La Fileuse

Publié le par Carole

fileuse-3.jpg
Nantes - angle de la rue de Feltre et du cours des Cinquante-otages.
 
 
     Je l'ai découverte un jour de pluie, en levant la tête vers le ciel inflexible.
    Elle se tenait toute vieille et usée, à l'angle mort du carrefour, silhouette sombre et indistincte, tête mince d'insecte sans regard, cape de feuilles mortes, et si grande pourtant, avec son fuseau de laine grise - plus haute que l'église Saint-Nicolas, qu'on vient de restaurer, plus haute que la vieille halle, avec sa grosse horloge.
    Elle ornait sans doute autrefois une boutique où l'on vendait du drap, de la laine ou du fil. Elle décore aujourd'hui la façade d'une banque - pourquoi pas ?
  On l'a déguisée, pour n'effrayer personne, en cette pauvre figure de réclame grossièrement raclée sur la pierre qui s'efface. Mais c'est elle à n'en pas douter, la Fileuse. Il fallait bien qu'elle soit quelque part, au travail.
    Dire qu'elle tient son fuseau comme une torche, et que nous n'en sommes pas plus lucides.

Publié dans Nantes

Commenter cet article

Catheau 16/10/2012 16:33

"Fata n'est pas Pénélope..." Et pourtant elle file en nous.

Carole 20/10/2012 23:52



Elle nous file, je crois.



valdy 02/10/2012 10:43

Et dans ce monde de l'immédiateté, son ouvrage en ferait suffoquer plus d'un d'impatience .. Mais il reste parmi les hommes, des artisans qui filent le mot, jour après jour ;-)

Carole 02/10/2012 15:02



Filer les mots, c'est une façon de donner corps à la laine des jours.



Cendrine 02/10/2012 00:24

Tu files les mots sur l'écheveau de ta merveilleuse imagination, cueillant dans la ville des pépites, mystérieux personnages ciselés dans la pierre...
La Fileuse, Triple Moire qui s'active sur son rouet, imprègne la vie de son chant énigmatique. Ses enseignements nous guident... cueillons la vie avec que ses ciseaux d'argent ne moissonnent nos
souffles mais elle est aussi une protectrice, tyché présente autour de nous malgré les affres de la modernité.

Merci pour ce très beau moment...
Bonne nuit, amitiés
Cendrine

Carole 02/10/2012 13:57



Merci, Cendrine, de rappeler l'ambivalence de cette "fileuse", qui nous donne d'abord la vie, avant de la trancher. Merci aussi de rappeler qu'on peut "cueillir" sur la tige quelques roses
heureuses.



Lorraine 29/09/2012 17:37

Un personnage d'autrefois nous arrête, au tournant d'une ruelle cahotante, on la découvre par hasard, elle a cent ans, elle a mille ans,elle nous regarde et tout un passé déferle, que nous n'avons
pas connu mais qu'elle se remémore dans ses yeux de pierre. Je salue ta Fileuse et tous ses souvenirs.

Carole 30/09/2012 21:16



Merci, Lorraine. Cette fileuse file la laine du temps - comme dans les vieilles chansons de toile...



Nounedeb 28/09/2012 15:36

Etonnante cape de feuilles mortes. Sans doute à cause de la banque, je pensais à la semeuse des anciens timbres. Mais non, elle attends un signe, devant l'église, cette Jeanne d'Arc estompée.

Carole 30/09/2012 21:55



Jeanne d'arc, peut-être, ou sainte-Marguerite, autre fileuse.



emma 28/09/2012 09:47

est-ce que ce n'est pas un emplacement vide, le sujet se serait décollé de la plaque principale ? on croit bien voir qu'il reste un morceau de bras en relief
ce n'en rend que l'aspect plus inquiétant

Carole 28/09/2012 10:52



Le quartier a été violemment bombardé en 1943. Je pense que le souffle de l'explosion, ou la chaleur de l'incendie, a abîmé la pierre, rendant cette représentation plus étrange encore qu'à
l'origine, et changeant la "Sainte-Marguerite" de l'éventuelle mercerie en Parque.



Richard LEJEUNE 28/09/2012 08:20

Ariane, Pénélope ou une des Moires ??

De la mythologie à la réalité la plus quotidienne : elle est ici assise devant l'église ; et attend qu'un homme passe ...

Le tout est de savoir si celle-ci entend filer son destin ou s'il elle le guette aux fins de le prendre dans ses rets !

Carole 30/09/2012 22:02



Et là, je n'ai pas la réponse.



zadddie 27/09/2012 23:52

voir , voir des choses...

louv' 27/09/2012 22:54

Elle est toujours quelque part, mais seuls les gens "lucides" l'aperçoivent...
J'aime beaucoup.

mansfield 27/09/2012 22:48

C'est parti, je suis dans le conte portée par tes mots, je vois la quenouille, la fileuse et la goutte de sang au bout du doigt. Heureusement que tu n'as pas photographié la banque, le charme
aurait été rompu...

Coline Dé 27/09/2012 22:18

Clotho qui filerait sa pelote à la banque ?
Jaime tes réflexions inspirées de ce que tu vois, qu'on ne prend pas souvent le temps de regarder, encore moins de méditer !

jill bill 27/09/2012 21:57

Bonsoir Carole... Merci à ce jour de pluie ! Enseigne d'articles pour dame couturière sans doute... Une banque qui "file" un coup de pouce, c'est autre chose....Bonne nuit de la part de jill