La ville la nuit

Publié le par Carole Chollet-Buisson

quai-Moncousu-16.jpg.psd.jpg
La Loire devant l'hôpital - Nantes, quai Moncousu
"Je suis le pilote de la Pinta, venu pour vous aider. Dormez tranquille, je conduirai votre bateau cette nuit.."
(Joshua Slocum)
 
 
   La ville la nuit, quand on la voit de l'hôpital, est si douce dans ses plis de lumière.
   Le malade s'est levé de son lit. De la fenêtre il regarde les étoiles des hommes : astres rapides des voitures, comètes longues des grues lancées vers l'avenir, fusées des ponts tendus vers d'autres rives, hublots pâles des tours où toujours quelqu'un veille... Plus bas, penchant sa tête lourde, il voit le fleuve emportant le monde en reflets colorés, palpitants et tremblants - et ce chemin dans l'ombre qui s'en va sinuant sur le calme rivage.
   Le malade sait bien qu'il ne dormira pas. Dans la grande paix nocturne de l'hôpital, où règne l'ordre qui doit accompagner ceux que la mort convoite, il regarde la ville, et c'est comme un champ de vagues aux sillons phosphorescents sous la Croix du Sud, où faire aller son rêve, caravelle égarée. Demain, qui sait ? il souffrira, demain, peut-être, il s'en ira dans la boîte de chêne. Mais tout est si paisible ce soir dans la chambre solitaire, face à ce coeur du monde où bat dans la nuit éternelle le sang vivant de la lumière, qu'il lui semble savoir ce qu'aurait été le bonheur.

Publié dans Fables

Commenter cet article

zadddie 23/12/2012 23:01

Dieu que ce texte est poignant..

Mamilouve 23/12/2012 16:41

Au coeur le plus sombre de l'hiver, les lumières qui scintillent, le champagne qui pétille, les cadeaux enrubannés et la chaleur des retrouvailles ne doivent pas faire oublier l'envers du décor :
le froid sous les ponts, le désespoir sous les bombes, la solitude des personnes âgées, l'angoisse de la mort dans les chambres aseptisées des hôpitaux... Ce très beau texte nous le rappelle,
Carole. Merci pour ces mots !

Lorraine 23/12/2012 10:26

Ton billet jette un pont par-dessus la Loire et nous mène là où souffrent ceux pour qui Noël est peut-être un espoir, peut-être une dernière nuit. Que la paix descende sur eux, Carole, et sur tous
les hommes de bonne volonté.

jeanjacques666 23/12/2012 01:40

Souvenir d'une nuit de veille.
Depuis les chambres situées au sommet de la tour principale de l'hôpital universitaire de Berne, la nuit, on a le spectacle de la vile illuminée.C'est une étrange quiétude...
En écoutant Berg, je pense à une représentation de Lulu au Grand Théatre de Genève il y bientôt 30 ans...
Dehors il pleut, la neige a fondu. Il est tard dans la nuit et j'essaye d'imaginer l'avenir...

Carole 23/12/2012 15:11



Votre commentaire m'émeut, j'espère que le jour revenu a pu vous rendre un peu de joie.


Je vous souhaite de bonnes fêtes, une heureuse nouvelle année, un avenir serein.



Gérard 22/12/2012 23:41

tout à ton honneur cette pensée émouvante

Balladine 22/12/2012 22:02

Un très bel hommage à ceux qui malheureusement passeront les fêtes à l'hôpital...

Mansfield 22/12/2012 18:17

Un témoignage poignant, et je pense aussi tout spécialement à ceux pour qui l'hôpital sera le décor de cette nuit de Noël!
Bon Noël Carole!

louv' 22/12/2012 17:58

Qui peut dire, pour chacun d'entre nous, si ce Noël est le dernier Noël ? Et ceux qui regardent la ville la nuit, derrière la vitre de leur chambre d'hôpital se demandent s'ils verront le jour..On
ne peut qu'avoir une très douce pensée pour eux...

Nounedeb 22/12/2012 17:19

Un petit texte lumineux pour accompagner une souffrance.

Joëlle Colomar 22/12/2012 16:38

Poignant Carole, l'homme face à son destin devant l'étendue vivante d'une ville en fête. Quel contraste ! Lui , touche du doingt la vérité. Amitiés. Joëlle

Valentine :0056: 22/12/2012 16:13

Très beau texte, si bien accompagné par ce "concerto à la mémoire d'un ange" d'Alban Berg... Je viens justement d'envoyer des mots de tendresse aux enfants qui passeront Noël à l'hôpital, par
l'intermédiaire d'un site ; mais là il ne s'agit pas d'un enfant !... Que c'est triste.

M'amzelle Jeanne 22/12/2012 15:33

Chère Carole, C'est bouleversant de savoir que tant de monde souffrent ici ou là en ces jours où tout est fait et ne parlent que de réjouissances... je suis de tout coeur avec toi ! Que la paix
descende enfin sur la terre!
je t'embrasse très fort

almanitoo 22/12/2012 13:35

Un homme dans un hôpital, déjà un autre monde, regarde sa vie lui échapper. C'est bouleversant.

jill bill 22/12/2012 13:32

Bonjour Carole... Fêtes de fin d'année en ce lieu ce n'est guère plaisant quant obligé... Alors oui une pensée à tous ceux qui s'y éteindront en particulier... Merci...

emma 22/12/2012 09:41

je me permets de te signaler un texte jumeau au tien, si beau (les chants désespérés sont toujours les plus beaux )
http://eperluette.over-blog.com/article-33154275.html

Carole 22/12/2012 16:27



Merci pour le lien, Emma.