Le premier oeil

Publié le par Carole

oeil-grenouille-2.jpg
 
— Ce que c'est que cela ?
Un oeil. L'oeil ouvert d'une grenouille, sous la grille qui protège, au Jardin des plantes, le précieux "cératophylle émergé".
— Et alors ? 
— Alors ? quand je l'ai aperçu, cet oeil, émergé immobile et pur de la couche de lentilles qui stagnait sur l'eau sombre, ouvert comme un trou de serrure sous les mailles serrées du grillage, il m'a semblé apercevoir le premier oeil. L'oeil qui jadis, le premier le tout premier, s'ouvrit sur le monde et s'arracha à la prison de l'ombre.
Le premier oeil, le premier regard du poisson impassible ou du lent saurien.
Le premier miroir dans lequel tout se refléta.
Car un jour il y eut l'Oeil.
Un beau matin du temps qui n'était pas encore le Temps, il y eut le Regard. Et le Tout, se penchant sur lui-même, animal fasciné, cessa d'être le Tout pour entrer dans le grand désordre qui devait un jour mener au Moi, à Dieu, au Sens, au Temps, et à toutes les énigmes que tissent, en un grillage implacable chaque jour plus serré, nos questions insolubles.
 

Publié dans Fables

Commenter cet article

flipperine 08/09/2014 16:37

et dans l'oeil on peut y voir beaucoup de choses

Lorraine 08/09/2014 16:10

L'oeil de la grenouille et tous ceux que tu cites me ramènent irrésistiblement vers le Caïn de Victor Hugo: "L'oeil était dans la tombe et regardait Caïn". Un Oeil qui est dans le registre de tes
énumérations et nous pose, lui aussi,ses irréfutables questions...

Nounedeb 08/09/2014 16:06

J'aime beaucoup l'image de cet oeil comme serrure dont on chercherait indéfiniment la clef. J'ai aussi pensé, en te lisant, aux "Histoires comme ça" de Kipling.

Mamilouve 08/09/2014 12:48

Est-ce du Tout que surgit le regard et avec lui l'univers ou, au contraire, du Rien ?

eva 07/09/2014 15:19

Une interprétation poétique et vertigineuse du premier regard...

mary 07/09/2014 11:19

J'aime vraiment beaucoup quand tes textes ont ce degré de fantaisie et puisent dans un imaginaire débridé qui se tient pourtant très bien. NB Enfin c'est comme ça que je le ressens.

Gérard 06/09/2014 12:12

contrairement à l'humain elle a la lentille à côté de l'oeil ;)

Anne-Marie 06/09/2014 11:49

Pourtant, tu le dis, ce grillage est"implacable" et "chaque jour plus serré"...L'eau de ce "marigot" a, pour ma part, la couleur de mon abattement, de mon envie de fermer les yeux et de me boucher
les oreilles!

Carole 06/09/2014 12:00



Oui, l'oeil ouvre sur les merveilles, mais le regard se ferme sur les grillages. 



almanito 06/09/2014 11:37

Un Oeil s'ouvre et la vie apparait, toute neuve, et tout est à découvrir...
Ta photo est fascinante.

Anne-Marie 06/09/2014 09:41

"L'oeil était dans la tombe et regardait Caïn" Je ne sais plus en quelle classe j'avais lu ce passage de "la légende des siècles". Ce vers m'avait tant terrifié qu'il est resté gravé et je ne peux
m'empêcher d'y penser en voyant cette photo!
Heureusement, le texte que tu nous proposes est, sans être très optimiste, ( mais peut-on encore être optimiste?) plus"ouvert"!

Carole 06/09/2014 11:08



Mais cet oeil de grenouille s'ouvre grand sur le monde et perce sans mal le grillage. Caïn ne contemplait plus que lui-même : sa conscience, son crime.



jill bill 06/09/2014 04:12

En vue d'ensemble on dirait la tête d'un reptile, un lézard vert... même effet ! L'oeil d'un prisonnier qui ne voit pas d'issue... aussi, merci Carole