Le trône et l'enfant

Publié le par Carole

ours-petite-fille-version-2.jpg
 
    Devant les ateliers du Carnaval, comme chaque année, la Peluche géante, le Singe énorme aux yeux de fleurs, l'immense Kiki-Yéti aux mains roses et aux doigts sans griffes, accueillait les enfants. Tous se pressaient pour le voir, les parents hissaient leurs petits sur le siège pour les photographier en majesté... 
    Ils grimpaient joyeusement, énervés de désir et de rires. Pourtant, lorsqu'enfin ils se trouvaient assis sur leur trône de carnaval, tous, brusquement, prenaient, bizarrement, un air grave et presque apeuré.
   Peut-être pressentaient-ils, à se voir si seuls, sur ce trône démesuré, dans la grande ombre noire du géant, qu'ils ne seraient plus pour longemps les rois choyés de leur pays d'enfance, et que bientôt la vie, la lourde vie adulte, la vie comme elle va et comme elle ne va guère, tour à tour débonnaire et cruelle, gracieuse et implacable, les saisirait entre ses larges paluches maladroites - pour les emporter plus loin, beaucoup plus loin que cet instant où le bonheur, dans un éclair de flash, était en train de se figer. 

Publié dans Enfance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Ce Kiki , comme il a été adoré . J'aime beaucoup la photo , la disproportion entre le petit enfant et la peluche géante . J'y verrais la protection d'un symbole affectif pour l'enfant encore
innocent.
Belle soirée Carole
Répondre
A
Finalement n'est-ce pas nous adultes, qui mettons en scène nos enfants dans des contextes qui ne leur conviennent pas. Je me souviens quand ma fille était à la crèche, son père et moi avons fait
pour noël les clowns... la seule qui ait fait la tête toute l'après-midi c'est notre fille !!! Quant à un ami qui a fait le père noël à la maison, il n'a reçu que regard douteux et pleurs !!!! Nos
repères ne sont pas forcément ceux de nos tous petits enfants... peut-être nous faisons nous plaisir et essayons nous de retrouver des bribes d'insouciance à travers ceux-là ! bonne soirée
Répondre
C


Je pense que tu as en tous points raison, Amaryllis. Aussi ai-je prévu un second texte, sur le rêve, en partant encore des ateliers du Carnaval : celui de demain concerne un certain Pégase.



G
la peur du pouvoir peut-être ?
Répondre
C


une autre possibilité, oui.



H
Peut-être que l'enfant, une fois assis, voyait soudainement tous les rêves de ses parents qui allaient être placés sur ses frêles épaules, le trône du ¨suivant¨ sculpté d'espoirs, tant et
tellement?

Hélène*
Répondre
A
Une année, j'ai fait le Père Noël sur un marché de Noël et en effet, les bambins qui arrivaient en hurlant se calmaient dès qu'ils se retrouvaient sur mes genoux...
J'espère ne pas leur avoir inspiré ce pressentiment du poids écrasant de la vie...peut-être étaient-ils simplement interloqués d'entendre une voix... féminine!
Répondre
C


Mais "mon" ours est tout de même beaucoup beaucoup plus grand qu'un père Noël. Donc je ne crois pas qu'ils se soient senti écrasés par ta présence, un moment de douceur pour eux, plutôt...



V
Mais c'est un Kiki de tous les Kikis ! Tu n'en as pas eu un comme ça quand tu étais petite, Carole ? ;))
En effet, la gamine est un peu apeurée, mais sans doute est-ce à cause du siège qui est un peu grand...
Enfin, ton développement est plein de profondeur et de pertinence. Bises !
Répondre
C


Tu as raison, je ne me souvenais plus du tout du nom de cette peluche. Ce qui était frappant, c'est sûr, c'était la disproportion, peluche géante, trône immense, et toute petite petite fille.


PS : j'ai rectifié le texte, car grâce à toi, j'ai maintenant identifié la peluche, merci !



N
Un belle réflexion soulignée par le titre de la pavane de Ravel...
Répondre
M
Il est toujours amusant d'observer les enfants que l'on photographie à côté du Père Noël ou d'un personnage qui les impressionne, ils se font encore plus petits qu'ils ne le sont!
Répondre
A
Ton texte me fait penser à toutes ces vieilles photos de mes enfants petits. Mélancolie de ces instants de bonheur si vite enfuis...
Merci pour tes choix musicaux.
Répondre
J
Connaissant mes petits-enfants ils n'auraient pas osé CE trône !!! Merci Carole...
Répondre
J
J'ai remarqué le même phénomène avec le père noël ! Je crois qu'il ne faut jamais toucher du doigt ses rêves ! Belle journée Carole. Amitiés. Joëlle
Répondre