourire aux lèvres et dans le coeur.Une belle promenade dans ton billet. Belle soirée, bises Carole
Répondre
C


Merci, Erato, d'avoir pris quelques instants pour musarder chez moi.



A
Un jeu d'écriture qui m'a fait musarder, rebondir, sourire. Merci Carole.
Répondre
C


Tant mieux si tu as un peu musardé : c'était mon cadeau du dimanche, cette muse musarde - à contre-courant...



B
J'aime ce beau musard bleu et la belle prose qui l'accompagne. Bonne journée
Répondre
C


Merci, Balladine. A bientôt.



P
Voilà qui me parle ! Ce n'est pas pour rien que j'ai choisi "Musardises" pour mon 2e blog, j'aime ce mot qui murmure mille choses. Je ne connaissais pas cette citation de Rostand, je vais la
noter.
Bonne journée Carole
Anne
Répondre
C


La citation de Rostand est dans le Grand Robert, que j'ai utilisé pour écrire l'article.


Je suis contente d'avoir un peu nourri tes "musardises" qui me plaisent bien !



S
Une seule lecture me désaltère. Je bois dans les mains d'une muse qui susurre mes vers. Chut! J'écris...Suzâme
Répondre
C


C'est à quoi te convie la muse musarde, Suzâme.



Z
sensuel aussi, ce texte...s'agit pas seulement de se promener le nez à l'air...
Sinon c'est une idée ça: ronronner de plaisir en com
Répondre
C


bien vu, Zadddie !



N
Que dire de plus, que le Ronron que je mets parfois en commentaires pour signifier mon plaisir...
Répondre
C


Nounedeb, tu ronronnes avec grâce !



J
Heureuse de retrouver ta prose si douce et sensible après mon absence passagère.
Musarder... savoir s'accorder un tel cadeau ! C'est aimer la poésie de la vie. Merci et belle soirée Carole. Joëlle
Répondre
C


Merci, Joëlle, pour ce commentaire lui-même si doux et sensible.