Confiance

Publié le par Carole

confiance-5.jpg.psd.jpg
 
On imagine un ancien café, un bistrot de quartier où se réunissaient de vieux amis, pour jouer à la belote en buvant du pastis, et puis parler presque sans mots.
 
Ou alors le petit bureau sombre d'un infime courtier d'assurances, l'écroulement des dossiers fatigués et des toiles d'araignées, autour d'un vieux bavard prêt à tout arranger.
 
Ou bien encore une boutique pour dames, où on aurait vendu du fil et des boutons, en bourdonnant dans l'ombre de pâles médisances, de lourds secrets d'alcôve, d'étroits soucis brodés et rebrodés, sur des canevas fleuris et des chemises à smocks, par d'humbles Pénélopes.
 
Mais qu'importe d'où elle nous vient, cette confiance, puisqu'elle nous vient de très loin, de bien plus loin que ces boutiques oubliées. L'essentiel est qu'elle rayonne encore dans la rue, soleil des bons matins.
 
On l'a repeinte et carrelée de frais, même on a soigneusement rebouché ses lézardes, et on les a décorées de faïence, pour qu'elle luise plus vive et se dresse plus ferme. On a frotté bien fort les étoiles de ses lettres, afin qu'elles brillent clair au grand ciel de nos vies.
Et la voilà, là-haut, qui proclame la foi, d'une belle avancée naïve, ronde et droite à la fois.
 
Confiance, tu ordonnes le monde, 
Tu es de toutes les promesses et de tous les espoirs.
On ne bâtit rien que sur toi.
Tu es le grain de sable dont on cimente les murailles et les ponts,
la mousse douce dont on tresse le nid aux branches de demain.
 
Mais c'est en toi aussi que s'enracinent toute douleur et toute erreur.
Tu fais saigner les coeurs que tu trahis.
Et toi, méfiance, tu rampes alors sur les murs qui s'effritent,
Et toi, défiance, tu craches ton venin sur ce qui disait oui.
 
Sur ce mur tendre et jaune comme du beurre, confiance, reste ainsi, je t'en prie, toute claire toute bonne,
comme au premier instant d'Eden, comme au premier mot échangé, comme à la première main serrée.
Confiance, je t'aime et veux toujours t'aimer.

Publié dans Nantes

Commenter cet article

Erato :0059: 31/03/2012 19:00

La confiance de pousser la porte dans un moment de désarroi et de trouver un sourire. Douce soirée Carole

Carole Chollet-Buisson 31/03/2012 23:14



C'est ce qu'on éprouve chez toi quand s'ouvre "le portail du jardin"...



adamante 31/03/2012 14:46

La confiance, il nous faut veiller à nous l'accorder d'abord à nous mêmes, pour rester bras ouverts, comme font les bébés qui ne peuvent rien d'autre qu'elle. En jaune soleil, comme elle est belle.

Carole Chollet-Buisson 31/03/2012 18:32



Jaune confiance, peut-être.



joelle.colomar.over-blog.com 29/03/2012 09:42

Quel est son créateur, qui la prodigue, comment la retenir ? Joëlle

Carole Chollet-Buisson 29/03/2012 10:05



Tu poses les bonnes questions. Mais la réponse est troublante, puisque c'est la confiance elle-même qui suscite, prodigue, et retient la confiance. Cercle vertueux qu'un grain de soupçon suffit à
transformer en cercle vicieux de la méfiance...



Gérard Méry 28/03/2012 23:09

Le courtier en assurance me plait mais je ne suis pas sur qu'il s'agisse bien de cela..bien des situations à imaginer...un roitelet en retraite ..si la confiance règne.

Carole Chollet-Buisson 28/03/2012 23:57



J'accepte toutes les propositions... je mets toute ma confiance dans l'astuce et la fantaisie de mes lecteurs...


 


 



JcVincent 28/03/2012 22:28

J'aperçois derrière cette solide porte bien fermée et ces nouvelles fenêtres quelques ombres de petits enfants - écoutez, vous les entendez ? - pris par leurs jeux : et si l'on avait aménagé en ces
lieux une crèche d'un autre temps ?
J'y conduirais bien volontiers mes trois petits-enfants : cette douce façade vous met en confiance ...

Carole Chollet-Buisson 28/03/2012 23:05



Vous avez raison, la confiance est propre à l'enfance, elle est même, je pense, ce qui permet aux enfants de se développer. Je suis d'accord pour installer une crèche en ce lieu ! Mais il faudra
tout de même consulter les propriétaires...



eva 28/03/2012 21:52

Jolie broderie autour de ce mot "confiance", comme une frise à l'enseigne de cette mystérieuse boutique...

Carole Chollet-Buisson 28/03/2012 23:03



Merci, Eva. J'ai essayé de prolonger l'image par le texte, en effet.



Nounedeb 28/03/2012 17:05

C'est réjouissant de voir comme des gens sont pleins de fantaisie, avec le souci du détail: raccords de gouttière et autres, et cette longue manivelle, pour faire moudre le café par les passants, à
l'ancienne?

Carole Chollet-Buisson 28/03/2012 17:40



Nounedeb, je retiens l'idée de la manivelle !


 Merci pour ton propre sens de la fantaisie.