Le manteau

Publié le par Carole

     On peut voir en ce moment à la médiathèque Jacques Demy de Nantes une très intéressante exposition de dessins et lavis d'Olga Boldyreff. L'artiste y évoque les romans de Dostoïevski à travers une série de vues de la ville moderne de Saint-Pétersbourg, où elle a suivi patiemment le parcours de l'écrivain et de ses héros.
     Au milieu de ces vues, somme toute assez classiques, une oeuvre étrange et tout à fait remarquable surprend soudain le spectateur : ce "Manteau" dérisoire et immense, sombre et long comme un spectre se dressant dans l'hiver.
 
le-manteau.jpg
 
     Ce manteau n'appartient pas à Dostoïevski, me direz-vous, puisqu'il est celui de Gogol et de son Akaki Akakievitch. Pourtant, il est partout, ce manteau, dans le destin des personnages de Dostoïevski, il habille toutes les détresses, toutes les rêveries et toutes les révoltes de son univers. Il est, à vrai dire, l'âme même de Saint-Pétersbourg, fantastique et brumeuse cité de beauté, de douleur et de littérature.
                                                          
    Sur le mur, comme il se doit, le manteau projette deux ombres - une ombre pour ce monde, et une ombre pour l'autre. Une ombre pour l'humiliation et une ombre pour l'immensité. Une ombre pour la misère et une ombre pour l'éternité.
 
    A ses pieds d'incorporelle étoffe, j'ai admiré cette pelote de fil doré :
 
fil-d-or---le-manteau.jpg
 
    Fil serré du destin, fil doré du désir.
    Fil sans fin du récit qui brode à l'or des mots
    la trame grise et noire des pauvres vies humaines.
    Et qui s'en va tissant, araignée pénélope,
    sa toile et sa pelote à faire rouler les mondes.
 
    Le Fil, ai-je pensé. Le Fil. il fallait bien que quelqu'un songe un jour à le rembobiner, et à le poser quelque part, en équilibre au bord d'une ombre. C'est pour qu'il roule encore, qu'il roule comme un chat, parmi les nuits trop blanches et les fantômes noirs, son or léger de laine à tout raccommoder.
 
   

Publié dans Nantes

Commenter cet article

Catheau 15/12/2014 14:41

Le spectre de la littérature européenne dans le manteau de Gogol. Toujours passionnantes, vos réflexions !

mansfield 04/12/2014 19:05

Impressionnant ce manteau d'ogre, et moi tout bêtement j'y vois Yvan Rebroff, un homme à coffre et à poumons...

Quichottine 04/12/2014 13:09

Splendide !!!
Le manteau, la pelote de fil doré et ces mots que tu leur as donnés.

Décidément, il faudra que je relise l'oeuvre de Dostoïevski...

Carole 04/12/2014 22:40



Et de Gogol !



flipperine 04/12/2014 00:17

ce doit être une exposition riche en souvenirs

Aude terrienne 03/12/2014 19:06

Honnêtement ça ne me parle pas trop. Ils auraient en plus pu faire attention à ce que l'ombre ne soit pas coupée dans le panneau qui est trop court et laisse voir le reste de la salle.. Mais je
suis contente que tu aies trouvé ton bonheur dans cette expo.

Carole 03/12/2014 23:25



Je pense que cela ne peut en effet "parler" qu'à ceux qui ont lu "Le Manteau" de Gogol. Mais je ne peux faire davantage que renvoyer en lien vers un résumé de cette oeuvre.



Aloysia_Martine 03/12/2014 19:06

Frappant, oui, vraiment ce manteau, et belle méditation que tu nous offres encore autour de ce fil, le "fil du discours" qui nous entraîne de rêve en rêve...

Mamilouve 03/12/2014 16:48

Pelote de fil, pelote de poésie, qui de Saint Pétersbourg à Nantes tisse le fil du temps qui passe : tu as le regard aiguisé, Carole, l'imagination fertile, la plume subtile et élégante comme du
fil doré roulé en pelote. J'aime.

FAN 03/12/2014 16:04

très intéressante cette oeuvre symbolique!! BISOUS FAN

almanito 03/12/2014 14:23

Moi aussi, je veux connaitre cette histoire de fantômes qui semble sans fin!

Nounedeb 03/12/2014 14:07

Tu me donnes envie de relire, non pas Dostoïevski - je viens de le faire, mais Gogol!

Richard LEJEUNE 03/12/2014 12:53

Bizarre !
Que voilà un bien beau manteau pour les petits fonctionnaires russes de l'époque ...
Nullement usé !

Nul besoin de le remplacer, celui-là !

Tizef 03/12/2014 08:27

Merci pour ces explications sur les significations symboliques ... Elles donnent bien sûr une toute autre vision.

Martine 03/12/2014 07:55

Un long, très long manteau aussi sombre que les nuits sans lune. Celles de Dracula
D'ailleurs, son ombre se profile derrière, tu ne trouves pas?
Humeur a surfer sur un conte ce matin.

Merci Carole
Bonne journée
;)

jill bill 03/12/2014 05:30

Manteau bien mis en scène, Dostoïevski pas lu j'avoue, merci Carole...