La pluie

Publié le par Carole

pluie-3.jpg
 
La pluie de ses doigts gris
tambourine une valse
mélancolique et lente,
la valse de l'été
qui ne viendra jamais.
 
Et dans ses mains légères,
elle enferme le jour
qui se prend à pleurer
comme un poisson captif,
comme un oiseau en cage.
 
Patiente elle bat
le pouls lent de nos heures,
murmure une chanson
qu'égrène chaque goutte,
que berce chaque feuille.
 
Tant pis, dit-elle au jour
de sa voix d'ombre fraîche,
Tant pis, dit-elle au merle,
cherche en toi la lumière,
et vole un peu plus haut.
 
Douce pluie, sage pluie,
Source calme du ciel,
Ecris-le sur les vitres
et sur toutes les toiles :
le bonheur est en nous.
 
Et de tes ongles fins,
de tes pinceaux de soie,
fouille au fond de nos âmes
pour trouver le soleil
- et la joie qui s'y cache.

Publié dans Fables

Commenter cet article

Cendrine 13/07/2012 00:54

Le pouvoir de la pluie, sa magie, sa maïeutique qui enchantent le coeur et l'esprit...
A travers cette rosée chatoyante, je plonge mon regard et je te dis "merci"!
Douce nuit et bises gorgées de bonheur étoilé!
Cendrine

Carole 20/07/2012 00:20



Cendrine, nos sensibilités se répondent. Je viens de lire ton splendide article sur la "maïeutique de la pluie".



Jean-Claude 10/07/2012 22:51

Ah merci ...
Mais cela n'enlève rien à cet étonnant spectacle !

Je n'avais pas décelé les fils de la toile qui, suite à votre prompte réponse, apparaissent légèrement sous mes yeux fatigués ...

Rassurez-vous : ma vue baisse, et d'ailleurs c'est demain matin que je choisirai les lunettes qui accompagneront les nouveaux verres que l'ophtalmologue m'a prescrits depuis ... deux mois ! Je
pourrai donc un peu mieux dessiner !

Jc Vincent 10/07/2012 22:26

Depuis vendredi, cette photo me hante l'esprit. D'une belle hantise, s'entend.
J'y reviens chaque jour ; plus d'une fois.

Ces dizaines de gouttes et gouttelettes en suspension dans l'air composent un tableau qu'aucun Maître au monde ne parviendrait à peindre, tant les détails sont infimes ... et tout ce mouvement ténu
qui pourtant éclabousse ...

Dites-m'en un peu plus, si vous le voulez bien, puisque rien ne transparaît dans les commentaires et vos réponses, sur les circonstances de cette prise de vue si originale ...

Carole 10/07/2012 22:34



Merci de vos compliments, Jean-Claude. Mais j'ai peur de vous décevoir... car c'est si simple. Depuis plusieurs jours, j'avais remarqué dans un camélia de mon jardin une toile d'épeire qui
s'emplissait de gouttelettes lumineuses retenues comme dans un tissu transparent. Un soir, après la pluie, c'était vraiment si beau que j'ai pris la photo. C'est la nature qui nous offre les plus
beaux spectacles, le "cadrage" fait le reste, en restituant un regard humain, partiel, partial, mais humain.



Balladine 08/07/2012 16:38

Une très belle photo, bien illustrée avec ce beau poème, qui nous réconforte un peu... on n'a pas trop le choix cette année avec tout ce qui tombe du ciel !

erato:0059: 07/07/2012 23:19

Poème magnifique ..... Le soleil est au fond de nous et le regard est la lampe torche qui restitue l'éclat du soleil.
Belle soirée, bises Carole

zadddie 07/07/2012 01:08

Et là, je dis quoi qui n'ait été déjà dit?.....que j'ai aime ce retournement ou surprise du poeme? que la photo est tres belle?

Carole 07/07/2012 21:15



Dit comme ça, ça me fait tellement plaisir, Nathalie !



Gérard Méry 06/07/2012 22:26

La pluie a ses bienfaits, notamment de faire de belles photos ..la preuve.

Carole 07/07/2012 21:14



Alors là, tu me fais vraiment, vraiment plaisir, Gérard !



Plume 06/07/2012 21:17

La pluie, cette source de la vie, est magnifiquement interprétée ... allons à notre source pour renouer avec l'espoir, la joie et la petite lumière qui fredonnent dans la sève de nos jours ....
Que c'est beau Carole, merci !
Excellent week-end, bisous, Plume .

Carole 07/07/2012 21:13



Merci pour ta belle métaphore de la source, Plume.



Hélène Carle 06/07/2012 17:01

Nous sommes tissés à même cette joie. Si nous pouvions sans cesse se le rappeler... mais nous oublions et les jours passent et le bonheur par tous les moyens nous fait signe de regarder.

Magnifique texte Carole!

Hélène*

Carole 07/07/2012 21:12



Trame de joie et chaîne de douleur - ou l'inverse...



passion 06/07/2012 16:13

Pas besoin de chercher loin l'inspiration ces jours derniers.Elle nous interpelle par des sonorités douces et répétées sur les toits vitrés, pour nous inciter à peindre des mots en
transparence...
Mais l'eau qui dégouline sur tes joues et les miennes, fait un pâle sourire au soleil qui se lève...

Carole 07/07/2012 21:11



Il pleuvait quand j'ai écrit ce texte, et c'était finalement très doux...


J'aime bien ta formule sur les "mots à peindre en transparence" : aquarelles, aurait dit Verlaine...



mansfield 06/07/2012 14:42

Quand la pluie n'est qu'un moyen de dire qu'en nous le coeur est en fête! Un très beau texte.

Carole 07/07/2012 21:13



Merci, Mansfield. Il n'est pas toujours en fête, mais il doit être toujours ouvert à la fête, non ?



joelle.colomar.over-blog.com 06/07/2012 14:02

Un poème d'espoir qui nous amène à chercher le trésor qui est en nous. Merci Carole. Joëlle

Carole 07/07/2012 13:38



La pluie persistante me l'a inspiré : ici, dans le "nord" il faut bien chercher la lumière en soi...


Merci, Joëlle.



jill bill 06/07/2012 07:43

Bonjour Carole... Indipensable pluie... elle est amour quand elle se fait douce pour tous... J'aime la chanson que tu lui dédies ce jour... merci !

Carole 07/07/2012 13:37



"Oh doux bruit de la pluie


Par terre et sur les toits"


(cette fois c'est de Verlaine, je cite de mémoire).


Merci, Jill, à bientôt.



Suzâme 06/07/2012 05:41

C'est une si jolie fable que de si bon matin. De bonheur, une petite pluie s'est à peine retenue sur ma joue. Quelle délicatesse Carole! Je te sens poète et philosophe à chaque strophe. Ta
profondeur apprivoise les pierres. Comment ne pas te suivre? Ton regard entrouvre des possibles...Suzâme

Carole 07/07/2012 13:36



Merci, Suzâme, pour ce compliment qui me touche infiniment.


Tu sais trouver les mots qui vont au coeur.


Sais-tu que j'avais fait exprès de programmer le texte en pleine nuit pour qu'il puisse être lu "au petit matin" ?