La roue

Publié le par Carole

roue---gorges.jpg
 
Rien de plus étrange, rien de plus nostalgique que ces sites industriels oubliés qu'on découvre parfois, rouillant dans un grand champ d'orties, au hasard d'une promenade.
On entre par une porte échevelée de lierre, on passe la tête à travers le rideau de ronces d'une fenêtre aux yeux caves. Dans leur suaire de décombres reposent des machines aussi mortes et rompues que squelettes à l'ossuaire. On se demande ce qu'on fabriquait là, avant, dans le vacarme des choses et la sueur des hommes.
Puis dans un coin on aperçoit la roue brisée. Et on se dit qu'au fond, là comme ailleurs, on travaillait surtout à faire aller la roue du temps, celle qui tourne si vite qu'il faut sans cesse la remplacer par une roue plus neuve, qui tournera plus vite, sur elle-même sur elle-même, nous broyant au passage - comme petits cailloux dans la cendre des jours.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
j'ai cru voir une roue de tarot..un court instant
Répondre
C


Je retiens l'idée...



L
Quelle saisissante image de la vie, chère Carole! Comme tu dis bien le cheminement de l'être, parallèle au cheminement de la roue qui a tourné, tourné, ne tourne plus, s'arrête, s'enfonce,
s'englue, n'est plus qu'un cri muet refermé sur le passé. Ce passé d'hommes morts depuis longtemps...
Lorraine
Répondre
N
Cela pourrait être un cénotaphe de l'ère industrielle. Ci-gissent (celà ne doit pas se dire) nos folies...
Répondre
E
"rapidité, rapidité !" disait le facteur de Jour de Fêtes !
Répondre
C
Une vision poétique et un peu sombre du temps qui passe inexorablement...
Répondre
H
Oui le progrès arrive à grande Vitesse. On oublie le passé. Et dire que s'il y a progrès c'est grâce à ces vieux sites industriels fermés qui ont enfanté une nouvelle technologie. Ainsi va la vie.
Répondre
D
Belle illustration du temps qui passe !
Répondre
G
un paon sculpté
Répondre
J
L'être humain est si peu de chose dans cette immense roue du temps. Cela me fait penser à la vision de Chaplin dans la roue des temps modernes. Amitiés. Joëlle
Répondre
A
En poussant les choses à l'extrême, j'en viens à ma demander (en souriant)si l'homme n'était pas plus paisible avant l'invention de la roue qui lui fait croire qu'il peut aller toujours plus loin
et surtout plus vite!
Répondre
A
"la roue tourne" dit-on parfois avec amertume quand les jours sont gris et qu'on espère une vie meilleure....Mais quand la roue ne tourne plus, qu'elle s'arrête, la vie stoppe aussi sa course!
Répondre
J
Elle se consumera, plus lentement que la cigarette posée entre deux cailloux, au devant d'elle. Mais cette roue ne tournera plus: elle balancera de gauche à droite, de droite à gauche, jusqu'à
l'équilibre du vent.
Répondre
L
Et comme par hasard, la photo ressemble à une tombe...
Répondre
C


Pas la photo, l'endroit. Je me suis juste penchée par une fenêtre en ruines.



J
Un présent qui devient vite passé poussé par un avenir plus performant... on arrête pas le progrès, mais quel fou tout de même !
Répondre