Le 43

Publié le par Carole

le 43
 
Au 43 on tangue on penche. A bâbord on s'affale à tribord on remonte. On s'en va de l'avant comme on marche en arrière. On va craquer c'est sûr à moins qu'on ne se redresse. On tremble on se scoliose on se lézarde on dégringole on se tord on s'accroche. On se tient droit tout de travers. 
Au 43 qui me ressemble.

 

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Tout "de guingois". L'expression est si jolie !
Répondre
M
Inquiétant cet irrationnel 43 !
Répondre
C


Pour les habitants, sans doute. Mais d'un point de vue plus symbolique, très intéressant.



P
Cela me ressemble aussi :-)
Répondre
C


Décidément ! Une épidémie 



J
Quarante-trois bonne raison de photographier ce désordre.
Répondre
C


Oui, il y en a bien 43. Merci, Jonas.



M
Tu vas de guingois à ce point là Carole? Pourtant tu trottines pas mal dans les rues de Nantes!
Répondre
C


Moi ? Je suis deux, en fait : moi et ma "colonne". Moi je vais droit, mais elle... elle va dans l'autre sens... ou dans tous les sens, si tu préfères, enfin elle n'a aucun bon sens.



A
J'en connais de ces maison qui se tiennent droites tout de travers, il en est des bâtiments comme des gens, ils s'adaptent à leur sort avec plus ou moins de souplesse.
Répondre
C


Il y a tant de façons de se tenir (droit).



F
ce ne doit pas être évident pour le menuisier de faire une telle porte quand le sol n'est pas droit
Répondre
Z
quand même, cette entrée fait un peu peur...
Répondre
R
Mais pas du tout !

C'est quoi cette histoire ?
Le 43 ne ressemble qu'au 43 !
Et à personne d'autre !
Sûrement pas à vous, Carole ; et sûrement pas à nous.

Nous, nous sommes le 1 et nous ne devons ressembler qu'à tous les 1 de chaque rue, de chaque ville, de chaque pays ...
Répondre
C


Vous noterez que je n'ai pas moi-même généralisé à "nous". Chacun peut aborder à sa façon ce drôle de numéro bossu. Quant à moi, malheureusement, je ressemble vraiment beaucoup au 43. Au 1 ce
doit être quelqu'un d'autre ?



A
Anne-Marie a raison, en te lisant je souriais en me disant tiens, je suis une sorte de 43...
Alors longue vie aux 43 que nous sommes tous, un peu de guingois, mais vivants et tellement...pittoresques!
Répondre
C


Oui, c'est pittoresque, comme tu dis. Mais qui peindra nos tourments, à nous qui tenons droit tout de travers - et vacillons parfois ?



A
Ton 43 qui se tord, se redresse, se lézarde, avance, recule, il ne ressemble pas qu'à toi,non, non, il NOUS ressemble!
Répondre
C


Pas à tout le monde quand même, j'espère . Mais on peut l'entendre au sens moral, si on veut, ce 43. Je l'ai rangé dans
la catégorie "fables", en fait.



J
Un jour le 43 tombera sur la tête du propriétaire... ça va faire mal, sourire... merci Carole !
Répondre
C


Oh, il tient bon, ce 43, j'ai confiance.



O
pauvre porte...on devine bien qu'àprès la construction il y a eu un des piliers qui est descendu......c'est pour cela que les contre-forts (arc-boutants ?) jadis n'étaient pas ancrées dans le mur
qu'ils soutenaient mais simplement appuyés contre le mur...afin de pouvoir "glisser" et continuer leur fonction de soutien même si le mur ou le pilier descendaient.....comme pour prévenir la
scoliose...:-)
Répondre
C


Une porte nantaise, en somme. Ici, les maisons penchent beaucoup sur les rives de la Loire et de l'Erdre. Celle-ci est tout de même un cas extrême. Il en va des maisons comme des humains, en
effet, souvent, un contrefort ferait du bien !



E
performance des bâtisseurs que de composer avec les pentes, si cela t'amuse, un autre exemple ici
http://pictozoom.over-blog.fr/article-du-vent-dans-les-voiles-73082835.html
Répondre
C


En l'occurrence, la pente est due au sol instable d'un bord de rivière.