La maison sur le mur

Publié le par Carole

maison sur le mur 1
 
On voit cela souvent, aux marges de la ville, dans ces béances où l'on construit : une maison fossile enfermée dans un mur, aplatie, écorchée et rugueuse, comme une cicatrice.
L'histoire est si connue : c'était, en banlieue, une rue de pavillons tranquilles, avec leurs petits jardins, leurs vieux et leurs enfants, leurs oiseaux et leurs chiens... 
Un jour, la maison a tremblé : on démolissait les pavillons d'à côté pour bâtir des immeubles.
Elle a longtemps résisté, avec sa cheminée, et son petit jardin, ses vieux, ses enfants, ses oiseaux et ses chiens. Inquiète et isolée, elle a vécu ainsi, frêle et forte, accolée au vainqueur, luttant de toutes ses pierres et de toutes ses poutres pour ne pas s'écrouler.
Et puis, comme tout s'use, et surtout le courage, elle a fini par céder, par se vendre, par s'écrouler, par s'incendier - est-ce qu'on peut savoir quoi, maintenant qu'on l'a démolie ?
Qu'importe ? On va bâtir d'autres immeubles, toute une rue d'immeubles, un rempart haut et gris, triomphant.
En attendant, la maison reste là, dans le mur de béton, comme un dessin d'enfant sali, avec sa cheminée, son toit en pente douce, ses planchers qui craquaient, ses papiers peints roses et bleus, son air maladroit et naïf.
Demain viendront les grues, les bétonnières, les ouvriers casqués. Dans le béton et les parpaings on l'emmurera tout à fait, la maison d'autrefois, avec sa cheminée, son toit en pente douce, ses planchers qui craquaient, ses papiers peints roses et bleus, et son petit jardin, et ses vieux, ses enfants, ses oiseaux et ses chiens.
Qui l'entendra gémir, le vieux dessin d'enfant, broyé et lézardé, coulé dans l'avenir ?
 
L'histoire est si connue... et ainsi va la vie comme on la fait aller. On démolit, on rebâtit. Plus haut, bien plus solide. Mais il y a toujours quelque part, invisible, oubliée, une cicatrice, un coin emmuré du passé qui pleure et se lézarde au profond du béton.

Publié dans Fables

Commenter cet article

lorraine 20/09/2013 19:45

Comment résister à l'infernal béton? A la folie des constructeurs dont le coeur n'a jamais battu pour une petite maison, ses vieux, ses oiseaux et ses chiens? Les planchers qui craquèlent, le
jardin en pente douce, c'est dépassé, c'est archi-usé, c'est une autre époque, très loin, très loin...Vive les murs lisses et blancs la lumière blanche, les grandes fenêtres, l'ascenseur, les
terrasses et les meubles sans âme comme on en voit dans les vitrines des magasins...Je me détourne, chère Carole, car moi qui aime les vieilles maisons avec des oiseaux et des chats et des fleurs,
je suis triste...
Lorraine

Catheau 18/09/2013 22:52

Coulée dans le béton, telle une victime de la mafia des affaires ! Terrifiant !

Gérard 16/09/2013 23:39

bel article qui n'a rien d'un texte de façade

Hélène Carle 16/09/2013 18:39

Cette image est très émouvante. Je n'ai jamais vu ce genre de ¨fossile¨, j'ai même du mal à saisir comment cela peut se faire?
C'est troublant ce vivant qui se meurt en embrassant ¨l'ennemi ¨ vainqueur...

Hélène*

Carole 18/09/2013 00:58



Moi aussi je me demande comment on peut "râcler" comme cela les parois d'une maison détruite. Mais ce n'est pas la première fois que je vois cela, même si cette fois c'était spectaculaire.



dominique 16/09/2013 14:52

Comment te dire ce que j'éprouve après avoir lu ces mots. C'est fort. Terrible. J'ai un grand respect pour ce que tu fais. Merci

FAN 16/09/2013 11:48

Je voulais t'envoyer "le petit jardin" de J.Dutronc (paroles Jacques Lanzman)mais j'y arrive pas!! dommage!! BISOUS FAN

Carole 16/09/2013 11:51



Merci. Je le trouverai sans doute sur you tube ou deezer ?



MARIE 16/09/2013 08:59

En voyant la photo, j'ai tout de suite pensé à un de ces dessins d'enfants en 2D bien affirmés, avec cette naïveté et cette certitude de l'enfance... et puis, comme l'enfance, la maison a
(tré)passé, reste le dessin sur le mur comme sur un cahier de poésies illustré avec le soin d'un autre temps...

Carole 16/09/2013 11:52



Beau commentaire ! Merci, Marie. je partage tout à fait ces sentiments.



zadddie 15/09/2013 22:45

les maisons de villes, avec effectivement leurs vieux....elles ont du charme pourtant..

Carole 15/09/2013 23:56



Mais on les démolit en quantité, ici !



PHOTOGUS 15/09/2013 21:56

J'adore aussi ces maisons fantômes !
http://photogus.over-blog.fr/article-cris-des-murs-119847733.html

Carole 15/09/2013 23:04



Je vais voir tes fantômes.



jill bill 15/09/2013 12:48

Au suivant comme disait Brel eh oui même pour nos toits.... Merci, jill

Carole 16/09/2013 00:49



Oui, au suivant... pareil pour les textes du blog, après tout...



emma 15/09/2013 12:45

ah que c'est triste et si bien dit, Carole, et la mer efface sur le sable les pas des amants désunis... cela s'appelle "le temps qui passe" mon enfant...

Carole 15/09/2013 12:54



Je n'ai rien voulu dire d'autre. C'est la tragédie silencieuse, banale, que nous partageons tous.



M'amzelle Jeanne 15/09/2013 12:41

Oh! comme un spectre elle reste encore présente, pour prouver qu'avant des âmes y vivaient heureux!

Carole 15/09/2013 22:54



Une sorte de spectre, en effet. Comme tout bonheur passé, peut-être.



almanitoo 15/09/2013 12:37

Impitoyable béton qui renferme implacablement nos maisons et leurs murs tout imbibés des joies et des peines de plusieurs générations.Un peu de notre âme y reste.
La maison de mon enfance engloutie sous l'autoroute..surtout ne jamais y retourner, garder tout intact dans le coeur,et ne rien oublier...
Très émouvant poème Carole!

Carole 15/09/2013 12:53



Sous l'autoroute ! Garde-la bien dans ton coeur.