Le carrelage, la lumière, et le violon tout là-bas

Publié le par Carole

carrelage-copie-1.jpg
 
Passage Pommeraye, on refaisait le carrelage. Et la lumière fascinée, virtuose et légère, dansait sur les carreaux comme une patineuse.
Un chemin nouveau, ça accroche toujours la lumière. A chaque fois, on croit que ça va s'en aller vers le ciel. Et puis dès qu'on y marche, la boue et la poussière nous ramènent à la terre, à la pesanteur de toujours.
Tout au bout du passage, juste où nous conduisait la coulée de lumière, jouait le violoniste. Celui qui porte un chapeau haut de forme pour mendier dans les rues. Celui qui a l'agilité d'un virtuose, et joue toujours si faux. Celui qui invente sans fin des airs nouveaux qui ne sont chaque fois que de vieilles rengaines. Celui qui nous donne toujours, malgré tout, un peu de cette joie qui veut danser sous les pas.

 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pascal 18/10/2014 11:29

Travailler en musique
et le chemin
devient lumineux

mansfield 15/10/2014 19:36

Tout pour enchanter une journée d'automne, des notes même fausses, de la lumière et de l'entrain!

michèle 15/10/2014 16:24

PS Tu restes toujours dans la lumière. Ici bien sûr chacun la voit mais toi tu la suscites dans tous tes écrits.

michèle 15/10/2014 16:21

Ce sont tes mots qui dansent et qui toujours, même parfois sans en avoir l'air, tirent le réel vers le haut.

Quichottine 15/10/2014 12:25

J'aime ce regard que tu poses sur les choses et les gens qui t'entourent.
Je sais que tu as raison pour le violoniste...
Merci pour ce moment partagé, Carole.
Passe une douce journée.

JC 15/10/2014 07:59

Avec ou sans boue sous les pieds pour nous alourdir, la musique est là pour nous emporter sur ses ailes. Amitiés. Joëlle

Gérard 14/10/2014 22:41

comme cela a du changer ce Passage Pommeraye j'y suis allé une fois il y a 20 ans

Aloysia 14/10/2014 18:25

Bravo ! Toujours aussi beau...!

FAN 14/10/2014 17:41

J'adore cette prise de vue!! le personnage du violoniste de rue qui se trouve être en décalage avec la régénérescence du trottoir et le personnage carreleur qui s'applique à son emploi!!Alors, que
la lumière soit sur ces deux êtres si différents et si proches!!!BISOUS FAN

Carole 17/10/2014 00:53



Que la lumière soit sur eux deux ! Merci, Fan.



flipperine 14/10/2014 11:44

quand tout est neuf tout est beau et propre mais un trottoir c'est vite sale

Richard LEJEUNE 14/10/2014 08:47

Il n'avait certes pas le même point de vue que vous, Carole mais je trouve que, présenté comme vous le faites sur ce cliché de lignes de fuite, il avait bien choisi sa place : tout devait concourir
à ce que le regard ne portât que sur lui, un peu comme au bout d'un entonnoir ...

Carole 17/10/2014 00:45



Une place bien connue des mendiants. Elle attire le regard, en effet, et même l'oreille.



Loïc Roussain 14/10/2014 08:45

Deux formes d'art, juxtaposées, mais qui s'ignorent ...

Carole 17/10/2014 00:49



Oui, à moins qu'au contraire ces deux artistes ne se soient encouragés l'un l'autre ? 



jill bill 14/10/2014 08:02

Brillant billet Carole sur une photo insolite, merci...

almanito 14/10/2014 07:57

Ce sont peut-être un peu nos espoirs qui se reflètent en touches de lumière imparfaites sur les carrelages ou ou sur les archets...

Anne-Marie 14/10/2014 06:27

Le "nouveau chemin" est lumineux mais le passé s'obstine à s'y refléter...

Jeanmi 14/10/2014 04:33

Il faut dire où se trouve ce merveilleux passage, à Nantes...

zadddie 14/10/2014 02:18

Encore une chute qui me surprend..