La patience du pêcheur

Publié le par Carole

pecheur.jpg.psd.jpg
 
Sans hâte le pêcheur plongeait et ramenait son filet, le replongeait, le ramenait. Parfois un tout petit poisson brillait au creux des mailles. Le plus souvent il n'y avait rien. Mais la patience du pêcheur semblait aussi vaste que l'océan, et toujours il redescendait et remontait la corde, balançant au-dessus des vagues l'appât noir et déjà corrompu.
Dans le seau de plastique sale, les poissons, lisses et brillants d'abord comme un trait de soleil sur un pli de la mer, s'éteignaient aussitôt.
Penché au-dessus de son reflet, face à l'horizon, le pêcheur replongeait le filet, attendant inlassablement l'instant qui reviendrait, quand un autre poisson, un autre trait infime conquis sur l'infini, scintillerait en vibrant dans l'air tiède.
Il était là, je crois, depuis des heures.
Tant de patience.
Pour l'éclat d'un instant. Pour ce moment de lumière où la mer prenait forme. Où montait soudain dans l'air bleu ce poisson minuscule venu de Là-bas comme un mot étoilé, comme une parole de l'écume, comme un vers cadencé sur les vagues.
Peut-être qu'il en vivait, de cette pêche, peut-être qu'elle suffisait à remplir sa vie. C'est possible, n'est-ce pas, de vivre d'aussi peu comme si on avait tout.
Ses doigts de musicien pinçaient doucement la corde mince, au rythme lent des vagues, jouant sans bruit l'éternelle mélodie des choses et des vies qui attendent muettes, infimes et infinies, dans l'illimité.
 
C'était un homme très ordinaire, même un homme un peu fruste, pauvrement vêtu, et très sale. Il n'avait pour sonder l'océan qu'un filet de plastique, un appât misérable, des mains aux ongles noirs.
Mais ces bijoux qu'il ramenait parfois, ces étincelles allumées par l'eau, que le soleil trempait d'argent....
Et dans le seau terni ce petit tas de poissons pâlissants - comme des mots défaits qu'on aurait posés là.
 
- Recommencer, toujours recommencer, me disait le pêcheur silencieux.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Ta poésie m'enchante, j'aime beaucoup ce texte. Merci Carole.
Répondre
C


Merci, Adamante ! Tes mots me touchent tant.



D
Carole,

Bravo pour tes écrits qui accompagnent si bien tes prises de vues.
Répondre
C


Merci ! A bientôt.



S
Je m'incline devant la patience de ce pêcheur. Il est là, presque docile parce que lui seul sait qu'il se nourrit de peu mais qu'il vient prendre des lueurs. Ta prose m'apprivoise chaque fois. A
bientôt. Suzâme
Répondre
C


Capturer des lueurs, c'est d'autant plus nécessaire qu'elles sont vouées à s'éteindre.
Merci, Suzâme. 



C
Bonjour Carole,
Je viens de vivre un très beau voyage poétique au coeur de la réalité...
Le pêcheur et le fruit de sa pêche, transfigurés par ta plume sensible et gracieuse.
Descriptions et sensations sont magnifiques.
Tel le Roi Pêcheur des romans arthuriens, ce pêcheur là est un gardien et un initiateur.
Merci pour ce superbe texte.
Excellent week-end, amitiés.
Cendrine
Répondre
C


Merci, Catheau. Le Roi Pêcheur nous conduit vers le Graal, mon petit pêcheur vers la création. Peut-être est-elle aussi un graal.



N
Cette patience méditative des pêcheurs a quelque chose d'oriental.
Répondre
C


C'est une forme de sagesse.



B
Ce pêcheur c'est presque le portrait mon cher papa qui n'est plus de ce monde...
Répondre
C


Je suis heureuse que mon petit texte ait pu te rappeler ton père, Balladine.



V
Oui c'est possible... dans l'illimité...
Bons possibles, aujourd'hui, Carole !

Voilier
Répondre
C


Tant de possibles, Voilier, si on a la patience du pêcheur... ou celle du marin !



C
Une belle métaphore bleue de l'écriture.
Répondre
C


Merci Catheau : métaphore de l'écriture, de l'art, et de tout ce qui demande à l'homme un effort patient que ne récompense que l'instant magique de la création...



R
J'apprécie énormément, - je vous l'ai déjà écrit et ce ne sont certes pas vos lecteurs qui me contrediraient -, la poésie de votre prose.

Mais au-delà, c'est évidemment la subtile et "toujours recommencée" réflexion philosophique sur l'Homme, devenu ou en devenir, qui me plaît. Simplement parce qu'elle permet, en filigrane, de tenter
l'esquisse d'une première approche de votre être profond ...
Répondre
C


Merci de ce commentaire ! Je ne sais pas si je le mérite...


Il y a en effet un équilibre très délicat à trouver entre le "personnel" et l'"universel".



N
Joli texte, merci pour le partage..
Bon vendredi...
Répondre
C


Merci, Nany Fran. Bon week-end à toi aussi.



H
Un poisson, et pour un instant on retient l'océan...

Très beau texte Carole.

Hélène*
Répondre
C


Il y a peut-être tout l'océan dans chacun de ses poissons.


Merci, Hélène.



G
Il ne fera pas fortune mais il est libre
Répondre
C


Libre, oui, tu as raison de le souligner.



J
Bonsoir Carole... Peut-être qu'il en vivait de cette pêche, peut-être que non, ce que je sais c'est que tu as pris dans tes "filets" d'observatrice un beau spécimen de patience.... Plaisante
lecture comme de coutume,
bonne nuit, jill
Répondre
C


Merci, Jill, à bientôt.