Le chat dans l'arbre

Publié le par Carole

    Ce chien, ce chien... Il l'avait réveillée bien avant l'aube, ce matin. Et il continuait... il continuait... C'était exaspérant. Elle ouvrit les volets, se pencha un instant à la fenêtre... Qu'est-ce qu'il avait donc, ce chien ? Pourquoi les gens avaient-ils des chiens ? Etait-ce vraiment pour exaspérer leurs voisins ?  Et brusquement elle entendit : derrière l'appel du chien, il y avait un autre appel... un miaulement de terreur... Et un autre appel encore, celui d'une vieille voix, une voix de femme, qui répétait doucement : "Eléonore, descends !  descends, Eléonore..."[...]
 
Suite du récit à lire sur mon blog de nouvelles cheminderonde.wordpress.com

Publié dans Récits et nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonsoir Carole,

Quelle histoire prenante, émouvante, comme toujours. t usais si bien peindre les situations, le sentiment des gens.
l'angoisse de la chatte , celle de cette femme. Les pleurs de l'une et l'écho des pleurs de l'autre. un parallèle superbement décrit
merci Carole
Répondre
A
Quand la souffrance d'une femme trouve un écho dans la plainte d'un animal...
Répondre
A
Oui mais là un député qui met son logo... alors qu'il n'a pas financé sur ses fonds !
Je n'avais encore jamais vu cela.
Répondre
C


Est-ce que ce n'est pas plutôt l'éditeur du prospectus qui a mis le logo du député ? 


En fait, je n'ai aucune idée. C'est vrai que c'est bizarre. Mais au "LU" tout est un peu bizarre, non ?



A
Rien à voir.
Mais je voulais vous faire part de mon étonnement suite à la lecture d'un tract pris chez mon boulanger à Nantes

http://lefenetrou.blogspot.fr/2014/05/festival-du-bricolage-au-lieu-unique.html
Répondre
C


Je n'étais pas au courant. Les sigles, c'est très à la mode en ce moment, PPDA, DSK, NKM. Cela me pose toujours problème aussi car en général je ne suis pas "initiée". Une façon de réserver la
compréhension des messages à "ceux qui savent" ?



N
Fascinante narration !!
L'on imagine aisément la scène.
Répondre